DE | FR
La vice-présidente américaine Kamala Harris doit faire face à de mauvais sondages.
La vice-présidente américaine Kamala Harris doit faire face à de mauvais sondages.image: keystone
Analyse

Pourquoi Kamala Harris est la vice-présidente la plus impopulaire?

Que fait Kamala Harris? Cette question devient de plus en plus pressante pour la vice-présidente de Joe Biden autrefois si prometteuse. Beaucoup la considèrent comme une erreur de casting.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
30.12.2021, 19:59
Bastian Brauns, Washington / t-online
Un article de
t-online

Quel est le point commun entre la vice-présidente américaine Kamala Harris et des stars comme Michael Jackson, Nelson Mandela et Mohammed Ali? Ces dernières années, le célèbre magazine américain Time leur a consacré une «édition commémorative».

Il existe, cependant, une différence notable: les numéros spéciaux consacrés au chanteur, au combattant de la liberté et au boxeur ont été publiés pour rendre hommage à l'héritage et aux réalisations de ces personnalités décédées. Le numéro spécial consacré à la pétillante Kamala Harris, sous-titré L'histoire fascinante de la première femme vice-présidente de notre nation, a, en revanche, été publié quelques semaines seulement après son entrée en fonction.

Débutante et dilettante?

Trop tôt pour faire un bilan, semble-t-il. Ou juste au bon moment. Car le chapitre avec Kamala pourrait se terminer bien plus tôt que prévu. Sa réputation souffre et sa cote de popularité est tombée à son plus bas niveau depuis 50 ans pour un vice-président américain. Selon de récents sondages, seuls 37,9% des personnes interrogées étaient encore satisfaites de ses prestations. 52,7% sont insatisfaits. C'est du jamais vu dans un passé récent. Un désastre pour la débutante.

De plus, les rapports se multiplient sur sa gestion prétendument chaotique, sur les employés qui la fuient en démissionnant et sur les rumeurs d'une brouille avec Joe Biden. Des articles paraissent en permanence sur son échec politique, précisément dans les tâches qui lui ont été confiées:

  • La résolution des problèmes d'immigration.
  • Une réforme du droit de vote qui doit notamment protéger celui des minorités.

Dans les cercles politiques de Washington, certains ne s'en étonnent pas. On a déjà pu constater l'amateurisme de la vice-présidente lorsque Kamala Harris a dû mettre un terme à sa campagne pour les primaires présidentielles de 2019 après seulement onze mois en raison de problèmes d'argent. Joe Biden ne l'aurait nommée que pour mieux marquer des points auprès des femmes et des minorités en tant que candidat après Barack Obama et Hillary Clinton. Sa cible à lui, en revanche, devant être celle des ouvriers blancs.

Kamala Harris, une étoile qui n'est pas encore née, est-elle en train de s'éteindre au-dessus de la capitale américaine? S'est-elle ou a-t-on été trop exigeant avec elle?

Historique, mais pas encore de performances

Les attentes envers la Californienne, souvent si charmante, chaleureuse et entraînante, étaient et sont en tout cas grandes. Peut-être plus que jamais pour la numéro deux américaine.

Harris a débuté de manière triplement historique dans cette fonction, qui a souvent été moquée comme un simple rôle de figuration. Et pourtant:

  1. Elle y est la première femme de l'histoire américaine à occuper ce poste.
  2. Elle est la première «personne de couleur» à occuper ce poste.
  3. Et elle est pour la première fois l'adjointe d'un Joe Biden, le plus vieux président américain jamais entré en fonction.
Les attentes envers Harris étaient grandes. Trop grandes?
Les attentes envers Harris étaient grandes. Trop grandes?Bild: keystone

Dans les campagnes électorales américaines, les «running mates» pour le poste de vice-président sont presque toujours attribués de manière stratégique. Par exemple pour gagner des Etats fédérés chancelants pour le président. Ou encore pour mettre en place très tôt d'éventuels successeurs. George H. W. Bush a ainsi été, pendant huit ans, le vice-président de Ronald Reagan avant de devenir lui-même président.

Mais dans le cas de Kamala Harris, il semble plus probable que jamais qu'elle devienne la première présidente des Etats-Unis, et ce, plus vite que prévu. Soit parce que Joe Biden pourrait déjà quitter ses fonctions en cours de mandat pour des raisons de santé. Ou au plus tard en 2024, lors des prochaines élections, si le président, contrairement à ce qu'il a toujours affirmé, décidait de ne pas se représenter une seconde fois à 82 ans.

«Ne venez pas!»

Il est donc logique que les médias et les adversaires politiques, républicains comme démocrates, regardent de plus près et beaucoup plus tôt que jusqu'à présent qui pourrait devenir du jour au lendemain la personne la plus puissante du pays ou quelles sont ses performances passées. Mais est-ce que cela pourrait être injuste?

