International
Russie

Pourquoi Poutine garde un tel secret autour de sa santé

Les Etats-Unis ne suivront pas Poutine dans l'escalade nucléaire
La santé de Poutine est au coeur des spéculations les plus enflammées.Image: sda

Secret autour de la santé de Poutine: «C'est la règle d'or des Tsars rouges»

La santé de l'actuel président russe Vladimir Poutine fait l'objet des hypothèses les plus folles. D'aucuns le disent gravement malade, d'autres le disent immortel. Mais, rappelle Le Figaro, la santé des hôtes du Kremlin est «secret d'Etat» depuis toujours.
28.01.2023, 16:2403.02.2023, 13:59
Suivez-moi
Plus de «International»

Pourquoi la santé des dirigeants, en particulier dans les régimes autoritaires, fait l'objet des spéculations les plus enragées? Tiens, prenons Poutine. Cancer en phase terminale, maladie mystérieuse: le maître du Kremlin a été mille fois enterré par des observateurs de la politique internationale, pour que, mille et une fois, il apparaisse les semaines suivantes sur nos petits écrans, aussi vigoureux que de coutume.

En janvier encore, c'est le chef des services secrets militaires ukrainiens, Kyrylo Budanov, qui jugeait que Vladimir Poutine était gravement malade, et ce depuis longtemps.

«Nous le savons simplement, nous avons des sources»
Kyrylo Budanov, interview sur ABCnews, janvier 2023

Vraiment? La poigne de fer de l'ex-agent du KGB semble loin de faiblir, bien que certains se targuent de l'avoir vu frémir.

En réalité, bien peu sont au courant de son véritable état de santé, et il y a une bonne raison à cela, explique Guillaume Perrault, rédacteur en chef du Figaro et Maître de conférences à Sciences Po Paris. Il existe en effet un véritable culte du secret autour de la santé des hôtes du Kremlin, et c'est une singularité russe, héritage de l'URSS.

«La règle d'or, pour un tsar rouge malade, semble ainsi: "N'avouez jamais"»
Guillaume Perraultle figaro

Cette loi du silence repose sur de multiples enjeux:

  • Pour commencer, dans un système de pouvoir personnalisé à l'extrême, la vigueur d'un leader est l'ultime garant de la puissance.
  • Ensuite, protéger cette information ferait partie d'un «contrat moral passé entre le dirigeant et l'appareil d'Etat, qui s'engagent tacitement à favoriser leur conservation mutuelle».
  • Tenir les rangs répond au profond désir de sécurité d'une partie de la population «et l'entretient dans une sorte de dépendance.» Tout, plutôt que l'incertitude, et la guerre fratricide inévitable entre les successeurs au trône.
«L'incertitude sur la nature du mal, son degré de gravité et, surtout, les perspectives de l'endiguer - permet de tenir en respect les prétendants et de maintenir les bureaucrates dans l'obéissance.»
Guillaume Perraultle figaro

Pour étayer ses propos, Guillaume Perrault décrypte dans son article comment les précédents «pères des peuples» géraient - ou plutôt, verrouillaient - toute information trahissant une quelconque faiblesse.

Lénine se soigne en secret chez «l'ennemi d'hier»

Lénine était déjà en mauvaise santé lorsque l'URSS a été formée et il est mort d'un accident vasculaire cérébral un peu plus d'un an plus tard. (AP Photo, archive)
Lénine était déjà en mauvaise santé lorsque l'URSS a été formée et il est mort d'un accident vasculaire cérébral un peu plus d'un an plus tard. (AP Photo, archive)Image: sda

Lénine souffrait d'artériosclérose, une maladie causée par l'accumulation de dépôts graisseux dans les artères, qui favorise des AVC. En avril 1922, il se fait fournir des calmants par la pharmacie du Kremlin. Il n'est pas le seul dirigeant bolchévique à en avoir besoin.

Dans une lettre adressée à Staline, il évoque «l'or que dépense le Parti pour d'inévitables voyages en Allemagne des membres du comité central, qui se rendaient en secret chez l'ennemi d'hier afin de suivre des traitements médicaux de haut niveau.» Pour éviter des fuites, il fera installer des sanatoriums «réservés à la direction bolchévique».

Il sera victime de plusieurs attaques entre mai 1922 et 1923. Dans l'intervalle, il est soigné par une quinzaine de spécialistes russes et allemands, tandis que le pouvoir glisse doucement dans les mains de Staline, Trotski, Zinoviev et Boukharine.

