International
Présidentielle 2022

Législatives 2022: Mélenchon peut-il être élu premier ministre?

FILE - French far-left candidate Jean-Luc Melenchon comments on preliminary results of the first round of the presidential election in Paris, France, April 10, 2022. Disgruntled left-wing voters whose ...
Jean-Luc Mélenchon a créé la surprise en demandant aux Français de l'élire premier ministre.Image: AP
Présidentielle 2022

Mélenchon: Les Français peuvent-ils vraiment l'élire premier ministre?

«Je demande aux Français de m'élire premier ministre.» Cette phrase de Jean-Luc Mélenchon, après son score béton au premier tour de l'élection présidentielle, a embrouillé l'opinion publique. La population peut-elle vraiment élire le chef du gouvernement? Non, mais... oui. Explications.
25.04.2022, 16:3926.04.2022, 08:01
Suivez-moi
Plus de «International»

Les 20% de Jean-Luc Mélenchon au premier tour de l'élection présidentielle lui ont laissé un goût amer au fond de la gorge. Manquer de si peu la phase finale ne pouvait décidément pas tomber aux oubliettes. Objectif: les législatives de juin prochain, pour tenter de grappiller la majorité. Le 19 avril dernier, le gourou des insoumis a même posé une bombe dans l'esprit des électeurs: «Je demande aux Français de m'élire Premier ministre». Hein? Quoi? On peut élire le chef du gouvernement? Quand? Comment?

Même Google a vu flou la semaine dernière:

On plante le décor

Un premier ministre qui viendrait rassasier 20% des électeurs et court-circuiter la politique libérale du «président des riches». Mélenchon en rêve. L'extrême gauche en rêve. Les anti-Macron en rêvent. Juste avant sa réélection, le président lui avait répondu: «J’ai du respect pour les citoyens, les électeurs. Mais comme dans les compétitions sportives, ce n’est jamais bon de faire la feuille de match de la finale quand on est encore en quarts de finale. Quand on confond les agendas, on prend rarement de bonnes décisions».

Maintenant que les «quarts» sont terminés, Jean-Luc Mélenchon a (sans surprise) réitéré sa demande. C'était dimanche soir, au moment de sa réaction (instantanée) à l'élection présidentielle.

De manière générale, que ce soit Mélenchon ou pas, Emmanuel Macron semble se ficher complètement du choix de son premier ministre. Enfin, selon l'un de ses proches, cité dimanche par le journal français L'Express:

«Au fond, pour Emmanuel Macron, ça n'a pas tellement d'importance»

Dans son entourage, certains vont même plus loin: «Il est traumatisé par ce qu'il a vu avec François Hollande et Manuel Valls».

Soit.

Mais reste la question principale. Celle qui paraît à la fois indispensable et un peu concon. Celle qui n'a rien de stratégique ou même de politique. Cette question, c'est...

Qui élit le premier ministre?

Tuons le suspens dans l’œuf: ce n'est pas le peuple. Du moins, pas directement. Avec sa petite entourloupe verbale, le candidat malheureux a voulu donner une gueule, disons... personnelle aux pas très chics élections législatives de juin prochain. Un marketing politique plutôt malin puisqu'il a permis de braquer la lumière sur Jean-Luc Mélenchon comme jamais. Au point que l'insoumis parle lui-même officiellement de «troisième tour de l'élection présidentielle».

Mais alors... qui élit le chef du gouvernement bon sang?

C'est assez peu excitant en réalité: le premier ministre est choisi par le chef de l'Etat.

«La nomination du premier ministre est un pouvoir propre au président de la République»

Voilà. Point. Final? Pas vraiment. (Parce que c'est toujours plus compliqué que ça en a l'air.)

Satanée majorité!

Emmanuel Macron pourra donc bien élire son premier ministre, peinard, sans tracas particulier et au sein de son propre parti, mais seulement s'il obtient la majorité parlementaire aux prochaines et fameuses élections législatives. Le plus grand danger du président réélu? Se retrouver dans une situation qu'on dit «de cohabitation». En clair, si Marine Le Pen, Eric Zemmour ou... Jean-Luc Mélenchon parviennent à fédérer suffisamment autour de leurs députés en juin prochain (ils sont d'ailleurs tous déjà à fond), ils seront en position de force au moment d'élire le chef du gouvernement.

Pourquoi?

Parce qu'Emmanuel Macron devra nommer un premier ministre issu de cette majorité. Et que ce sont... les Français qui élisent les députés.

L'article 49 de la Constitution va même plus loin: «Le premier ministre, après délibération du Conseil des ministres, engage sa responsabilité sur son programme».

C'est grave, docteur? Comme d'habitude: ça dépend pour qui. Mais il faut rappeler que ce n'est pas une situation totalement inédite:

  • En 1997, Lionel Jospin (PS) a été le premier ministre de Jacques Chirac (RPR).
  • En 1993, Edouard Balladur (RPR) a été celui de François Mitterrand (PS).
  • En 1986, François Mitterrand avait choisi Jacques Chirac comme chef du gouvernement.

D'ailleurs, deux ans plus tard, cette cohabitation avait donné lieu à l'une des scènes les plus mythiques des débats de l'entre-deux-tours, entre Jacques Chirac (premier ministre, mais candidat à la présidence de la République) et François Mitterrand (candidat à sa réélection).

«Vous avez tout à fait raison, Monsieur le premier ministre!»
Mitterrand (le président-candidat) à Chirac (le premier ministre-candidat)

Et donc...

Sachez enfin (pour briller en société) que les Français devront élire 577 députés qui siégeront à l'Assemblée nationale. Et pour avoir la majorité absolue? Un minimum de 289 députés est nécessaire. Voilà pour la théorie.

Réponse(s) dans les urnes les 12 et 19 juin prochains pour les élections législatives. D'ici là, la bataille risque d'être féroce.

Cette soirée dans un club lausannois dégénère
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Dès son premier jour, le nouveau président taïwanais tacle la Chine
Le nouveau président de Taïwan, Lai Ching-te, a prêté serment ce lundi. Il a appelé la Chine à «cesser ses intimidations politiques et militaires».

Dans son discours d'investiture au palais présidentiel de Taipei, Lai Ching-te n'a pas hésité à évoquer de façon directe la menace de guerre après des années de pressions de la part de la Chine pour que Taïwan passe sous son contrôle.

L’article