DE | FR

Un énième oligarque russe est mort après une drôle de visite chez un chaman

Alexander Subbotin voulait guérir son alcoolisme avec du poison de crapaud et du sang de coq. Mais pour l'ancien patron du groupe pétrolier Lukoil, la visite chez un chaman s'est avérée fatale.
10.05.2022, 10:0310.05.2022, 10:48
Alexander Subbotin.
Alexander Subbotin.image: Yevgeny Biyatov/imago-images-bilder
Un article de
t-online

La série de décès étranges parmi les cadres supérieurs russes de l'industrie pétrolière et gazière se poursuit. Dernier cas en date, Alexander Subbotin. L'ancien membre du conseil d'administration du groupe pétrolier Lukoil serait décédé lors d'une visite chez un couple de guérisseurs à Mytischtschi, au nord-est de Moscou, a rapporté l'édition russe du portail Mash.

Le chaman Magua aurait administré à Subbotin le venin d'un crapaud par une incision dans la peau et il se serait ensuite baigné dans du sang de coq. Son corps n'a pas tardé à réagir: il aurait d'abord vomi, selon les déclarations du chaman et de sa femme à la police. Le couple lui aurait alors administré des gouttes d'herbes et avant que ce dernier ne s'endorme. Mais il ne s'est pas réveillé.

C'est pour traiter son alcoolisme que l'oligarque russe aurait approché le couple de guérisseurs. Comme le rapporte le journal indépendant Moscow Times, Subbotin se serait régulièrement adressé au guérisseur. On prête également au chef du Kremlin, Poutine, des préférences médicales qui semblent étranges.

Morts mystérieuses parmi les hommes d'affaires russes

La mort de l'oligarque s'inscrit dans une série de décès mystérieux parmi les cadres supérieurs russes. Depuis le début de la guerre, au moins sept industriels russes de haut rang sont morts, parfois dans des conditions très similaires. Ainsi, Sergueï Protosénia, Vladislav Avaev et Vassili Melnikov se seraient non seulement suicidés, mais auraient également tué leur famille. Les hommes d'affaires Alexander Tiouliakov et Leonid Shulman auraient subi le même sort. Mais dans certains cas, il y a des doutes et des incohérences dans le récit officiel.

Alexander Subbotin n'était pas seulement membre du conseil d'administration de Lukoil, son frère Valery Subbotin était même pressenti pour succéder au directeur général du groupe, Vagit Alekperov, écrit le Moscow Times. Alekperov avait démissionné de son poste à la mi-avril alors qu'il avait été placé sur une liste de sanctions de l'UE en raison de la guerre contre l'Ukraine.

Début mars, Alekperov a exprimé publiquement son «inquiétude» face aux «événements tragiques» en Ukraine. Il est possible qu'il ait également dû quitter son poste à la suite de cette déclaration critique. Le groupe Lukoil appartenait jusqu'en 2003 à l'homme d'affaires Mikhaïl Khodorkovski. Sous prétexte de fraude et d'évasion fiscale, Vladimir Poutine a alors fait de lui un exemple: en guise d'avertissement à d'autres oligarques dans le pays, le chef du Kremlin l'a emprisonné pendant dix ans dans des camps pénitentiaires. Aujourd'hui, Khodorkovski vit à Londres. ((t-online,mk ))

Traduit et adapté par l'allemand par sia

En Russie, les enfants font de la propagande déguisés en petits tanks

Plus d'articles sur les tensions entre Russie et Ukraine

L'armée ukrainienne a-t-elle une chance de résister à une attaque russe?

Link zum Artikel

La crise ukrainienne fait planer le spectre d'une guerre en Europe

Link zum Artikel

Ukraine: le G7 prêt à imposer des sanctions aux «conséquences massives»

Link zum Artikel

Des risques élevés de guerre en Europe, selon ce haut diplomate suisse

Link zum Artikel

En cas de guerre en Ukraine, voici les pénuries qui nous guettent en Suisse

Link zum Artikel

La Russie préparerait une opération pour justifier l'invasion de l'Ukraine

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Après deux ans de brouille, les frontières entre le Maroc et l'Espagne rouvrent enfin
Après plus de deux ans de fermeture, les frontières terrestres entre le Maroc et les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla ont rouvert dans la nuit de lundi à mardi.

Elles avaient été fermées en raison de la crise du Covid-19 et d'une brouille diplomatique récemment dissipée. Peu après 23 heures et après plus de deux ans de fermeture, les grilles des uniques frontières terrestres entre le continent africain et l'Union européenne sur le continent africain se sont levées. Des dizaines de voitures et des files de piétons ont ainsi pu passer dans les deux sens, a constaté un journaliste de l'AFP.

L’article