International
ONU

ONU: l'Occident tente d'isoler la Russie

«Attaques barbares»: l'Occident tente d'isoler la Russie à l'ONU

epa09871943 President Volodymyr Zelensky of Ukraine appears on screen and speaks during a United Nations Security Council meeting on the situation in Ukraine amid the Russian military invasion, at the ...
Le président ukrainien Volodomyr Zelensky s'adresse, par écran interposé, au conseil de sécurité de l'ONU, à New York. Image: sda
Tous les pays membres de l'ONU se sont réunis lundi à New York en assemblée générale d'urgence pour débattre d'une résolution condamnant l'annexion de régions ukrainiennes par Moscou.
11.10.2022, 04:4811.10.2022, 12:39
Plus de «International»

L'Ukraine a accusé lundi à l'ONU la Russie d'être un «Etat terroriste» pour avoir tué des civils en frappant massivement Kiev et des grandes villes. Ces bombardements ont été dénoncés par les Nations unies et l'Occident.

A travers une nouvelle résolution, qui pourrait être mise au vote mercredi, les Occidentaux espèrent montrer que la Russie du président Vladimir Poutine est isolée sur la scène internationale.

Mais ce sont les frappes de lundi matin qui ont dominé la réunion et les deux pays en guerre ont croisé le fer devant les Nations unies:

«La Russie a encore une fois prouvé qu'elle était un Etat terroriste que l'on doit dissuader de la plus forte des manières»
L'ambassadeur ukrainien à l'ONU Sergiy Kyslytsya

En réponse, son homologue russe Vassili Nebenzia a comparé le régime de Kiev à la «plus scandaleuse des organisations terroristes», deux jours après l'explosion - un «sabotage» selon Moscou - qui a sérieusement endommagé le pont russe de Crimée. Avant l'assemblée générale, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, «profondément choqué», a dénoncé les bombardements russes: «une nouvelle escalade inacceptable de la guerre» dont les civils «paient le prix le plus élevé».

Davantage de personnes seront contraintes de fuir leur foyer en Ukraine, a prévenu lundi le Haut-commissaire aux réfugiés de l'ONU Filippo Grandi, après ces frappes:

«L'horreur de ce qui s'est passé en Ukraine aujourd'hui... est inexcusable. Je crains que les événements de ces dernières heures ne provoquent de nouveaux déplacements.»
Filippo Grandi

«Brutalité absolue»

Le président américain Joe Biden s'est insurgé contre la «brutalité absolue» de son homologue russe, tandis que la diplomatie européenne a dénoncé des «attaques barbares». Les services de secours ukrainiens ont fait état d'un bilan provisoire de 11 morts et 89 blessés à travers le pays mais l'ambassadeur Kyslytsya a parlé de 14 civils tués et 97 blessés.

Avant ces frappes, l'ONU avait décidé de porter le dossier des annexions de régions ukrainiennes devant son assemblée générale - où chacun des 193 membres ont une voix, sans veto - après que la Russie eut bloqué un texte similaire au Conseil de sécurité le 30 septembre.

Annexions «illégales»

Le projet de texte vu par l'AFP condamne les annexions «illégales» des régions ukrainiennes de Donetsk, Lougansk, Zaporijjia et Kherson après des «prétendus référendums» et souligne que ces actions n'ont «aucune validité» au regard du droit international. Il appelle également à ce que personne ne reconnaisse ces annexions et réclame le retrait immédiat des troupes russes d'Ukraine.

Dans une lettre à tous les Etats membres, la Russie a attaqué «les délégations occidentales» dont les actions «n'ont rien à voir avec la défense du droit international».

La séance à l'assemblée générale a été perturbée par une bataille de procédures lancée par Moscou pour obtenir, en vain, un vote de la résolution à bulletin secret, une procédure inhabituelle réservée en principe aux élections par exemple des membres du Conseil de sécurité.

«Escalade dangereuse»

Antonio Guterres avait aussi dénoncé les annexions de territoires ukrainiens: «Cela bafoue les buts et les principes des Nations unies. C'est une dangereuse escalade. Cela n'a pas de place dans le monde moderne. Cela ne doit pas être accepté», avait-il martelé le 29 septembre.

Les propos du chef de l'ONU «prouvent bien que ce n'est pas une question de l'Occident contre la Russie», a commenté un responsable américain. Lors du vote au Conseil de sécurité, aucun pays n'avait pris le parti de la Russie, mais quatre (Chine, Inde, Brésil et Gabon) s'étaient abstenus.

Alors que certains pays en développement s'agacent que l'Occident concentre toute son attention sur l'Ukraine, d'autres pourraient leur emboîter le pas cette semaine.

«Cela va être dur»

Le vote permettra d'évaluer le degré d'isolement de la Russie. Les efforts des défenseurs du texte pour convaincre les potentiels abstentionnistes vont ainsi bon train. En visite en Afrique, le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba a dit «exhorter l'Afrique à ne pas rester neutre» lors du vote, selon un communiqué de l'ambassade d'Ukraine à Dakar.

«Cela va être dur. La résolution contre l'annexion de la Crimée en 2014 avait recueilli une centaine de votes. Je pense qu'on en aura plus cette fois», a confié un responsable européen, tablant sur 100 à 140 voix pour.

Les deux premières résolutions de l'Assemblée générale contre l'invasion russe en mars avaient recueilli 141 et 140 voix pour, cinq contre (Russie, Bélarus, Syrie, Corée du Nord et Erythrée) et entre 35 et 38 abstentions.

La troisième, datant de fin avril, qui suspendait la Russie du Conseil des droits de l'Homme, s'était traduite par un effritement de l'unité internationale face à Moscou, avec beaucoup plus d'abstentions (58) et de voix contre (24) face à 93 voix pour. (ats/jch)

Des missiles russes ont été tirés sur Kiev
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Haïti: 40 morts dans l'incendie d'un bateau de migrants
Une tragédie maritime au large d'Haïti, liée à un rituel vaudou, a coûté la vie à au moins 40 migrants, selon une agence onusienne.

Au moins 40 migrants ont perdu la vie quand leur bateau a pris feu au large d'Haïti, a annoncé vendredi une agence onusienne. Des témoins ont expliqué que la tragédie a été provoquée par un rituel vaudou.

L’article