International
Présidentielle 2022

Le père d'Emmanuel Macron «approuve 90% de ce qu'il fait»

Présidentielle 2022

Le papa de Macron: «J'approuve ce qu'il fait, mais pas à 100%»

Le très discret Jean-Michel Macron, paternel d'Emmanuel, a accordé une interview à la presse. Une interview digne de tout papa qui se respecte.
19.04.2022, 18:5319.04.2022, 18:57
Plus de «International»

Une chose est sûre, Jean-Michel Macron, ancien neurologue de profession et géniteur du président de la République, est plutôt avare en prises de parole. Et même lorsqu'il accorde un entretien exclusif à l'Est républicain, Monsieur Macron ne s'étale pas plus que nécessaire.

Fait rare: le père du président de la République a ouvert sa porte à un journaliste pour une interview.
Fait rare: le père du président de la République a ouvert sa porte à un journaliste pour une interview.image: twitter

Au détour de réponses brèves, mais honnêtes, Jean-Michel a tiré son propre bilan du quinquennat de son fils, glissé quelques confidences sur sa belle-fille, Brigitte, et râlé sur les Français. En un mot: un papa comme les autres.

«Lui, vous voyez son emploi du temps…»

L’ancien médecin est (évidemment) fier de son fils: «J’ai beaucoup d’admiration pour la façon dont il dirige l’État actuellement.» Mais bon, comme il ne faut pas exagérer non plus... Monsieur Macron nuance:

«J’approuve 90% de ce qu’il fait. On n’est jamais d’accord à 100%. Je ne suis pas un adepte d’une secte»

En tout cas, il reconnait que son fils a écopé de pas mal de dossiers épineux: «Il a eu beaucoup de mérite à faire front sur tout ce qui lui est tombé sur la tête, notamment le Covid». Et c'est sans compter la guerre en Ukraine, précise encore le retraité, qui renchérit: «Je trouve qu’il faut avoir beaucoup de courage.»

Et un petit tacle au passage:

«Les Français sont très ingrats, mais ce n’est pas nouveau»

Au sujet de Brigitte

Outre son fils et les Français, Jean-Michel a également mentionné sa belle-fille. Lorsque le journaliste lui demande s'il conserve une trace de rancoeur envers Brigitte, après qu'elle lui a «enlevé» son fils à l'âge de 17 ans, il rétorque: «J’ai de bonnes relations, même si je ne déjeune pas tous les jours avec elle. Ça va, on se parle. On ne se tape pas dessus. Il n’y a pas de problème».

En revanche, ne posez pas la question à Maman Macron: «Peut-être plus la mère d’Emmanuel [a gardé plus de ressentiment] que moi. Quand on est un homme, on estime aujourd’hui que les adolescents de 17 ans font ce qu’ils veulent. Ça les regarde. C’est leur vie», a indiqué l'ancien neurologue.

Selon le papa, «Emmanuel a montré qu’il était libre. Il a assumé. Simplement, c’était peut-être précoce. Mais bon, sur le fond… La suite a d’ailleurs montré que c’était quelque chose de solide.»

Un papa-poule

Celui qu'on qualifie de «distant» avec son fils a évoqué leur relation. Sans trop s'étaler non plus: «Moi, je vais le voir de temps en temps, mais pas souvent. J’étais à son meeting à la Défense Arena à Nanterre le 2 avril. Lui, vous voyez son emploi du temps…». On le verrait presque lever les yeux au ciel, Monsieur Macron.

D'ailleurs, il ne sait même pas s'il fêtera la possible réélection aux côtés de sa progéniture: «On verra. Je ne sais pas. Pour l’instant, il n’y a rien de prévu.»

Quant à savoir s'il est inquiet pour son fiston, Jean-Michel Macron achève: «On est toujours inquiet pour ses enfants. On verra». Mais il tient à rester sûr de lui: «Non, je n’ai pas peur, mais c’est toujours un risque. Malgré tout, je reste confiant». (mbr)

« Macron assassin »: Emanuel Macron répond à Eric Zemmour:
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Attaque au couteau dans une église à Sydney: un «acte terroriste»
Le drame qui s'est déroulé dans une église à Sydney est bel et bien un acte terroriste, selon un rapport des autorités australiennes.

L'attaque au couteau qui a fait quatre blessés lundi dans une église assyrienne de la banlieue de Sydney, en Australie, est un «acte terroriste», a conclu mardi la police. L'agression a déclenché la fureur des fidèles et des affrontements avec la police dans la rue.

L’article