DE | FR

Omicron: on en sait enfin plus sur sa dangerosité

Image: Shutterstock
Le dernier variant du Covid continue de gagner du terrain. Mais que sait-on de lui à ce jour? Deux études récentes donnent enfin l'espoir officiel d'une évolution moins grave de la maladie.
17.01.2022, 12:1717.01.2022, 12:19
Christiane Braunsdorf / t-online
Un article de
t-online

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a lancé un avertissement la semaine dernière: dans les six à huit semaines à venir, plus de la moitié des Européens pourraient être infectés par Omicron. Qu'est-ce qui nous attend? Des études menées en Californie et en Afrique du Sud apportent aujourd'hui des éclaircissements.

Première étude: le risque de mortalité réduit de 91% par rapport à Delta

Des chercheurs de l'université de Berkeley ont examiné les données de plus de 52 000 personnes testées positives à Omicron. Ils les ont comparées à près de 17 000 cas de Delta en décembre 2021. Les résultats sont clairs:

  • Parmi les personnes infectées par Delta, 1,3% ont dû être hospitalisées. Chez les personnes infectées par Omicron, ce chiffre était de 0,5%. Les personnes infectées par Omicron ont donc été hospitalisées presque trois fois moins souvent.
  • Aucun patient atteint de la maladie à cause d'Omicron n'a dû être placé sous respiration artificielle. Cependant, une personne en est décédée.
  • Dans le groupe des personnes infectées par Delta, 14 décès ont été enregistrés. Le risque de mortalité en cas d'infection par Omicron est donc réduit de 91% par rapport à Delta.
  • La durée d'hospitalisation est également réduite. Les patients Omicron ont été hospitalisés 3,4 jours de moins. Selon les scientifiques, cela correspond à une réduction d'environ 70%.

Deuxième étude: les vaccins protègent contre une évolution grave

Une deuxième étude menée par des chercheurs de la province sud-africaine du Cap-Occidental parvient à des conclusions similaires. Ici, les données de près de 17 000 cas ont été examinées entre la mi-novembre et le mois de décembre. Un peu plus de 5 000 d'entre eux avaient été infectés par Omicron, le reste par le variant Delta. Avec Omicron, le risque que la maladie entraîne une hospitalisation ou même la mort était réduit de 25% par rapport à Delta.

Il est également clair que les vaccins et/ou une infection antérieure protègent contre une évolution grave de la maladie. Toutefois, l'auteur de l'étude californienne a une conclusion très claire: Omicron ne doit pas être sous-estimé. Dans le New York Times, l'épidémiologiste Dr Joseph Lewnard a déclaré:

«Comme Omicron est plus facilement transmissible, il y aura inévitablement de nombreuses hospitalisations à un moment donné»

Cody Laplante déchausse des deux skis et fait une chute spectaculaire

Pour les amateurs de Covid...

Injecter une 4e dose de vaccin? Pourquoi «ce n'est pas une bonne idée»

Link zum Artikel

5 points pour comprendre pourquoi l'OMS désavoue les vaccins Covid

Link zum Artikel

Faut-il lever les mesures Covid et prendre la vague de plein fouet?

Link zum Artikel

Pas de rappel, pas de piqûre et pas d'infection? Le vaccin nasal fait rêver

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Il n'y avait peut-être plus de survivant»: pourquoi la police a tardé à Uvalde
Un haut responsable texan a reconnu vendredi que la police avait pris une «mauvaise décision» en n'entrant pas rapidement dans l'école d'Uvalde, mardi lors de la fusillade meurtrière qui a fait 21 victimes.

Les forces de l'ordre avaient attendu une heure dehors.

L’article