DE | FR
Dimanche 10 avril 2022, Anne Hidalgo a fait le score le plus misérable de l'histoire du PS à une élection présidentielle.
Dimanche 10 avril 2022, Anne Hidalgo a fait le score le plus misérable de l'histoire du PS à une élection présidentielle.keystone
Présidentielle 2022

Pourquoi les Français adorent détester Anne Hidalgo

Dimanche soir, la candidate malheureuse à l'élection présidentielle a raflé le titre peu reluisant du pire résultat du Parti socialiste de toute son histoire. Mais que vaut à la maire de Paris un tel désamour? Et est-ce seulement de sa faute? Analyse.
12.04.2022, 11:4712.04.2022, 12:49
Suivez-moi

Une déconfiture. Une baffe. Un camouflet. Bref, une totale humiliation. Depuis dimanche soir, les mots ne sont pas tendres pour qualifier la déconvenue d'Anne Hidalgo au premier tour de l'élection présidentielle. Il faut dire que les chiffres font mal, très mal:

  • La candidate socialiste n'a obtenu que 1,7% des voix.
  • Elle se positionne à la dixième position du scrutin, derrière le communiste Fabien Roussel et – pire! – les candidats Jean Lassalle et Nicolas Dupont-Aignan.

Bref, en un mot: le score le plus misérable de l'histoire du PS à une élection présidentielle. «Une défaite historique», a concédé le porte-parole national du Parti socialiste, Pierre Jouvet, au Point.

Des sondages malheureux

Ce résultat, quoique déprimant, n'est pas si surprenant. La campagne de la socialiste n'a jamais décollé. Malgré un optimisme et une assurance affichées comme un sourire (forcé?) manquant de naturel, Hidalgo a ramé. Ente 2 et 6% d'intentions de vote depuis le début de sa campagne, pour être précis. Des sondages de (très) mauvais augure contre lesquels elle n'a eu de cesser de pester.

Ces prises de température dans l'opinion publique sont pourtant révélatrices. Auprès des socialistes, la candidature d'Anne Hidalgo à la présidentielle a échoué à convaincre. C'est du moins ce qu'affirmait un sondage effectué en octobre 2021 pour La Dépêche: «Pour les trois quarts des Français, Anne Hidalgo est une mauvaise candidate pour le PS. C’est aussi le sentiment d’un sympathisant de gauche sur deux (49% contre 50 %)».

«C'est assez inédit pour un candidat du PS de démarrer une campagne aussi bas, confirme Gaël Sliman, président de l’entreprise de sondage Odoxa, auprès de Ouest-France. Ce n’est pas par manque de notoriété/visibilité, c’est bien parce que les Français qui la détestent sont presque trois fois plus nombreux que ceux qui l’aiment.»

Une personnalité clivante

La candidate hérisse le poil de bien des Français. Et c'est quasiment personnel: fait rare pour une personnalité politique, ils ne lui prêtent majoritairement que des défauts et aucune qualité.

Dans un sondage pour La Dépêche, ils ne la jugent ni compétente (69%), ni proche des gens (71%) et ne la voient pas comme une femme d’Etat (69%). Les trois-quarts des Français (74%) disent qu’elle ne leur inspire pas confiance et qu’elle n’est pas sincère. Et ils sont plus d'un sur deux à ne la juger ni dynamique, ni sympathique.

«Sectaire, rigide, démagogue, mauvaise gestionnaire: aux yeux d’une partie des électeurs, la maire de Paris constitue une catastrophe vivante», achevait pour sa part Le Monde en 2020. Aïe, ça pique.

Au milieu de ces avis implacables, une chose est sûre: Anne Hidalgo «polarise», affirme Adélaïde Zulfikarpasic, interrogée par Europe1.

