DE | FR
Aux Etats-Unis, les pasteurs sont prêts à tout, même à utiliser le Big data, soit l'utilisation de gigantesques bases de données, pour ramener les âmes perdues sur les bancs de leurs paroisses.
Aux Etats-Unis, les pasteurs sont prêts à tout, même à utiliser le Big data, soit l'utilisation de gigantesques bases de données, pour ramener les âmes perdues sur les bancs de leurs paroisses.Image: twitter

Des églises utilisent le «Big data» pour faire revenir les fidèles

Il fut un temps où l'église était un élément essentiel de la vie américaine. Mais ce n'est plus le cas aujourd'hui, et de moins en moins d'adultes s'affilient à une religion.
06.01.2022, 21:01

Un récent sondage de l'institut Pew, aux Etats-Unis, indique que 30% des adultes américains ne s'intéressent pas du tout à la religion et ne vont plus à l'église. Les pasteurs ressentent fortement cette absence de fidèles et sont prêts à tout pour y palier. Même à utiliser le Big data, soit l'utilisation de gigantesques bases de données online, pour ramener les âmes perdues gens sur les bancs de leurs paroisses.

Comment ça marche?

Une des entreprises technologiques qui les aide dans cette «mission» s'appelle Gloo, forte de 200 employés, dont le siège se trouve dans le Colorado. La société utilise les données personnelles achetées aux réseaux sociaux et autres moteurs de recherches, tels que Facebook ou Google, pour aider les églises à identifier les individus susceptibles d'être recrutés. Un peu comme lors d'une campagne présidentielle, en somme.

Selon le Wall Street Journal, Gloo a tout de même signé des contrats avec 30 000 clients, ce qui représente environ 10% des églises aux Etats-Unis.

La startup crée des annonces web optimisées en fonction de termes de recherche spécifiques sur Google et sur les réseaux sociaux, ce qui redirige ensuite les internautes vers le site internet d'une église locale.

Un exemple?

Ils vont cibler les internautes qui font des recherches sur des sujets qui pourraient signaler que la personne traverse une crise personnelle, notamment avec ces mots-clés:

  • Difficultés conjugales;
  • Anxiété;
  • Dépression;
  • Toxicomanie.

Si la pratique peut sembler discutable, Gloo n'est de loin pas la seule startup à offrir ce service. Par ailleurs, de nombreuses églises achètent elles-mêmes de la publicité sur Facebook pour pouvoir cibler les personnes en détresse, et elles agissent ainsi depuis des années.

Un léger remords?

La société Wunderman Thompson, l'un des fournisseurs de données de Gloo, a récemment mis fin à son contrat après que le partenariat a été rendu public.

Depuis que certains médias ont en parlé dans leurs colonnes, la startup affirme qu'elle n'utilise plus les données sur la santé mentale pour cibler les individus, et soutient que toutes les données de personnes tiers sont anonymes.

La morale de l'histoire? Espérons surtout que Gloo, ces églises et tous ceux qui s'activent de la sorte pour «acheter» des paroissiens soient avant tout... de bonne foi.

Que dire... A court de masques, elle se déshabille et utilise sa robe à la place

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Hillary Clinton pourrait-elle être candidate en 2024 face à Trump?

Link zum Artikel

Le président de Credit Suisse pensait être au-dessus des règles Covid-19

Link zum Artikel

Il ne manquait plus qu'un restaurant NFT à New York, le voici

Link zum Artikel

Les îles Tonga sont coupées du monde réel et virtuel à cause d'un volcan

Link zum Artikel
Cameroun: 16 morts dans l'incendie «accidentel» d'une discothèque
Un incendie accidentel, provoqué par des feux d'artifice, a tué au moins 16 personnes dans la nuit de samedi à dimanche dans une discothèque de Yaoundé.

Ce drame survient alors que le pays accueille la Coupe d'Afrique des Nations (CAN), la compétition-reine du football africain.

L’article