«Lénine semble avoir demandé à Staline de lui fournir du poison pour se suicider le cas échéant»
Guillaume Perraultle figaro

Lorsque son état se détériore, le Politburo n'hésite pas à isoler Lénine, sous prétexte de lui éviter le surmenage. Visites et correspondances sont suspendues. Et quand une autre attaque le rend aphasique en 1923, seuls les cadres bolchéviques seront dans le secret. Même à la veille de sa disparition - le 21 janvier 1924 - le parti continuera d'affirmer que sa convalescence se poursuit.

Staline et la peur des blouses blanches

En ce qui concerne Staline, des rumeurs émergent quant à son état de santé déclinant, mais fort tard, en 1953. Agé alors de 73 ans, le «petit père des peuples» est considéré comme un «dieu vivant en URSS et dans les pays du bloc de l'est». Assez paranoïaque, Staline se retranche derrière son petit cercle de fidèles, et n'hésite pas à faire tomber des têtes pour qui aurait des velléités de complots.

Il se méfie particulièrement des médecins du Kremlin. Il avait fait condamner à mort deux d'entre eux en 1938 et en fera arrêter davantage dès 1950, élaborant des dossiers à charge pour espionnage et terrorisme. Dès 1952, il se convaincra que son médecin personnel, en collusion avec d'autres «blouses blanches», complotent à sa perte. En cause: le fait que le professeur Vinogradov l'ait jugé «en mauvaise santé». Interrogatoires et tortures s'ensuivent.

«Staline fait détruire son propre dossier médical, une fois son médecin personnel arrêté»
Guillaume Perraultle figaro

Au soir du 22 mars 1953, Staline est découvert par ses gardes gisant inconscient, victime d'une violente attaque cérébrale. «Tacitement d'accord, les collaborateurs de Staline laissent passer plusieurs heures avant de faire appeler des médecins.»

Alors qu'il est agonisant, l'inévitable lutte pour la succession peut commencer.

Brejnev et ses jolies infirmières

Comme le détaille Le Figaro, la fin du règne de Brejnev illustre encore davantage comment la santé était une donnée jalousement gardée. Brejnev est âgé de 57 ans quand il arrive au pouvoir. Charismatique, bon vivant, fumeur et buveur, il se fatigue à coup de «barbituriques, anxiolytiques, et somnifères». Tout comme Lénine, il souffre d'artériosclérose et disparait de plus en plus fréquemment dans des cliniques. «Officiellement pourtant, dans la grande tradition soviétique, tout va bien», précise Le Figaro.

Il s'adjoint les services d'une infirmière de 25 ans sa cadette, Nina Koroviakova. Elle devient sa confidente - il la consultera même pour des questions politiques, au grand damn du Politburo.

«Peu à peu, Nina exerce un grand ascendant sur le Tsar rouge»
Guillaume Perraultle figaro

A la fin de sa vie, il se chuchote qu'il a recours à une guérisseuse, «une jeune et séduisante géorgienne surnommée "Djouna"». Mais, alors que la dégradation physique et intellectuelle du leader est évidente, les dirigeants du parti sauvent la face, et maintiennent le maître du Kremlin au pouvoir jusqu'à sa mort, fin 1982. La propagande officielle le montre en bonne santé. A juste titre: les cadres préfèrent un «Brejnev affaibli, même un peu ridicule, au risque d'une succession incertaine»

«Dès le mitan des années 70, du reste, le secret d'Etat de la maladie de Brejnev n'est plus qu'un secret de polichinelle. La presse occidentale l'évoque ouvertement.»
Guillaume Perraultle figaro

Ainsi, il pourrait en aller pour Poutine comme pour les pères des peuples: certains voient comme inévitable le fait que, «comme au temps des Tsars, le souverain refuse d'abdiquer et expire sur le trône, le pays dût-il en pâtir», achève Guillaume Perrault.

Vladimir Poutine dans tous ses états
1 / 10
Vladimir Poutine dans tous ses états
Poutine en mode chasseur, 2010.
source: ap ria novosti russian governmen / dmitry astakhov
partager sur Facebookpartager sur X
Poutine «mourant»? Ce que l'on sait sur les rumeurs
Video: twitter
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'attaquant de l'église en Australie a été inculpé pour terrorisme
Un adolescent de 16 ans a été inculpé d'«acte terroriste» pour avoir poignardé un évêque pendant un sermon diffusé en direct dans une église près de Sydney, en Australie. Il encourt la prison à vie s'il est déclaré coupable.

L'évêque d'une église assyrienne a été poignardé à six reprises à la tête et à la poitrine ce lundi 15 avril au soir dans l'église du Christ Bon Pasteur à Wakeley, dans la banlieue de Sydney. Il a été hospitalisé sans que ses jours soient en danger.

L’article