«Elle suscite une sorte de phénomène "je t'aime, je te hais". Elle a des détracteurs, des gens qui ne l'aiment pas du tout, mais elle a aussi un socle électoral très solide de gens qui l'aiment beaucoup, notamment les sympathisants socialistes qui sont très majoritairement satisfaits de son bilan»
Adélaïde Zulfikarpasic, de l'institut de sondage BVA

Souffrant d'une image de candidate très parisienne, bobo, et loin des préoccupations du peuple, elle demeure finalement assez peu connue des Français. «Certes, elle est maire de la plus grande ville de France, mais elle n’est pas une personnalité de premier plan de la vie quotidienne française. Elle n’a jamais été ministre», rappelle le politologue Rémi Lefebvre à Ouest-France.

La mal-aimée des Parisiens

Ce désamour est d'autant plus flagrant que, d'ordinaire, en France, les maires jouissent d'une bonne réputation - plus volontiers associés à l'image d'un élu local actif, dévoué, proche des gens et de leurs préoccupations. On est à des kilomètres du sentiment des Parisiens vis-à-vis de leur édile. En 2020, seuls 40% d'entre eux sont satisfaits de son bilan, «soit 30 points en dessous de la satisfaction que l'on mesure globalement chez les Français à l'égard de leur maire», estime alors Europe1.

Pourtant, Anne Hidalgo n’a pas toujours suscité un courroux aussi virulent. Au contraire, au début de son mandat, en 2014, elle raflait même une majorité d’avis favorables. Mais cette bonne réputation s'est délitée à mesure de ses décisions impopulaires sur des sujets hautement clivants: piétonisation des voies sur berges, trottinettes, propreté, sécurité, lutte contre la place de la voiture… Sans compter un endettement explosif, des projets faramineux et dispendieux et un climat social délétère, analyse L'Express.

Sur le plan politique, le tableau ne se révèle guère plus reluisant: réélue en 2020, portée par une plateforme associant socialistes, communistes, élus de Générations, et personnalités de la société civile, la maire finit deux ans plus tard par être lâchée par une partie de ses soutiens. Une posture quelque peu fragile pour faire face aux attaques de l'opposition.

Désamour profond dans les médias

Avec les années, les critiques ont carrément pris un tour passionnel, si ce n'est personnel. Au point qu'un terme ait été inventé pour désigner ce phénomène: le «Hidalgo bashing».

Etonnamment, les avis les plus critiques ne se font pas entendre chez ses opposants politiques. Les médias et plusieurs figures du spectacle ne cachent pas non plus leur agacement. Au rang des ennemis proclamés de la maire de Paris, citons des visages bien connus, comme le comédien Fabrice Luchini (qui a scandé que «Paris n'est absolument plus habitable»), le chanteur Patrick Sébastien, qui affirme haut et fort «ne pas la supporter») ou encore Alain Souchon (qui veut quitter la capitale, devenue, selon lui, «sale et violente»).

En outre, on ne compte plus les unes de magazines ou les ouvrages, très à charge, qui lui ont été consacrés. Emmanuel Grégoire, son adjoint à la mairie de Paris, a confirmé à Franceinfo: «Cette politique anti-bagnole a clairement créé un stress chez les faiseurs d'opinion. Il n'y a pas un éditorialiste qui ne nous ait pas cassé la tête avec ça, car il avait vécu cela dans sa chair».

Plombée par #SaccageParis

Une campagne virale a achevé d'enfoncer le clou. Le 1er avril 2021, le hashtag #SaccageParis fait son irruption sur Twitter. Sous cette bannière, des milliers de messages agacés déferlent.

On dénonce à grands cris la saleté et l’enlaidissement de la capitale, à grand renfort de photos de poubelles éventrées, de chaussées défoncées, de chantiers délaissées ou de mobilier urbain abîmé. Quand ce n'est pas, carrément, de rats qui se promènent dans les rues...

