DE | FR

Le Royaume-Uni s'excuse auprès de milliers de victimes de viol

drapeau Royaume-Uni violences femme viol abus sexuels excuses victimes

Image: Shutterstock

Le gouvernement britannique présente ses excuses pour avoir «laissé tomber», pendant des années, des milliers de victimes de viol.



C'est une première. Le Royaume-Uni se dit «profondément honteux» du faible nombre de condamnations d'agresseurs sexuels et violeurs à travers le pays. Ce nombre est actuellement le plus bas jamais enregistré. Le gouvernement de Boris Johnson promet de remédier à la situation.

Les chiffres

«Ce sont des tendances dont nous avons profondément honte. Les victimes de viols ont été laissées pour compte et des milliers de victimes sont restées sans justice.»

La ministre de l'Intérieur Priti Patel et le ministre de la Justice Robert Buckland.

Une série de mesures

Un rapport propose une série de mesures visant à ramener, d'ici aux législatives de 2024, le nombre d'inculpations et d'affaires portées devant les tribunaux à leurs niveaux de 2016:

Associations et militants ont globalement salué ces excuses, mais s'inquiètent de voir «si ce qui a été annoncé aujourd'hui sera suffisant», a déclaré une porte-parole de Rape Grisis England and Wales, face à la «véritable crise» de la prise en charge de ces crimes.

Au Royaume-Uni, les autorités estiment que 128 000 personnes sont chaque année victimes de viols ou de tentatives de viols, mais seulement 3% des cas signalés ont donné lieu à une inculpation en 2019-2020. Un chiffre qui s'élevait à 13% en 2015-2016. (ats)

Viol en Suisse: le projet de loi qui fâche

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

Thérapies de conversion: Boris Johnson va interdire «ces pratiques odieuses»

Le gouvernement du premier ministre a déclaré, mardi, que des mesures seraient présentées pour empêcher ces «pratiques odieuses qui peuvent causer des dommages mentaux et physiques».

Le Royaume-Uni veut interdire les thérapies de conversion et apporter un soutien accru aux membres de la communauté LGBT qui ont subi ce traitement. Après Genève, c'est donc Boris Johnson qui empoigne cette pratique qui fait polémique et qui prétend pouvoir changer l'orientation sexuelle ou l'identité de genre d'une personne.

Le parti de Johnson a subi une pression croissante sur la question après que l'ancienne dirigeante Theresa May a juré en 2018 d'éradiquer ces thérapies. Boris Johnson a …

Lire l’article
Link zum Artikel