DE | FR

Au Brésil, avoir le Covid-19 et être pro-Bolsonaro peut s'avérer létal

Jair Bolsonaro, le président du Brésil, candidat à sa réélection.
Jair Bolsonaro, le président du Brésil, candidat à sa réélection.Image: sda
Le Covid-19 a fait plus de 660 000 morts au Brésil, deuxième pays le plus endeuillé par la pandémie en chiffres absolus après les Etats-Unis.
15.04.2022, 05:0015.04.2022, 08:28

Le taux de mortalité lié au Covid-19 est «largement» plus élevé que la moyenne dans des communes qui ont voté majoritairement pour le président brésilien d'extrême droite Jair Bolsonaro lors de la dernière présidentielle, ont révélé jeudi les auteurs d'une étude.

Les chercheurs ont comparé les résultats de l'élection de 2018 avec les taux de mortalité dans des communes de l'Etat de Minas Gerais (sud-est), et ont constaté que le coronavirus a fait plus de ravages dans celles où le président Bolsonaro a obtenu le plus de suffrages.

L'étude, qui a analysé des données du 21 janvier au 10 novembre 2021, a révélé que le taux d'infection était 30% plus élevé dans les communes où Jair Bolsonaro a été choisi par la majorité des électeurs au second tour du scrutin, à 7600 pour 100'000 habitants.

Le constat de l'étude, menée par la Société d'infectiologie de Minas Gerais et l'Association d'épidémiologie et de contrôle d'infections du même Etat brésilien, est encore plus édifiant pour le taux de mortalité, 60% plus haut que dans les communes qui n'avaient pas voté majoritairement pour M. Bolsonaro, à 212 pour 100 000.

Gravité minimisée

«Bolsonaro a nié la gravité du Covid-19, a fait la promotion de traitements dont l'efficacité n'a jamais été prouvée, s'est opposé à la distanciation sociale, au port du masque, au confinement et aux autres mesures de protection»
Carlos Starling, co-auteur de l'étude

Selon le co-auteur de l'étude, les prises de position du chef de l'Etat «ont vraisemblablement eu pour résultat des taux d'infection et de mortalité plus élevés chez ses partisans», a-t-il ajouté.

La moyenne hebdomadaire de décès a cependant fortement baissé ces dernières semaines, et ce, grâce au fait que 75% de la population possède à présent un schéma vaccinal complet, en dépit des nombreux commentaires antivaccins du président Bolsonaro.

Conclusions similaires

L'étude, qui sera publiée d'ici la fin du mois, sera présentée par Carlos Starling et l'expert en bio-informatique Braulio Couto au Congrès européen de microbiologie et de maladies infectieuses, qui aura lieu du 23 au 26 avril à Lisbonne, au Portugal. Elle fait écho à une autre étude publiée en mars dans la revue The Lancet, avec des conclusions similaires.

Jair Bolsonaro, qui va tenter de se faire réélire en octobre, a été fortement critiqué pour avoir minimisé le Covid-19, qu'il a qualifié de «grippette».

Une commission d'enquête du Sénat a recommandé en octobre son inculpation, notamment pour «crime contre l'humanité», pour avoir «exposé délibérément les Brésiliens à une contamination de masse». (ats/jch)

Ailleurs, sur la planète: Déçus des élections, les étudiants bloquent la Sorbonne

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les armes imprimées en 3D, la nouvelle menace qui pèse sur l'Europe
L'office européen de police (Europol) est inquiet: ces dernières années, le nombre de saisies d'armes imprimées en 3D a drastiquement augmenté en Europe. Une «menace» jugée très «présente».

«La menace posée par les armes imprimées en 3D est très présente sur le radar d'Europol», a déclaré Martin van der Meij, un haut responsable de l'office européen de police. En effet, l'office policier a constaté un «nombre croissant de ces armes à feu saisies dans le cadre d'enquêtes à travers l'Europe».

L’article