DE | FR

Fini, la baisse de CO2 de la pandémie! Nous polluons de nouveau autant qu'avant

Les émissions mondiales de carbone avaient connu une chute drastique en 2020. Mais ne nous réjouissons pas trop vite... en 2021, la pollution de l'atmosphère est repartie de plus belle. Et plus vite encore qu'escompté.
04.11.2021, 09:0504.11.2021, 11:09

La diminution spectaculaire des émissions de CO2 consécutive à la pandémie de Covid, aurait pu nous donner l'espoir que le monde était sur la bonne voie. Mais le dernier bilan du Global Carbon Project (GPC), dévoilé le 4 novembre, a vite mis un terme à ce bel optimisme.

Après une chute notable des émissions en 2020, pour cette année, le groupe de chercheurs s’attend à une augmentation de 4,9%. Ce qui nous ramènerait à des niveaux très proches de ceux d’avant-pandémie.

Elle sera même plus élevée en ce qui concerne l'Inde et la Chine. Cette dernière serait la principale responsable de ce retour des chiffres mondiaux au niveau de 2019.

La pandémie ne nous sauvera pas

La baisse constatée en 2020 était conjoncturelle, liée à l'arrêt brutal de l'économie mondiale pendant le Covid. Mais elle a été inévitablement suivie d'un fort rebond lié au redémarrage.

«Le rebond des émissions mondiales de CO2 d'origine fossile en 2021 reflète un retour vers l'économie fossile pré-Covid. Les investissements dans l'économie verte prévus dans les plans de relance post-Covid de certains pays ont été insuffisants jusqu'à présent, à eux seuls, pour éviter un retour substantiel proche des émissions pré-Covid»
Pierre Friedlingstein, du Global Systems Institute de l'université d'Exeter et directeur de l'étude.

La pandémie n'a donc marqué qu'une «pause». Selon Corine LeQuere, co-auteure de l'étude du GPC et climatologue, citée par AP News:

«Ce n'est pas la pandémie qui nous fera prendre le virage»

«Ce sont les décisions qui seront prises cette semaine et la semaine prochaine. C'est ça qui nous fera prendre le virage. La pandémie ne change pas la nature de notre économie», a précisé la chercheuse.

En effet, le rapport est tombé en pleine COP26, qui a débuté ce lundi. Les résultats ont été présentés à Glasgow.

C'est notre dernière chance

Si le monde veut limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius depuis l'ère préindustrielle, il ne lui reste que 11 ans aux niveaux d'émission actuels avant qu'il ne soit trop tard, indique le document.

Pour atteindre ce but, stabiliser nos émissions annuelles mondiales de CO2 ne suffira pas. Il faudra les faire baisser drastiquement, préviennent les scientifiques. «De l’ordre de 6 à 7% par an, jusqu’à atteindre la neutralité carbone», indique Philippe Ciais, chercheur et membre du GPC. «C’est tout l’enjeu des COP. Passer d’un monde où les émissions de CO2 continuent d’augmenter à un monde où elles commencent à baisser».

Le monde s'est réchauffé de 1,1 degré Celsius depuis la fin des années 1800. (mbr)

Pour vous consoler de ces mauvaises nouvelles, voici la tronche de Marie-Adèle pour les fans absolus!

1 / 16
Pour les fans absolus, voici la tronche de Marie-Adèle
source: watson
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Et vous, c'est quoi les expressions que vous utilisez?

Et pour vous mettre à jour sur la COP26, c'est ici que ça se passe!

C'est quoi exactement la COP26? On vous explique tout

Link zum Artikel

La reine Elizabeth ne va pas participer à la COP26

Link zum Artikel

À la veille de la COP26, la pollution bat des records. Comment s'en sortir?

Link zum Artikel

COP26: 9 motifs d'espoir ou d'inquiétude sur la transition écologique

Link zum Artikel

L'arme la plus originale pour nous annoncer qu'on va tous mourir

Link zum Artikel

La Suisse en force à la COP26 car c'est la «dernière chance» pour le climat

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
La Turquie ne veut plus être confondue avec une dinde
Les autorités turques ont demandé, début janvier, à l'Organisation des Nations Unies (ONU) de modifier l'orthographe anglaise du nom de leur pays. Parce que dans la langue de Shakespeare, «Turkey», ça veut aussi dire «dinde».

Les anglophones devront désormais réfléchir à deux fois avant de prononcer le mot «Turquie» dans leur langue. Début janvier, le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan a demandé à l'ONU de modifier l'orthographe du nom de son pays afin de mettre un terme à une confusion qui l'agace: en anglais, «Turkey» ne signifie pas seulement «Turquie», mais aussi «dinde».

L’article