DE | FR

Le président philippin se retire de la vie politique

Rodrigo Duterte, actuel président des Philippines
Rodrigo Duterte, actuel président des Philippines
Image: sda
Rodrigo Duterte, au pouvoir aux Philippines depuis 2016, a annoncé samedi son retrait de la vie politique. Sa fille fait partie des candidats qui pourraient lui succéder.
02.10.2021, 13:2403.10.2021, 09:55

Le président philippin Rodrigo Duterte a annoncé samedi son prochain retrait de la vie politique après avoir renoncé contre toute attente à la vice-présidence. Il laisse ainsi la voie libre à sa fille pour lui succéder éventuellement à la tête du pays.

Gouvernement autoritaire

Le président sortant demeure presque aussi populaire, selon les sondages, que lorsqu'il a remporté la présidentielle en 2016 en promettant notamment de mettre fin aux problèmes de la drogue. La Constitution lui interdit cependant de briguer un second mandat de six ans, au terme d'un scrutin qui devrait attirer plus de 60 millions d'électeurs.

«Le sentiment dominant (...) chez les Philippins, est que je ne suis pas qualifié et que ce serait enfreindre la Constitution»
Rodrigo Duterte, président des Philippines

Fin août, M. Duterte, qui gouverne l'archipel de manière autoritaire, avait annoncé sa candidature à la vice-présidence du pays pour les élections de mai 2022, entendant ainsi continuer sa «croisade» contre la drogue et les rebelles. Cette nouvelle avait aussitôt été dénoncée par l'opposition qui y a vu un «écran de fumée» et une parade contre d'éventuelles poursuites judiciaires.

Et les autres candidats?

Sara Duterte-Carpio, qui occupe la fonction de maire de la ville de Davao (Sud) - un poste occupé par son père avant qu'il devienne président -, avait affirmé ne pas vouloir se présenter si son père briguait la vice-présidence.

Parmi les principaux candidats à la présidence figurent un allié de M. Duterte, Ferdinand «Bongbong» Marcos, fils et homonyme de l'ancien dictateur du pays, ainsi que l'ex-acteur et maire de Manille Francisco Domagoso, connu sous son pseudonyme Isko Moreno. Le boxeur superstar Manny Pacquiao, qui vient de raccrocher les gants, a pour sa part enregistré vendredi sa candidature à la présidence. (sda/ats/afp)

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Reportage

Mariage pour tous, la suite: la GPA et la transidentité

Le mariage pour tous est passé haut la main. Il reste maintenant à en assurer le service après-vente. Côté LGBT, d'autres revendications sont d'ores et déjà brandies, avec en point de mire la très délicate GPA.

Le plus émouvant fut sans doute le complet silence qui accueillit les premières estimations données à midi par la télé. Non qu’il y eût le moindre doute, mais à ce moment-là, chacun se remémorait sûrement un peu de sa vie de gay, de lesbienne, de trans, de quelque chose d’autre que la norme. C’est à 13h15 qu’on entendit, enfin, un bruit de joie, celui d’un bouchon de champagne. Vive les mariés! A peu près ça, oui. Dorina Xhixho, l’égérie du mariage pour tous côté …

Lire l’article
Link zum Artikel