DE | FR

Des émeutes font 22 morts dans deux prisons équatoriennes

Security forces arrive to Litoral Penitentiary after deadly fights inside the jail in Guayaquil, Ecuador, Thursday, July 22, 2021. Rival gangs of inmates fought in two prisons in Ecuador, killing at least 18 people and injuring dozens, authorities said Thursday. (AP Photo/Dolores Ochoa)

L'armée sera désormais chargée de contrôler l'accès aux prisons. Image: sda

Au moins 22 personnes sont mortes, suite à des émeutes qui ont éclaté dans deux prisons en Equateur. Les autorités ont décrété jeudi «l'état d'urgence».



Des gangs rivaux de détenus se sont affrontés dans deux prisons en Equateur, tuant au moins 22 personnes, et blessant des dizaines d'autres.

Le président équatorien Guillermo Lasso a déclaré «l'état d'urgence dans le système pénitentiaire, afin de mobiliser toutes les ressources humaines et économiques nécessaires pour rétablir l'ordre» dans les prisons du pays.

L'armée sera désormais chargée de contrôler l'accès aux prisons, tandis que la police gardera l'intérieur. Jusqu'à présent, la sécurité des établissements pénitentiaires était assurée par des gardes pénitentiaires civils.

«Nous allons entamer un processus de restructuration total du système carcéral», a affirmé le chef de l'Etat, qui a remplacé le directeur de l'administration pénitentiaire par un militaire.

Armes à feu de gros calibre

Selon le gouverneur de Cotopaxi, Oswaldo Coronel, mercredi, les émeutiers «ont utilisé des armes à feu de gros calibre, ainsi que des explosifs qui ont causé d'importants dégâts à l'intérieur du centre pénitentiaire».

Des prisonniers sont parvenus à s'enfuir jeudi à l'aube. 78 d'entre eux ont été rattrapés par la police, mais on ignore combien de détenus sont toujours en fuite. (ats)

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel

Le chef du groupe d'extrême droite «Proud Boys» fera 5 mois de prison

Connu pour son rôle central dans l'attaque du Capitole en janvier, le leader d'un mouvement d'extrême droite américain a été condamné pour d'autres faits.

Le chef des Proud Boys, une milice américaine d'extrême droite, a été condamné lundi à cinq mois de prison pour la destruction d'une banderole Black Lives Matter. Les faits remontent aux manifestations de soutien à l'ex-président américain Donald Trump.

Figure clé de ce mouvement d'extrême droite ayant joué un rôle central dans l'attaque du 6 janvier contre le Capitole à Washington, Henry «Enrique» Tarrio, 37 ans, avait été arrêté deux jours auparavant pour avoir arraché cette …

Lire l’article
Link zum Artikel