larges éclaircies
DE | FR
International
OMS

L'OMS veut être prêt pour la prochaine pandémie

Les membres de l'OMS veulent être prêts pour la prochaine pandémie

Le patron de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus veut davantage d'attention sur le Tigré de la part des différents Etats (archives).
Le patron de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus.Image: sda
Le processus pour trouver un accord de lutte contre la pandémie a été lancé fin 2021, à l'unanimité, par les pays qui sont membres de l'OMS.
08.12.2022, 05:2708.12.2022, 06:46

Les négociations sur un projet d'accord mondial pour mieux combattre la prochaine pandémie débuteront fin février 2023, a annoncé mercredi l'OMS. Le but est d'adopter un texte contraignant juridiquement au printemps 2024.

Les 194 Etats membres de l'Organisation mondiale de la santé, réunis à Genève depuis trois jours, ont convenu «d'élaborer le premier projet d'un accord juridiquement contraignant conçu pour protéger le monde contre de futures pandémies.»
L'OMS

«Ce 'projet préliminaire conceptuel' de l'accord sur la pandémie, ancré dans la Constitution de l'OMS, sera discuté par les Etats membres» le 27 février 2023, précise l'Organisation. L'annonce intervient à quelques jours du troisième anniversaire de l'apparition du Covid-19 en Chine, avant qu'il ne se répande dans le monde entier provoquant la pire pandémie depuis un siècle.

«Elle a fait des millions de morts, coûté des milliers de milliards de dollars et mis à nu les inégalités d'accès aux soins et aux médicaments. Et elle continue de sévir»
L'OMS

Pour un «monde plus sûr»

Le bureau de l'organe intergouvernemental de négociation, qui est composé d'un délégué de chacune des six régions de l'OMS, sera chargé d'élaborer le texte ou «brouillon zéro» qui servira de base aux négociations des Etats membres.

Le processus pour trouver un accord de lutte contre la pandémie a été lancé fin 2021 à l'unanimité des membres de l'OMS. Le projet est d'adopter un texte contraignant juridiquement au printemps 2024.

«La décision de nous confier la tâche d'élaborer un avant-projet d'accord sur la pandémie représente une étape majeure sur la voie d'un monde plus sûr.»
Roland Driece, l'un des membres du Bureau de l'organe international de négociation.

«Impact partiel»

Sa collègue Precious Matsoso a indiqué pour sa part que «les représentants du gouvernement ont souligné que tout futur accord sur la pandémie devrait tenir compte de l'équité, renforcer la préparation, assurer la solidarité, promouvoir une approche pansociétale et pangouvernementale, et respecter la souveraineté des pays.»

«Il y a beaucoup de choses qui doivent changer avant que nous ne le validions. C'est la même chose pour beaucoup d'Etats membres - probablement la plupart»
La négociatrice en chef américaine, Pamela Hamamoto, en référence au «brouillon zéro».

Peter Sands, qui dirige le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme juge pour sa part que «l'existence d'un beau traité (...) n'aura qu'un impact partiel sur l'efficacité de notre réponse». (ats/jch)

Copin comme cochon: Le bêtisier

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'Ukraine a déjà perdu
Et ce, quelle que soit l'issue sur le champ de bataille.

Les soldats de Kiev peuvent continuer à se battre. Ils peuvent chasser les Russes de leur territoire, les repousser jusqu'à Moscou s'ils le veulent. Cela ne changera rien au constat. L'Ukraine a déjà perdu très gros dans cette guerre. Même si Zelensky triomphe sur le champ de bataille, son pays est désormais infesté par l'un des pires fléaux sur terre. Des vies seront détruites et l'économie nationale sera paralysée bien après que les combattants aient déposé les armes.

L’article