DE | FR

Des milliers de manifestants contre un retour de la dictature à Haïti

epa09013150 A person participates in a demonstration against the Government of Jovenel Moise, in Port-au-Prince, Haiti, 14 February 2021. A new political crisis erupted in Haiti last week after the removal of three magistrates by decree of President Jovenel Moise.  EPA/Orlando Barria

Le 10 janvier, de nombreux manifestants s'étaient déjà donnés rendez-vous pour les mêmes raisons. Image: sda

Haïti s'enfonce un peu plus dans la crise, sur fond d'incertitude autour de la date de fin de mandat du président Jovenel Moïse.



Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dimanche à Port-au-Prince pour dénoncer les volontés de nouvelle dictature, qu'a, selon eux, le président Jovenel Moïse. Ils ont également rejeté l'appui de la communauté internationale au pouvoir en place à Haïti.

Haïti en pleine crise constitutionnelle

abspielen

Vidéo: YouTube/FRANCE 24

Les accusations de «tentative de coup d'Etat» portées le week-end dernier par les autorités ont été accueillies avec scepticisme par l'opposition et la société civile. Elles dénoncent des arrestations politiques et illégales.

Jovenel Moïse soutient que son mandat à la tête du pays caribéen court jusqu'au 7 février 2022. Mais cette date est dénoncée par une partie de la classe politique haïtienne, qui affirme que le mandat de cinq ans de Jovenel Moïse est arrivé à terme le 7 février dernier. Ce désaccord de date tient au fait que le président avait été élu lors d'un scrutin annulé pour fraudes, puis réélu un an plus tard.

Heurts avec la police

Le 5 février, le porte-parole du département d'Etat américain, a déclaré qu'un nouveau président élu devrait «succéder au président Jovenel Moïse au terme de son mandat, le 7 février 2022». Dimanche, les manifestants ont autant contesté la légitimité du maintien au pouvoir de Jovenel Moïse que le soutien que lui apportent les pays étrangers, sur un fond de scandale dans l'affaire du système de corruption Petrocaribe qui a contribué à déclencher les manifestations de 2019-2020 en Haïti.

L'affaire Petrocaribe, c'est quoi ?

L'affaire Petrocaribe est une affaire dans laquelle Haïti est touchée par un scandale politico-économique, qui implique quatre présidents haïtiens. Elle concerne un détournement de 3.8 milliards de dollars américains du Fonds PetroCaribe, une alliance entre les pays des Caraïbes et le Venezuela, leur permettant d'acheter du pétrole à bas prix à ce dernier.

Entre 2008 et 2018, Haïti a ainsi bénéficié de facilités de paiements, et devait revendre plus cher une partie du pétrole aux compagnies locales. Les bénéfices de cette action devant servir à financer des projets sociaux et de développement. Pourtant, des responsables politiques et des hommes d'affaires haïtiens, ont détourné à leur profit la plus grande partie de ces bénéfices. La plupart des projets sociaux imaginés au départ sont demeurés inachevés.

La manifestation était pacifique bien que des altercations ont eu lieu entre quelques manifestants et les forces de l'ordre, qui ont fait usage de gaz lacrymogène et de projectiles en caoutchouc. Des policiers ont également tiré en l'air à balles réelles à Pétionville, commune aisée de l'aire métropolitaine, où une voiture a été incendiée. (ats/afp)

La crise haïtienne en image

1 / 7
La crise haïtienne en image
source: sda / orlando barr
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

«Berset était obligé de lâcher un peu de lest»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Un conservateur à la tête de l'Equateur

L'ex-banquier conservateur Guillermo Lasso a été élu dimanche président d'Equateur, face au jeune économiste Andrés Arauz.

A 65 ans, Guillermo Lasso a transformé son troisième essai et succèdera à l'impopulaire Lenin Moreno, qui achèvera en mai son mandat de quatre ans. Devançant son adversaire de plus de cinq points, il a obtenu 52.51% des voix contre 47.49% à Andrés Arauz, selon 93.14% des suffrages dépouillés.

«Le 24 mai prochain, nous assumerons avec responsabilité le défi de changer le destin de notre patrie et à atteindre pour tous l'Equateur d'opportunités et de prospérité auquel nous aspirons», a-t-il …

Lire l’article
Link zum Artikel