DE | FR

La pandémie de Covid, un «désastre» qui «aurait pu être évité»

Peu à peu, les voix officielles dénonçant un fiasco dans la gestion de la pandémie de Covid s'amoncellent. Aujourd'hui, c'est la réaction tardive de l'OMS qui est mise en cause. Entre autres.
12.05.2021, 14:4412.05.2021, 15:06

Il a fallu trop de temps à l'OMS pour déclarer le coronavirus en urgence mondiale, selon les enquêteurs internationaux. Après un «désastre» qui «aurait pu être évité», ils veulent un pouvoir étendu pour celle-ci dans un monde pas prêt pour la prochaine pandémie.

Un délai aux lourdes conséquences

La Chine, visée plus tard par de nombreux Etats pour un manque de collaboration, avait relayé en décembre 2019 les premières indications de cas de pneumonie d'origine inconnue. Mais l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui s'appuie sur son comité d'urgence indépendant, avait attendu fin janvier pour déclarer une urgence internationale.

«Trop long», estime dans son rapport final, publié mercredi à Genève, le panel de 13 membres. Il affirme que cette étape aurait pu être recommandée huit jours plus tôt par le comité d'urgence, constitué d'experts indépendants.

Les gouvernements, pris de cours, ont alors réagi dans la précipitation, avec les conséquences que l'on connait. Y compris en Suisse:

D'où viennent ces critiques?

Ce panel a été mandaté en mai 2020 par l'Assemblée mondiale de la santé, notamment après les critiques américaines contre l'organisation et son directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus, accusés d'être trop proches de Pékin. Le système d'alerte «n'est pas assez rapide», a dit à la presse la coprésidente de cette investigation, l'ancienne cheffe d'Etat du Liberia et Prix Nobel de la paix Ellen Johson Sirleaf.

A qui s'adressent-elles?

«L'OMS a été entravée et pas aidée par le Règlement sanitaire international», en vigueur depuis 2007, renchérit l'autre coprésidente, l'ex-première ministre néo-zélandaise Helen Clark, qui déplore aussi des «retards» en Chine après l'alerte des médecins. L'organisation aurait dû dire aux Etats rapidement qu'une propagation humaine était non seulement possible, mais qu'elle avait probablement lieu.

De même, Clark estime que des restrictions aux voyages, que l'OMS n'avait pas recommandées, auraient pu diminuer la progression de l'épidémie. Mercredi, Tedros a salué les recommandations du panel, sans se prononcer sur leur contenu.

De leur côté, les gouvernements sont également visés. En février 2020, bien davantage d'entre eux auraient pu prendre des dispositifs pour mieux empêcher la propagation du virus. La semaine dernière, deux autres évaluations indépendantes avaient déjà ciblé des «lacunes» de l'OMS et des Etats.

Ce qui doit être amélioré

  • Le panel recommande le lancement d'un Conseil mondial des menaces sanitaires, au niveau des chefs d'Etat et de gouvernement.
  • Un nouveau système mondial de surveillance devrait aussi être établi. L'OMS pourrait alors relayer des indications sur des épidémies avec potentiel pandémique, sans attendre l'approbation d'un Etat, et déployer des investigateurs rapidement.
  • Les Etats doivent aussi mieux doter l'organisation financièrement et tout directeur général ne devrait pas dépasser un seul mandat de sept ans.
  • L'accélérateur pour un accès équitable aux vaccins et autres technologies contre le coronavirus doit devenir une plateforme mondiale et le G7 doit alimenter immédiatement 60% des plus de 16 milliards de francs requis.
  • Ils demandent aux pays riches de partager un milliard de doses excédentaires avec le dispositif Covax d'ici septembre, deux milliards d'ici la moitié de l'année prochaine.

Si aucun mécanisme de licences volontaires n'est établi dans les trois prochains mois, une suspension de la propriété intellectuelle devra être décidée à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), selon le panel. La Suisse est opposée à ces exceptions. (ats)

Art et Covid, l'installation «It is like it is» à Berlin

1 / 12
Art et Covid, l'installation «It is like it is» à Berlin
source: sda / clemens bilan
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

ça chauffe à Berne pour les anti-mesures Covid

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Nucléaire iranien: l'UE a soumis «un texte final» pour sauver un accord moribond
L'Union européenne, coordinatrice des pourparlers de Vienne sur le nucléaire iranien, a soumis «un texte final». La balle est dans le camp des capitales.

«On a travaillé quatre jours et aujourd'hui le texte est sur la table des hauts représentants», a annoncé, lundi, un responsable européen. L'Union européenne (UE), coordinatrice des pourparlers de Vienne sur le nucléaire iranien, a soumis sa copie, et selon le haut diplomate qui parle sous couvert d'anonymat:

L’article