DE | FR

Même le pape François n'a pas pu empêcher cette exécution

Image: shutterstock
Un Afro-Américain a été exécuté alors qu'il souffrait de handicap mental. Le souverain pontife a personnellement tenté de faire suspendre l'exécution.
06.10.2021, 04:5206.10.2021, 15:37

Malgré les appels à la clémence formulés par le pape François, l'Etat américain du Missouri a procédé mardi à l'exécution de l'auteur d'un triple meurtre. Selon ses défenseurs, l'homme a d'importantes déficiences intellectuelles.

La mort de l'Afro-Américain de 61 ans a été constatée à 18h11 dans la prison de Bonne Terre, ont annoncé les services pénitenciers du Missouri peu après sa mort. En 1994, il avait tué de manière violente trois employés d'une station-service lors d'un cambriolage.

Le condamné souffrait de handicap mental

Après sa condamnation à la peine capitale, ses avocats avaient multiplié les recours, en s'appuyant sur une décision de la cour suprême, qui a jugé contraire à la constitution d'exécuter des personnes souffrant de handicap mental. Selon eux, il existait de multiples «preuves» de son retard intellectuel, mais les tribunaux du Missouri ont rejeté leurs arguments:

  • A sa naissance, il souffrait du syndrome d'alcoolisme foetal, sa mère ayant bu lors de la grossesse;
  • Au cours de sa vie, les tests de quotient intellectuel ont toujours été très bas, avec une moyenne de 67;
  • A 15 ans, il ne pouvait pas tracer une ligne droite avec une règle.

23 000 appels à la clémence, dont celle du pape François

S'appuyant sur leurs conclusions, le gouverneur républicain Mike Parson a refusé lundi d'accorder sa grâce au condamné, comme le demandaient plus de 23 000 personnes, dont un de ses prédécesseurs et deux élus du congrès des Etats-Unis:

  • Le souverain pontife avait lui-même, via son représentant aux Etats-Unis, tenté de convaincre le gouverneur de «suspendre» l'exécution;
  • Après l'échec de la demande de clémence, seule la cour suprême, saisie en urgence lundi, pouvait accorder in extremis un sursis au condamné, mais elle a refusé de se saisir de ce dossier.

En 2015, elle l'avait épargné à la dernière minute, parce qu'il était affecté d'une tumeur au cerveau et que l'injection létale risquait de lui causer des souffrances «inhumaines», interdites par la constitution. (ats/jch)

Un sujet plus réjouissant: Quand le yoga et la plage se donnent rendez-vous

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Les Américains autorisent un mélange de vaccin pour la 3ème dose

Link zum Artikel

A Philadelphie, 12 passagers d'un train assistent à un viol sans réagir

Link zum Artikel

Donald Trump lance son réseau social accessible sur invitation

Link zum Artikel

Facebook veut augmenter notre réalité en créant 10 000 postes dans l'UE

Link zum Artikel

Deux Genevois radicalisés condamnés pour avoir tenté de rejoindre l'EI

Le Tribunal pénal fédéral a condamné deux Genevois âgés de 26 et 35 ans pour avoir voulu rejoindre Daech, tout en le soutenant financièrement.

Deux ex-islamistes radicalisés ont été condamnés par le Tribunal pénal fédéral (TPF) pour infraction à la Loi fédérale interdisant les groupes «Al Qaïda» et «Etat islamique (EI)». Ils écopent respectivement de 30 mois de prison (dont 18 avec sursis) et de 22 mois avec sursis.

Les deux prévenus s'étaient approchés de la mouvance islamiste qui gravitait autour de la mosquée du Petit-Saconnex à Genève. Agés de 26 et 35 ans, les deux hommes étaient accusés d'avoir eu l'intention de rejoindre …

Lire l’article
Link zum Artikel