Interrogé par Le Parisien, l’ex-propriétaire du Stade Français Max Guazzini affirme alors: «Ils ont raison de dire que la capitale est dégueulasse, mal gérée, congestionnée. La mairie a tout fait pour le diaboliser, mais c’est un mouvement salutaire. Il a l’immense mérite de libérer la colère d’amoureux de Paris comme moi, qui n’en peuvent plus de la voir se dégrader.»

Un programme qui peine à convaincre

Bien plus qu’un buzz éphémère, cette tendance a pesé lourdement sur l'image de la socialiste, qui n'a pas su imposer ses idées pour l'élection présidentielle. Dans une campagne dominée par une succession de crises (Covid, Ukraine...), Anne Hidalgo est restée inaudible, sans parvenir à susciter de l’intérêt pour ses propositions sur l’éducation, la santé ou les inégalités.

Ce n'est pas tout. La détermination de la maire de Paris ne peut occulter une certaine improvisation, voire impréparation. Son équipe a mis trop de temps à trouver son rythme de croisière.

La faiblesse du PS

Et c'est sans compter, finalement, l'état dans lequel se trouve le Parti socialiste français, en constante perte de vitesse depuis plusieurs élections.

Avant-même le flop de l'élection, Frédéric Sawicki, professeur de sciences politiques à l’Université Paris-I analysait déjà: «Anne Hidalgo pâtit incontestablement de la mauvaise image, voire du discrédit, qui pèse encore sur le PS qui ne s’est pas encore remis de sa débâcle de 2017» à Ouest-France.

«Ce sera compliqué pour elle de se traîner d’une certaine façon le boulet du PS et en même temps de comparaître comme incarnant une forme de renouveau»
Frédéric Sawicki

D'autant que la campagne a été mal engagée. Bien qu'investie officiellement en octobre 2021 pour se lancer ensemble dans la course, Anne Hildago ne suscitait pas non plus l'engouement au sein de son propre parti. «On a l’impression que, dans les rangs du PS, c’est un peu une candidature faute de mieux», souligne Frédéric Sawicki.

Il faut désormais assumer. Déjà surnommée «la fossoyeuse du Parti socialiste», Anne Hidalgo va devoir prendre la mesure de son échec - en même temps que celui de tout un parti. Car il est certain que le 10 avril 2022, la candidate malheureuse a (aussi) fait les frais d'un PS essoufflé et empoussiéré.

«Je suis surpris qu’on s’étonne de son score: Anne Hidalgo a aujourd’hui un score qui reflète l’état du PS»
Rémi Lefebvre

Pour le président du groupe socialiste au Sénat, Patrick Kanner, interrogé par le Point, le constat est clair: «Nous avons échoué et cet échec nous oblige à un travail de fond et à une stratégie d'alliance.»

Il tient, toutefois, à rester optimiste: «Mais ce n'est pas la fin du PS, même s'il faut rebâtir la maison socialiste de la cave au plafond».

L'ex-premier ministre belge clash toute l'Europe

Plus d'articles sur le premier tour de la présidentielle française 2022

Voici (enfin) les résultats officiels de la présidentielle

Link zum Artikel

Qui l'emportera: le «tout sauf Macron» ou le «tout sauf le Pen»?

Link zum Artikel

Le récap' du premier tour en mèmes

Link zum Artikel

Pécresse, ruinée, fait l'aumône et menace les «traîtres»

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Elle oublie son iPhone dans un avion et le voit faire le tour du monde
Un appareil mobile perdu a fait honneur à son nom et a acquis en quelques jours le statut de grand voyageur. Ce qui soulève plusieurs questions de sécurité.

Laisser son téléphone portable dans l'avion est certes extrêmement fâcheux, mais ce n'est pas la fin du monde. Le cas présent fait toutefois réfléchir: l'iPhone d'une femme est resté coincé pendant des jours dans un siège de la classe affaires sans être découvert et a poursuivi son vol. Cela soulève entre autres des questions gênantes concernant la sécurité aérienne.

L’article