International
Pandémie

Le monde n'est pas préparé aux prochaines pandémies

Image
Keystone

Le monde n'est pas préparé aux prochaines pandémies, selon des experts

Les tensions politiques, les difficiles négociations, la méfiance entre Etats ou les divergences à l'intérieur des pays ralentissent les solutions face aux pandémies. Les avancées obtenues sont «précaires».
30.10.2023, 06:2430.10.2023, 08:08
Plus de «International»

Le monde n'est toujours pas préparé aux prochaines pandémies, selon des experts internationaux. Dans un rapport publié lundi à Genève, ils affirment aussi que la menace «augmente», alors que les tensions internationales se multiplient.

«Des avancées ont été obtenues, mais elles sont précaires», a affirmé à la presse la coprésidente du Conseil de surveillance de la préparation mondiale aux urgences de santé (GPMB), l'ancienne présidente croate Kolinda Grabar-Kitarović.

«Il manque des composantes solides pour garantir durablement une préparation aux pandémies»
Kolinda Grabar-Kitarović

Les tensions politiques actuelles, les difficiles négociations, la méfiance entre Etats ou encore les divergences à l'intérieur des pays ralentissent les solutions possibles. Tous les acteurs, y compris la société civile, doivent être associés, selon le GPMB. «Il y a de nombreux efforts en cours pour renforcer la préparation, mais ils échoueront si les ressources et le soutien requis ne sont pas attribués», ajoute encore le conseil.

Kolinda Grabar-Kitarović, coprésidente du Conseil de surveillance de la préparation mondiale aux urgences de santé (GPMB).
Kolinda Grabar-Kitarović, coprésidente du Conseil de surveillance de la préparation mondiale aux urgences de santé (GPMB).Keystone

Garantir le financement

La question de mécanismes de surveillance indépendants doit faire partie de la gouvernance dans le futur traité sur les pandémies, affirment également ces experts indépendants. Le GPMB n'est pas satisfait sur cette question par la Déclaration politique des dirigeants mondiaux approuvée en marge de l'Assemblée générale de l'ONU. Les Etats membres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) doivent investir pour relayer davantage de données, selon lui.

Autre demande, le financement de la préparation et de la réponse dans tous les pays doit être garanti. Le Fonds sur les pandémies constitue une étape dans la bonne direction, mais il doit être doté des 10 milliards de dollars prévus au moment de son lancement, insistent les experts.

Parmi les pistes, ils mentionnent des assouplissements de dettes, des mécanismes de contribution collective ou encore une réforme institutionnelle. Le Fonds de l'OMS devrait lui être alimenté d'au moins 500 millions de dollars.

Eviter l'inégalité

En termes de recherche et d'approvisionnement, seuls quelques pays rassemblent les capacités adaptées, même s'ils sont devenus plus nombreux. Les experts demandent de changer cette situation pour éviter l'inégalité face aux vaccins observés au début de la pandémie de coronavirus.

«Les Etats doivent garantir que la propriété intellectuelle n'empêche pas l'accès aux technologies, notamment pour les pays pauvres ou à revenus intermédiaires»
Kolinda Grabar-Kitarović

Comme d'autres pays, la Suisse ne souhaite pas voir la question des levées de brevets faire partie du prochain accord attendu à l'OMS, estimant que cette question doit être discutée à l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Un cadre mondial de soutien aux différentes régions devra être établi dans le futur traité, a ajouté le GPMB. Un financement public doit être garanti et des accords doivent être arrachés pour la fabrication de vaccins ou d'autres technologies. (ats)

Manif à Genève contre la Loi Covid
1 / 7
Manif à Genève contre la Loi Covid
source: watson
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Pourquoi Kate va sauver Trooping the Colour
L'annonce de la présence surprise de la princesse de Galles ce samedi, à Trooping the Colour, va égayer le balcon désespérément vide qui menaçait de pendre au nez des sujets britanniques.

Parmi les nombreux avantages à être roi, outre les châteaux opulents, les chevaux de course et des billets de banque à son effigie, il y a celui de pouvoir fêter son anniversaire deux fois par an. Oui, deux fois. Charles III, cette année, sera célébré le 14 novembre, jour de ses 76 printemps, et le 15 juin, à l'occasion de Trooping the Colour. La fête officielle de l'anniversaire de tous les souverains d'Angleterre.

L’article