pluie modérée
DE | FR
International
Poutine

Le fisc suédois interdit le prénom «Vladimir Poutine» pour un bébé

Le fisc suédois interdit le prénom «Vladimir Poutine»

L'état civil suédois a refusé qu'un couple prénomme son fils avec les nom et prénom du président russe.
21.09.2021, 07:2121.09.2021, 15:43
Plus de «International»

De nouveaux prénoms ont fait leur entrée dans la catégorie «inappropriés» en Suède. L'état civil a refusé qu'un couple prénomme son fils «Vladimir Poutine». Il estime que l'usage du prénom et nom du dirigeant russe entrait dans la catégorie bannie.

Qui décide de bannir des prénoms et pourquoi?

«Le prénom ne doit pas pouvoir offenser, ni entraîner une gêne pour la personne portant le nom, ni être considéré comme inapproprié pour une quelconque raison», selon la décision du fisc suédois, compétent en la matière.

«Les noms de famille ne conviennent pas comme prénoms. Cela s'applique également aux noms qui ressemblent à des noms de famille», estime le Skatteverket dans cette décision de début septembre, communiquée lundi.

Qui sont les parents déçus?

Les parents, qui habitent dans un petit village du sud de la Suède, avaient choisi d'appeler leur fils «Vladimir Putin», la transcription courante du nom du président russe en suédois comme en anglais.

En guise de consolation, le courrier annonçant le rejet de la demande contenait un nouveau formulaire d'enregistrement de prénom. (jah/ats)

Kate et William: dix ans de mariage et de perte de cheveux
1 / 21
Kate et William: dix ans de mariage et de perte de cheveux
Le mariage, en 2011.
source: epa / hugo burnand/clarence house / ha
partager sur Facebookpartager sur X
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Poutine n'est pas la plus grande menace pour l'Ukraine
Samedi, l'agression de l'Ukraine fêtera un terrible anniversaire. Ironie du sort, l'annexion de la Crimée célèbre, elle, ses dix ans. Une double peine pour un pays et un président qui n'ont jamais été aussi loin de gagner la guerre et... l'adhésion d'un monde occidental qui fatigue. Il est temps d'offrir une définition plus pertinente à cette «victoire» qui peine à convaincre.

Le 24 février 2022, à l'aube, l'Europe se faisait tirer du lit par une «opération militaire spéciale» qui ébranlera toute la baraque. Vladimir Poutine, l'œil scotché sur l'objectif, annonçait sans trembler l'arrivée des blindés sur le sol ukrainien. Bordel, l'Ukraine, c'est quoi? C'est où? Zelens... qui? Très vite, l'Europe comprend que ce pays qu'on applaudissait à l'Eurovision n'est pas aussi loin que le Yémen. Que les premiers cadavres qui allaient tomber dans la journée conduisaient «les mêmes voitures que nous». Que les premiers réfugiés qui intégreraient nos familles jouent à la PlayStation et s'habillent chez H&M.

L’article