Dans une récente interview avec le magazine Politico, la porte-parole du gouvernement de Joe Biden, Jen Psaki, a déclaré que les nombreuses attaques actuellement en cours contre Kamala Harris sont dues, au moins en partie, au fait qu'elle est une femme et qu'elle appartient à une minorité. «Cela met vraiment beaucoup de poids sur ses épaules», a déclaré Psaki. C'est une lecture que les critiques de Harris contestent avec véhémence.

Il est certes difficile de comparer, mais Condoleezza Rice, une femme d'origine afro-américaine a déjà été conseillère à la sécurité du président américain à l'époque de George W. Bush, puis secrétaire d'Etat. Dans son cas, sa cote de popularité est toujours restée assez stable.

Condoleezza Rice avait une cote de popularité constante.
Condoleezza Rice avait une cote de popularité constante.Bild: AP/The Times Argus

Toutefois, à l'époque, après le 11 septembre 2001, le pays n'était pas non plus aussi divisé et radicalisé politiquement qu'aujourd'hui. Kamala Harris est considérée, en 2021, du moins aux yeux de nombreux républicains, comme la représentante des progressistes détestés, qui ne peut ni ne veut vraiment résoudre le problème de l'immigration illégale à la frontière sud des Etats-Unis avec le Mexique. En d'autres termes: 20 ans plus tard, le racisme et le chauvinisme peuvent tout à fait jouer un rôle plus important que sous l'administration Bush.

En revanche, les progressistes de son propre camp considèrent Harris plutôt comme une hardliner désagréable, notamment sur les questions de migration. «Ne venez pas!»: pour cette phrase adressée aux réfugiés potentiels, mais qui semblait aussi assez maladroite lors de son voyage au Guatemala cette année, la vice-présidente a reçu de nombreuses réprimandes de la part de l'aile gauche des démocrates. Dans le même temps, le nombre d'immigrants illégaux était déjà deux fois plus élevé en juin de cette année que sur l'ensemble de la période 2020.

Se mettre à dos les deux camps

Harris se bat toujours sur deux fronts. Mais la manière dont elle traite le thème de l'immigration qui lui a été confié la contrait à se mettre à dos les deux camps, la droite comme la gauche. Certes, sa cote de popularité n'a cessé de baisser depuis son entrée en fonction, mais avec le début des controverses publiques sur l'immigration, elle a vraiment chuté. Son approche, qui consiste à renforcer l'économie des pays d'origine avec l'aide de groupes américains, est peut-être durable. Toutefois, elle ne donne pas des résultats à court terme.

Actuellement, presque toutes les tentatives de Harris de faire bouger les choses sur le plan politique semblent aussi peu rhétoriques que son «Ne venez pas». Même un «Get your booster» (obtenez votre dose de rappel en français) répété à l'envi ne parvient pas à convaincre les sceptiques et les opposants à la vaccination. Pourtant, une augmentation massive du taux de vaccination est également considérée aux Etats-Unis comme la clé pour surmonter la pandémie. Le charme et la vivacité d'esprit de Harris semblent s'être évaporés. Elle paraît irritée, agacée et parfois même malheureuse.

Rien d'étonnant à ce que son deuxième grand thème, la réforme du droit de vote, ne progresse pas non plus. Le «John Lewis Voting Rights Advancement Act» et le «Freedom to Vote Act» doivent empêcher que le vote ne devienne plus difficile pour les minorités, en particulier dans les Etats fédéraux gouvernés par les républicains. Mais au Sénat américain, Harris se heurte toujours à l'opposition de deux démocrates, Joe Manchin et Kyrsten Sinema. Certes, la vice-présidente peut, en cas d'impasse, garantir par son vote la majorité manquante. Mais seulement si les 50 sénateurs démocrates sont d'accord.

Harris n'est donc finalement pas du tout la faiseuse de roi dont on parle tant. Elle, et donc le président Joe Biden, dépendent de Manchin et Sinema. On ne peut certes guère reprocher à Harris que ces deux sénateurs aient fait de l'anticonformisme leur marque de fabrique. Mais au final, les raisons de l'échec passent au second plan. Ce qui est décisif, c'est de savoir si la vice-présidente parviendra à livrer la marchandise. Harris le sait elle-même. «J'ai une tâche à accomplir. Et je vais l'accomplir», a-t-elle déclaré lors d'une interview diffusée le 26 décembre sur la chaîne de télévision CBS .

Manque de leadership ou mauvais conseillers?

Le sujet favori, du moins dans le Washington politique, n'a toutefois pas été abordé: la gestion du mandat de la vice-présidente. Un nombre inhabituellement élevé de collaborateurs de Kamala Harris ont en effet déjà démissionné au cours de sa première année. Selon le Washington Post et CNN, ce qui est tout à fait habituel en fin de mandat semble être dû au style de direction de la vice-présidente. Il est question de «modèles de comportement destructifs» et du fait qu'elle s'attaque à ses collaborateurs comme si elle était encore procureur général de Californie ou présidente d'une commission d'enquête.

