DE | FR
Un sondage effectué mi-janvier pour France Inter a révélé ce qui intéresse vraiment les Français.
Un sondage effectué mi-janvier pour France Inter a révélé ce qui intéresse vraiment les Français. image: keystone/france inter
Présidentielle 2022

Voici ce qui préoccupe vraiment les Français (et ce n'est pas le terrorisme)

A l'aube de l'élection présidentielle, un sondage s'est penché sur les préoccupations réelles des Français. Et scoop: elles sont bien plus concrètes que les thèmes sur lesquels s'écharpent les candidats.
25.01.2022, 16:5325.01.2022, 17:19
Suivez-moi

La présidentielle approche à grands pas, mais les prétendants au titre semblent avoir un train de retard quand il s'agit de comprendre les réels soucis de la population.

En effet, un sondage effectué la semaine dernière par l'institut Ipsos Sopra-Steria pour France Inter s'est intéressé à la crédibilité des candidats en fonction des sujets abordés. Conclusion? Il trahit un certain décalage entre les thématiques de la campagne et les véritables préoccupations des sondés.

La crise sociale, un vrai sujet de crainte

Non, ce n'est pas tant l'immigration, le Covid ou la délinquance que craignent vraiment les Français. Selon ce sondage, le principal enjeu de la campagne est ailleurs: la crise sociale, en particulier chez les employés et les ouvriers. Elle est mentionnée par plus de 51% des sondés.

Par «crise sociale», entendez plus concrètement:

  • La stagnation du pouvoir d’achat.
  • La hausse des inégalités.
  • Le manque de mobilité sociale.

Bref, les Français se sentent moins concernés par la «crise identitaire» (à savoir les difficultés liées à l’intégration des personnes étrangères, la hausse de l’immigration ou encore la perte des valeurs traditionnelles) fréquemment thématisée par les candidats, que par l'argent qui leur reste à la fin du mois. Une préoccupation peu surprenante, compte tenu du contexte économique actuel et de la flambée des prix de l’énergie, dont celui de l’essence.

Le système de santé (32%) et l’environnement (30%) sont les deux autres principales préoccupations mentionnées. Elles passent devant l’immigration et l’épidémie de Covid-19.

Quels candidats sont crédibles?

En tout cas, beaucoup regrettent le peu de relais dans les médias et par les candidats sur les thématiques vraiment importantes dans le cœur des Français. Une petite majorité (51%) considère que les candidats abordent les vrais sujets qui les préoccupent.

Sur la crédibilité du discours de chaque candidat, plusieurs profils se distinguent en fonction de leurs sujets de prédilection:

  • Emmanuel Macron (pas encore officiellement déclaré) est jugé crédible sur le thème de l’épidémie de Covid-19, du système de santé, des déficits publics et de la dette et du pouvoir d’achat.
  • L’écologiste Yannick Jadot sur la question de l’environnement.
  • Eric Zemmour et Marine Le Pen se démarquent quand il s’agit de délinquance, terrorisme et immigration.
  • Jean-Luc Mélenchon est jugé crédible lorsqu'il aborde la question des retraites, le chômage et les inégalités sociales.

Les dinosaures de Jurassic World s'invitent sur les pistes des JO de Pékin

Plus d'article sur la présidentielle française

Christiane Taubira officialise sa candidature à la présidentielle

Link zum Artikel

Et si Zemmour se voyait empêché de participer à la présidentielle?

Link zum Artikel

Sandrine Jadot, l'humanoïde écolo qui piétine le candidat Yannick

Link zum Artikel

Pourquoi les candidats à la présidentielle exploitent la colère du peuple

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Russie n'envoie plus de gaz en Finlande, quid de la Suisse?
Moscou met à mal la Finlande. La raison? Le pays nordique a refusé de payer le fournisseur russe Gazprom en roubles. Et pire encore, il a osé demander son adhésion à l'Otan. La Suisse risque-t-elle la même sentence?

Gazprom a «complètement arrêté ses livraisons de gaz» à la Finlande, dévoile le géant russe dans un communiqué. L'échéance du 20 mai est arrivée et le pays nordique n'avait toujours pas payé en roubles (monnaie russe), si bien que la sanction est tombée.

L’article