International
Nucléaire

Doctrine nucléaire russe: le seuil est plus bas qu'imaginé

La doctrine nucléaire russe est plus inquiétante que prévu

La bombe atomique en guise d'ultime recours? Pas nécessairement. La Russie pourrait utiliser des bombes nucléaires tactiques dès les premiers stades d'un conflit, rapporte le journal britannique «Financial Times».
28.02.2024, 20:47
Remo Hess, Bruxelles / ch media
Plus de «International»
Guerre en Urkaine: bombe nucléaire et Poutine
Image: Keystone/Flickr Kelly Michals

Quand la Russie sera-t-elle prête à utiliser l'une de ses 5 000 têtes nucléaires? Jusqu'à présent, on partait du principe que cela n'était possible que dans deux scénarios:

  1. En représailles, si la Russie était elle-même attaquée avec des armes nucléaires
  2. Si l'Etat russe se retrouvait sérieusement menacé à cause d'une attaque avec des armes conventionnelles

C'est ainsi que le président Vladimir Poutine a décrit l'année dernière la doctrine nucléaire de son pays.

Mais le journal britannique «Financial Times» révèle ce mercredi que le seuil de Poutine pour l'utilisation d'armes nucléaires tactiques est bien plus bas qu'imaginé. Ces bombes atomiques sont plus petites que les missiles nucléaires stratégiques à longue portée et peuvent être lancées par des vecteurs mobiles tels que des avions de combat, des sous-marins ou des missiles terrestres à courte et moyenne portée. Cela ne les empêche pas d'être très destructeurs. Selon les estimations américaines, la Russie posséderait au moins 2 000 de ces «mini bombes atomiques».

Le mot d'ordre: escalader pour désescalader

Selon des documents secrets datant de 2008 à 2014, la Russie a développé des scénarios d'exercice concrets et des principes d'action qui prévoient l'utilisation de bombes nucléaires tactiques dès «un stade précoce d'un conflit», écrit le «Financial Times».

👉 Suivez en direct la guerre contre l'Ukraine 👈

La Russie pourrait donc recourir à des bombes nucléaires tactiques pour stopper une offensive terrestre sur son territoire ou si 20% de son arsenal de missiles sous-marins était détruit. Les arguments justifiant l'utilisation du nucléaire aux yeux du Kremlin? Stopper l'escalade d'un conflit, limiter le potentiel d'agression d'un Etat ou simplement éviter que les troupes russes ne perdent une bataille.

Les sous-marins russes Prince Vladimir et Ekaterinenburg le 13 avril 2021
Les sous-marins russes Prince Vladimir et Ekaterinenburg le 13 avril 2021Image: Keystone

C'est la première fois que l'on voit de tels scénarios, et ils montrent que «l'obstacle opérationnel à l'utilisation d'armes nucléaires est assez bas, si le résultat souhaité ne peut pas être atteint par des moyens conventionnels», a déclaré au «Financial Times» Alexander Gabuev, directeur du groupe de réflexion Carnegie Russie à Berlin.

Chine-Russie: une crise nucléaire envisagée

Le point de départ des scénarios esquissés dans les documents secrets est une attaque de la Chine à la frontière orientale de la Russie. Ils montrent que la Russie, malgré son rapprochement avec la Chine, continue de nourrir une grande méfiance à l'égard de son voisin. Selon les experts, la doctrine devrait encore être pertinente aujourd'hui, même si les documents ont plus de dix ans et que le président Poutine célèbre publiquement le rapprochement avec le dirigeant chinois Xi Jinping.

On ne sait pas précisément ce que ces révélations signifient pour la guerre en Ukraine. Depuis l'invasion de février, Poutine a esquissé plusieurs plans possibles sur l'utilisation du nucléaire. D'une part, il a qualifié d'irréalistes tous les scénarios d'utilisation de la bombe atomique. D'autre part, il s'est vanté de l'arsenal russe et a déclaré que la Russie n'hésiterait pas à utiliser tous ses moyens.

Selon l'expert en armes nucléaires William Alberque, les militaires russes suivent la devise «escalader pour désescalader» ou pour «dégriser» leurs adversaires lorsqu'ils utilisent des armes nucléaires mineures:

«Ils pensent que la meilleure façon d'y parvenir est d'utiliser une arme nucléaire qu'ils appellent ‹à faible dose›, et à un moment où l'intensité des combats est encore faible»
William Alberque au «Financial Times»

Le conflit prendrait alors fin avant d'avoir vraiment commencé.

La peur de la menace nucléaire russe caractérise la guerre en Ukraine depuis le début. L'Allemagne, en particulier, a longtemps hésité à soutenir Kiev en invoquant le potentiel d'escalade de la Russie.

William Alberque estime que le scénario chinois ne peut toutefois pas être appliqué tel quel à l'Ukraine. Alors qu'une utilisation limitée de l'arme nucléaire contre une puissance nucléaire comme la Chine pourrait avoir un effet «dégrisant», une telle utilisation en Ukraine contribuerait probablement encore plus à l'escalade et conduirait à une intervention directe des Etats-Unis ou du Royaume-Uni, selon le scientifique.

Les abris antiato­miques – un phénomène suisse
1 / 8
Les abris antiato­miques – un phénomène suisse
Aperçu de l’une des plus grosses installations de protection civile à Berneck: dortoir. (image: wikimedia/kecko)
source: wikimedia/kecko
partager sur Facebookpartager sur X
La TV russe simule des attaques nucléaires
Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Sam Bankman-Fried fait appel de ses 25 ans de prison
Outre les 25 ans d'emprisonnement, «SBF» s'est vu infliger une sanction de 11 milliards de dollars - qui pourra servir à l'indemnisation de clients - et aura une période de mise à l'épreuve de trois ans, après sa libération.

Sam Bankman-Fried, superstar déchue des cryptomonnaies, a fait appel de sa condamnation à 25 ans de prison pour l'une des pires fraudes financières de l'histoire récente, selon un document de justice rendu public jeudi.

L’article