dégagé
DE | FR
International
Politique

Martin Luther King: sa famille veut réformer le système électoral US

La famille de Martin Luther King veut réformer le système électoral

IMAGE DISTRIBUTED FOR DELIVER FOR VOTING RIGHTS - Martin Luther King III, center, and his family are joined by members of Congress Rep. Joyce Beatty (D-OH), center 2nd right, and Rep. Terri Sewell (D- ...
Le fils du célèbre révérend a affirmé que de nombreux Etats ont adopté des lois qui rendent le vote plus difficile.Image: sda
Alors que les Américains rendent hommage au célèbre militant afro-américain, ce projet de loi fait l'objet d'une bataille politique acharnée aux Etats-Unis.
18.01.2022, 05:3318.01.2022, 06:58
Plus de «International»

Des membres de la famille de Martin Luther King Jr ont pris part lundi aux manifestations à Washington pour demander au Congrès d'adopter une réforme du droit de vote. Ce alors que les Etats-Unis commémoraient l'assassinat du leader des droits civiques.

Le fils du célèbre révérend, Martin Luther King III, a pris la parole lors de la marche, avertissant que de nombreux Etats «ont adopté des lois qui rendent le vote plus difficile», plus d'un demi-siècle après les discours historiques de son père.

Les participants à la marche de lundi ont fait écho aux demandes formulées par Martin Luther King il y a plus de 60 ans en scandant: «Que voulons-nous? Le droit de vote! Quand le voulons-nous? Maintenant!»

«Nous marchons parce que notre droit de vote est attaqué en ce moment. En fait, notre démocratie est très fragile.»
La pasteure Wendy Hamilton, une élue locale de Washington

Beaucoup portaient des affiches imprimées à l'effigie de l'icône des droits civiques, et portant son célèbre appel de 1957 «Donnez-nous le bulletin de vote», qui demandait au gouvernement fédéral de faire respecter le droit de vote des Noirs américains dans tout le pays.

La manifestation visait à soutenir la loi sur la liberté de vote actuellement examinée par le Sénat, adoptée par la Chambre des représentants la semaine dernière. La présidente de la Chambre des représentants, la démocrate Nancy Pelosi, a également pris la parole lors de la marche, ainsi que la petite-fille de Martin Luther King, âgée de 13 ans.

Ce projet de loi fait l'objet d'une bataille politique acharnée, le président Joe Biden devant négocier avec deux sénateurs récalcitrants de son propre parti démocrate pour pouvoir modifier une règle de procédure et permettre au Congrès d'adopter la loi sans le soutien des républicains.

«Si ces lois supprimant des électeurs dans les Etats persistent, l'Amérique dont mon père a rêvé ne verra jamais le jour»
Bernice King, la fille de Martin Luther King

Joe Biden fait valoir que le projet de loi est essentiel pour protéger la démocratie américaine contre les tentatives des républicains d'exclure du vote les minorités, qui penchent historiquement du côté démocrate, par le biais d'une série de lois récemment adoptées au niveau local.

«Martin Luther King a défendu la justice raciale, la justice économique et la liberté qui permet toutes les autres: la liberté de vote. Pour vraiment honorer l'héritage de l'homme que nous célébrons aujourd'hui, nous devons continuer à nous battre pour la liberté de vote, pour la liberté de tous.»
La vice-présidente des Etats-Unis, Kamala Harris

Biden et Harris ont visité la semaine dernière la crypte où Martin Luther King, assassiné en 1968 à 39 ans, et sa femme, Coretta Scott King, sont enterrés à Atlanta. (ats/jch)

The Bureau: épisode 1 - Veganuary
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Donald Trump est obsédé par la famille royale
En menaçant de faire virer le rêve américain du prince Harry au cauchemar, Donald Trump vient de faire une énième démonstration de sa fascination pour la monarchie. Une passion qui remonte à son enfance. Remontons le fil.

Entre un plongeon dans l'océan, un bal caritatif et un déjeuner sur la terrasse d'Oprah Winfrey, le prince Harry nourrit peut-être quelques motifs d'inquiétudes. A quelques mois de l'élection américaine, Donal Trump, grand favori dans les sondages, vient d'ores et déjà de lui adresser un avertissement. «ll a trahi la reine. C'est impardonnable. Il serait seul si cela ne dépendait que de moi», a-t-il lancé samedi, à l'occasion d'une conférence près de Washington DC.

L’article