DE | FR

Pour la première fois, la reine Elizabeth raconte «son» Covid-19

La reine britannique Elizabeth II a raconté, en visioconférence, ses propres symptômes lorsqu'elle était atteinte du Covid-19 en février dernier.
La reine britannique Elizabeth II a raconté, en visioconférence, ses propres symptômes lorsqu'elle était atteinte du Covid-19 en février dernier.Image: sda
La grand-mère des princes Harry et William avait été testée positive au Covid-19 en février et présentait, selon Buckingham Palace, des «symptômes légers».
11.04.2022, 04:3311.04.2022, 06:54

La reine britannique Elizabeth II s'est sentie «épuisée» après son infection au SARS-CoV-2 en février, a révélé la monarque de 95 ans.

Le virus rend «très fatigué et épuisé, n'est-ce pas?», a-t-elle dit mercredi en visioconférence en s'adressant à un ancien patient atteint du Covid-19, à l'occasion de l'inauguration virtuelle d'une unité de soins à son nom au Royal London Hospital dans la capitale britannique.

Déjà avant d'être positive au Covid-19, la souveraine avait considérablement allégé son agenda depuis une nuit d'hospitalisation en octobre, dont la nature n'a jamais été révélée. Elle s'est repliée depuis le début de la pandémie au château de Windsor, à une quarantaine de kilomètres de Londres et peine désormais à se déplacer.

Des mois d'absence

La semaine dernière, elle a participé à une cérémonie religieuse en hommage à son époux le prince Philip, décédé il y a un an, marquant son grand retour devant ses sujets après des mois d'absence.

A la fin de la rencontre avec les soignants, Elizabeth II a discuté avec l'équipe de construction ayant mis sur pied en quelques semaines l'unité de soins pour faire face à l'augmentation du nombre de malades:

«C'est intéressant, quand il y a quelque chose de vital, tout le monde travaille ensemble. C'est merveilleux, n'est-ce pas?»
La reine Elizabeth II, philosophe à ses heures perdues

Le personnel du système de santé publique britannique, le NHS, a été mis sous pression pendant la pandémie, entre longues gardes, équipements étouffants et risque d'être infecté et de contaminer sa famille.

Quelque 33 000 employés médicaux du NHS ont démissionné entre juillet et septembre 2021, dont près de 7000 en quête d'un meilleur équilibre de vie, selon des statistiques officielles. C'est près du double du dernier trimestre 2019, juste avant la pandémie. (ats/jch)

En parlant du Royaume-Uni: Boris Johnson en visite à Kiev

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Risque-t-on une pénurie d'huile en Suisse? Voici ce que l'on sait
Chez nos voisins français, les rayons contenant de l'huile de tournesol sont vides, mais qu'en est-il en Suisse? Doit-on craindre une pénurie? Explications en trois points.

La crainte d'une pénurie est sur toutes les lèvres: la France voit ses rayons d'huile de tournesol vidés par les consommateurs inquiets. Doit-on craindre des conséquences semblables? Réponses des principaux acteurs suisses de la grande distribution.

L’article