DE | FR

Nomination historique d'une amérindienne à un poste de ministre

Bild

Confirmée à l'Intérieur dans le gouvernement Biden, Deb Haaland est la première ministre amérindienne des Etats-Unis. Image: sda

La parlementaire Deb Haaland a reçu lundi le feu vert du Sénat américain pour entrer au cabinet de Joe Biden. Elle devient ainsi la première personne amérindienne à devenir ministre aux Etats-Unis.



Deb Haaland, 60 ans, a été confirmée, par 51 voix contre 40, au poste de ministre de l'Intérieur. Ce vaste département gère principalement les ressources naturelles d'immenses terres fédérales (environ un cinquième de la surface du pays), mais aussi les réserves amérindiennes.

Fille d’un Norvégo-Américain servant dans le Corps des Marines et d’une Amérindienne, Deb Haaland appartient à la tribu Laguna Pueblo du Nouveau-Mexique. Mère célibataire, elle a vaincu l'alcoolisme dans sa jeunesse et a dû un temps recourir à des bons d'alimentation du gouvernement pour subsister. Elle avait déjà marqué l'Histoire en devenant en 2018 l'une des deux premières femmes amérindiennes élues au Congrès.

«La confirmation de Mme Haaland représente un pas de géant vers la composition d'un gouvernement qui reflète toute la richesse et la diversité de ce pays, car les Amérindiens ont été bien trop longtemps négligés»

Le chef de la majorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer, avant le vote.

Sa candidature avait été soutenue par une pétition de quelque 120 représentants tribaux exhortant Joe Biden à «marquer l'Histoire» en la choisissant.

Deb Haaland se dit prête à servir en tant que ministre.

Avant Haaland, seul un autre Amérindien a été membre d'un gouvernement américain: Charles Curtis, vice-président de Herbert Hoover entre 1929 et 1933, aimait à rappeler qu'il était «un huitième indien Kaw et 100% républicain». (ats/afp)

Plus d'articles «Actu»

Le manque de sport accroit le risque de décès du Covid

Link zum Artikel

Piccard a 1000 idées pour le climat, dont 9 qui vous touchent au quotidien

Link zum Artikel

Joe Biden envoie une délégation américaine non officielle à Taïwan

Link zum Artikel

Sofagate: le Parlement européen exige la fin des «querelles»

Link zum Artikel

Trump is back, enfin presque

Privé de réseaux sociaux depuis le mois de janvier, l'ancien président américain devrait lancer sa propre plateforme internet, d'ici trois mois.

C'est un conseiller de l'ancien locataire de la Maison Blanche, qui a fait l'annonce fracassante sur la chaîne américaine Fox News:

«Il va apporter des dizaines de millions d'abonnés à cette nouvelle plateforme», a-t-il encore ajouté. Le compte Twitter du milliardaire américain comptait 88 millions d'abonnés, avant que le réseau social à l'oiseau bleu ne décide de supprimer son profil, suite à l'assaut du Capitole, en janvier dernier.

L'ex-président a aussi été banni de manière temporaire ou …

Lire l’article
Link zum Artikel