De telles accusations ne sont pas inhabituelles chez les personnes au pouvoir, en particulier chez les hommes. Le fait qu'elles soient thématisées de cette manière chez Harris pourrait tout à fait être un indice de sexisme caché. D'un autre côté, Kamala Harris et Joe Biden se sont explicitement présentés avec l'ambition d'instaurer un autre style de direction après l'ère Trump.

En toute hâte, un collaborateur de Kamala Harris a tweeté après ces rapports en décembre: «Bonjour. Mon nom est David Gins. Je travaille pour la vice-présidente Harris au nom du peuple américain en tant que directeur adjoint des opérations et j'adore mon travail». Mais cela n'a pas arrangé les choses. Au contraire, cela ressemble plutôt à une mise en scène 👇.

Selon des informations de t-online, des cercles de démocrates à Washington qui travaillent avec l'équipe de Harris affirment que c'est surtout la chef de cabinet de Harris, Hartina Flournoy, qui pose problème. Cette femme de 65 ans a déjà travaillé, à partir de 2013, comme chef de cabinet pour le bureau de l'ex-président Bill Clinton. Auparavant, elle avait organisé à partir de 2007 les dons pour la pré-campagne électorale d'Hillary Clinton. Les collaborateurs de Bernie Sanders, en particulier, auraient ressenti la capacité de Flournoy à s'en prendre à ses collègues démocrates qu'elle jugeait indésirables. En bref, Hartina Flournoy est considérée comme un véritable dragon dans l'antichambre de Kamala Harris et donc comme une supérieure insupportable pour les collaborateurs. Et, comme elle vient du camp Clinton, on dit que ce n'est pas Harris, mais Bill et surtout Hillary qui tirent les véritables ficelles en coulisses.

Que va-t-il rester?

Tout cela ne peut pas être imputé à Kamala Harris seulement. Aux Etats-Unis, la cote de popularité d'un vice-président est toujours liée à celle du président. Et Joe Biden convainc actuellement aussi peu que le président américain le moins populaire de tous les temps: Donald Trump.

Dans sa biographie de Kamala Harris, le journaliste Dan Morain évoque ses grandes ambitions de la pré-campagne électorale de 2019:

«Même si sa campagne s'est arrêtée en balbutiant, avant même que les premiers votes ne soient exprimés, Harris avait fait grande impression. On se souvient toujours d'elle. C'est comme ça que ça se passe avec Kamala Harris.»

Il ne faut pas la sous-estimer. La question qui se pose à l'approche de 2022, année d'élections de mi-mandat importantes, est donc la suivante: qu'adviendra-t-il exactement d'elle?Les républicains ont, en tout cas, déjà fait de la question de l'immigration et de la frontière sud avec le Mexique l'un des thèmes principaux de la campagne électorale. Si les démocrates devaient perdre les midterms de manière catastrophique, cela ne serait pas seulement imputé à Joe Biden, mais aussi explicitement à Kamala Harris.

Jamais un numéro deux n'a été considéré comme un prochain numéro un aussi prometteur. Mais si les chances et les ambitions de Kamala Harris sont étroitement liées à l'âge avancé de l'actuel président américain, son destin est également clairement lié à la possible chute politique de Joe Biden. Cependant, Kamala Harris est une battante. Elle a en tout cas répété une phrase de sa mère Shyamala tout au long de son ascension: «Dans beaucoup de choses, tu es peut-être la première, mais fais en sorte de ne jamais être la dernière».

Adapté de l'allemand par asi

Joe Biden se fait insulter en direct via une expression codée

Plus d'analyses sur les Etats-Unis

Pourquoi les évangélistes adorent Donald Trump

Link zum Artikel

Pourquoi le Financial Times compare-t-il les cryptomonnaies à QAnon?

Link zum Artikel

La justice se rapproche de plus en plus de Trump, qui devient nerveux

Link zum Artikel

Facebook confirme le bannissement de Trump, 6 questions que l'on se pose

Link zum Artikel
Des compagnies aériennes s'alarment d'une 5G un peu trop envahissante
Les acteurs du secteur aérien aux Etats-Unis s'inquiètent des conséquences de la 5G sur les avions en raison de possibles perturbations sur les instruments de bord.

Les patrons de dix compagnies aériennes américaines ont mis en garde lundi les autorités des Etats-Unis du potentiel «chaos» que représenterait le déploiement mercredi comme prévu de la technologie d'Internet mobile ultrarapide 5G autour des aéroports. Ils se sont exprimés dans une lettre obtenue par l'AFP.

L’article