DE | FR

Une appli contrôlée par le FBI piège plus de 800 criminels

Image: AP DPA
Plus de 800 personnes ont été arrêtées au cours d'un gigantesque coup de filet contre le crime organisé. Les polices de plusieurs pays ont décrypté une appli utilisée par les criminels, mais contrôlée par le FBI.
08.06.2021, 10:0308.06.2021, 17:33

L'opération a été déclenchée par les polices de plusieurs pays d'Europe, des Etats-Unis, d'Australie et de Nouvelle-Zélande, qui ont réussi à décoder, en temps réel et pendant trois ans, des milliers de communications cryptées au sein de réseaux criminels en tout genre.

Cette interception massive de messages a été rendue possible grâce à une application baptisée «ANoM», dont se servaient des malfaiteurs du monde entier pour communiquer de façon cryptée, mais qui était en fait contrôlée par le FBI, la police fédérale américaine.

Ces messages concernaient notamment des projets d'assassinat et des trafics de drogue et d'armes. Plus de 800 personnes ont été arrêtées et plus de huit tonnes de cocaïne ont été saisies, a annoncé Europol.

«Ils se sont passé les menottes les uns aux autres»

L'application «ANoM» était installée sur des téléphones mobiles qui, privés de toute autre fonctionnalité, s'échangeaient au marché noir. Un téléphone de ce type ne pouvait communiquer qu'avec un autre téléphone contenant l'application. «Un criminel devait connaître un autre criminel pour obtenir ce matériel», a expliqué la police australienne.

«Les appareils ont circulé et leur popularité a grandi parmi les criminels, qui avaient confiance dans la légitimité de l'application car de grandes figures du crime organisé se portaient garants de son intégrité», a-t-elle poursuivi.

«Essentiellement, ils se sont passé les menottes les uns aux autres en adoptant et en faisant confiance à ANoM et en communiquant ouvertement avec, sans savoir que nous les écoutions tout le temps», a-t-il ajouté. (ats)

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le premier criminel de guerre russe n'a rien d'un boucher sanguinaire
Vadim Chichimarine, le sergent russe de 21 ans qui a tué un civil ukrainien d'une balle de kalachnikov en février dernier, a été reconnu coupable de crime de guerre et condamné à la prison à perpétuité. Au beau milieu d'un conflit sanglant où les pires atrocités ont été commises, c'est un criminel aux airs de petit gibier qui fait désormais «office d'exemple». Un paradoxe... pas si étonnant.

Démonstration de gonflette. En déballant ses biscoteaux judiciaires, l'Ukraine a voulu à tout prix prévenir les troupes russes: les crimes sont jugés, les criminels condamnés. L'agression menée par Vladimir Poutine depuis deux mois a désormais un visage juvénile et un regard de chiot abîmé. Lundi, Vadim Chichimarine, 21 ans, a été reconnu coupable de crime de guerre et condamné à la prison à perpétuité. Il a tué, en février dernier, Oleksandre Chelipov, un civil ukrainien de 62 ans. Une balle de kalachnikov en pleine tête, depuis le siège passager d'une voiture volée.

L’article