ciel couvert
DE | FR
International
OMS

Avec Omicron, une fin de la pandémie en Europe «plausible»

Des étudiants se rassemblent pour protester contre l'isolement et la précarité à l'Université libre de Bruxelles à Bruxelles, Belgique, le 01 mars 2021. Les étudiants demandent, entre autres ...
Des étudiants se sont rassemblé pour protester contre l'isolement et la précarité à l'Université libre de Bruxelles en Belgique 1er mars 2021.Image: keystone

Avec Omicron, une fin de la pandémie en Europe est «plausible»

Le variant Omicron a amorcé une nouvelle phase de la pandémie de Covid-19 dans la région et pourrait la rapprocher de son dénouement, a estimé dimanche le directeur de l'OMS Europe qui appelle, toutefois, à la prudence.
24.01.2022, 08:0524.01.2022, 12:10
Plus de «International»

«Il est plausible que la région (Europe) se rapproche d'une fin de la pandémie». Voici ce qu'a déclaré, dimanche, à l'AFP, Hans Kluge, le directeur de l'OMS Europe. Pour lui, le variant Omicron peut constituer la fin du Covid-19 sur le continent.

«Une fois que la vague Omicron sera calmée, il y aura pendant quelques semaines et quelques mois une immunité globale, soit grâce au vaccin, soit parce que les gens seront immunisés en raison de l'infection et aussi une baisse en raison de la saisonnalité»
Hans Kluge, le directeur de l'OMS Europe

L'OMS table alors sur «une période de calme avant peut-être le retour du Covid-19 vers la fin de l'année, mais pas nécessairement le retour de la pandémie». En Afrique du Sud, où ce variant a été séquencé en premier, on observe une tendance à la baisse du nombre des nouveaux cas ces quatre dernières semaines. Avec un même optimisme prudent, le conseiller de la Maison Blanche sur la crise sanitaire Anthony Fauci a jugé dimanche qu'un «revirement» de la situation pouvait être attendu aux Etats-Unis.

Pas encore d'ère endémique

Pas question pour autant de parler, dans l'immédiat, d'«une ère endémique», ce qui permettrait de traiter le virus au même titre qu'une grippe saisonnière, a prévenu le responsable onusien. Nous ne sommes pas dans «une ère endémique», a souligné le responsable onusien pour la région Europe. «"Endémique" signifie (...) que l'on peut prévoir ce qui va se passer, ce virus a surpris plus d'une fois. Nous devons donc être très prudents», a insisté Hans Kluge.

ABD0057_20211221 - WIEN - ÖSTERREICH: Corona: WHO-Regionaldirektor Hans Henri P. Kluge anl. einer PK Gesundheitsministerium und WHO-Regionaldirektor für Europa über den internationalen Stand zu Omikro ...
Hans Kluge, le directeur régional de l'OMS Europe, mardi 21 décembre 2021 à Vienne.Image: APA/APA

Dans l'Union européenne et l'Espace économique européen (EEE), ce variant apparu fin novembre 2021, plus contagieux que le Delta, est désormais dominant d'après l'agence de santé européenne. Quant à la Russie, elle a annoncé dimanche un nouveau record quotidien de contaminations par le coronavirus pour le troisième jour consécutif, une propagation due à Omicron. Dans ce contexte, le directeur de l'OMS Europe a appelé à la responsabilité de tous: «Chacun doit être son propre gestionnaire de risque», a-t-il résumé.

Gros écart

L'objectif est de stabiliser la situation sanitaire à travers l'Europe, où les écarts dans la vaccination contre le Covid sont colossaux, allant de 25 à 95% de la population selon les 53 pays de la région, ce qui peut entraîner à des degrés variables un engorgement des hôpitaux.

«Stabiliser signifie que le système de santé n'est plus submergé par le Covid-19 et qu'il peut continuer à assurer les services de santé essentiels, qui ont malheureusement été très perturbés, dans les domaines du cancer, des maladies cardiovasculaires et de la vaccination»
Hans Kluge, directeur régional de l'OMS Europeafp

La ville de Pékin a, à cet égard, annoncé qu'elle dépisterait, dimanche, tous les habitants d'un quartier après la découverte d'un foyer épidémique, à moins de deux semaines du début des Jeux olympiques d'hiver dans la capitale chinoise.

Mais, illustration de la difficulté à faire partout accepter les mesures prises pour combattre la pandémie, le même jour, à Bruxelles, des heurts se sont produits entre la police et des opposants aux dispositifs restrictifs, au cours d'une manifestation qui a rassemblé des dizaines de milliers de personnes.

Interrogé par ailleurs sur la nécessité d'une quatrième dose pour atteindre la fin du tunnel pandémique, Hans Kluge s'est montré prudent, notant toutefois que «l'immunité augmente après chaque inoculation du vaccin». (ats/mndl)

Une année de Covid-19 en Suisse, retour en images
1 / 17
Le Covid-19 en Suisse, retour en images
Le port du masque se généralise en Suisse et dans le monde au cours de l'année 2020.
source: keystone / jean-christophe bott
partager sur Facebookpartager sur X
«Arrêtez vos conneries!» Un présentateur mexicain pète les plombs en direct
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi la ferveur de l'Occident pour Navalny est une aubaine pour Poutine
La mort de l'opposant russe, enterré ce vendredi à Moscou, a encore montré à quel point Alexeï Navalny était populaire en Occident. Mais ce soutien infaillible est mal perçu en Russie et risque de nuire à ceux qui voudraient poursuivre le combat.

La mort récente d'Alexeï Navalny a suscité des condamnations immédiates de la part des dirigeants du monde entier, le président américain pointant aussitôt Vladimir Poutine du doigt.

L’article