DE | FR

Le «Moscou-Paris» va s'abattre sur l’Ukraine et il va faire mal

Des flux d'air glacial en provenance de Sibérie s'apprêtent à balayer l'Europe. Un froid polaire qui risque d'aggraver encore la situation humanitaire des Ukrainiens – et qui pourrait également s'avérer décisif sur le front. Dans l’histoire, de Napoléon à Hitler, beaucoup sont tombés de froid au combat.
08.03.2022, 21:2609.03.2022, 18:32
Suivez-moi

Non, ce nom aux consonances poétiques ne cache pas un dessert.

Contrairement au Paris-Brest qui est vraiment une pâtisserie.
Contrairement au Paris-Brest qui est vraiment une pâtisserie.Image: Shutterstock

Le «Moscou-Paris» n'a rien d'une douceur, au contraire: ce flux d'air glacial fera plutôt l'effet d'une baffe.

C'est quoi au juste, le «Moscou-Paris»?
Un courant atmosphérique plutôt rare en Europe: en moyenne, il nous frappe tous les trois à quatre ans. Ce flux d'air froid et sec est connu pour avoir occasionné de grandes vagues de froid par le passé. Si la dernière date de 2018, la plus mémorable reste celle de février 2012: les températures étaient alors passées sous les -10°C, parfois les -20°C. C'était la vague de froid la plus intense ayant frappé la Suisse au cours des 27 dernières années, précisait à l'époque MétéoSuisse.

Cette bise mordante venue de Russie se fera sentir jusque chez nous. Toutefois, la vague de froid devrait être un peu moins rude que redoutée. Les températures devraient seulement se situer à 3°C en dessous des moyennes de saison, explique Futura Sciences.

En revanche, l'Ukraine sera frappée de plein fouet

C'est en effet en Scandinavie et en Europe de l'Est que le froid sera le plus intense. Cette vague de froid devrait durer environ dix jours. Entre jeudi et samedi prochain, toute l'Ukraine sera concernée par des températures comprises entre -10 et -18°C, annonce la Chaîne Météo. Dans la capitale Kiev, où le mercure oscille actuellement entre -4°C le matin et 0°C l’après-midi, on prévoit -15°C vendredi.

Et cette chute des températures n’est vraiment, vraiment, pas une bonne nouvelle.

Les conditions sont déjà catastrophiques

Le froid devrait compliquer davantage la situation humanitaire et les difficultés des Ukrainiens – ceux qui ont décidé de quitter le pays et ceux qui sont toujours dans le pays.

Des milliers de logements ont déjà été privés d’eau, d’électricité et de chauffage en raison des bombardements.

Le froid jouera aussi un rôle décisif sur le front

Le «Moscou-Paris» n'épargnera pas non plus les champs de bataille.

Ce ne serait pas la première fois que le froid jouerait un rôle clé dans le développement des opérations militaires: historiquement, de nombreuses invasions militaires de la Russie sont tombées à l'eau en raison de son climat hostile. En voici quelques exemples.

Charles XII de Suède, ça vous dit quelque chose?

Non? Ben c'est lui.👇

wikipedia.org

Charles XII a été roi de Suède de 1697 à 1718. Son règne a été presque entièrement consacré à la bien nommée «grande guerre du Nord». Ses armées ont été vaincues à la bataille de Poltava en 1709, au cours de l'hiver le plus rigoureux du XVIIIe siècle.

Ce qui peut sembler paradoxal (les Suédois ne sont pas réputés pour être frileux). Mais c'était sans compter la «politique de la terre brûlée» appliquée par les Russes, consistant à tout brûler sur le passage des troupes face à l'avancée de l'armée étrangère. Aussi simple que ça.

Il y a 210 ans, c'était Napoléon...

Même l'un des généraux les plus coriaces de l'Histoire s'est fait avoir. Le déploiement impressionnant de plusieurs centaines de milliers d'hommes n'a pas suffi à pallier l'impréparation de ses troupes au froid.

«La retraite de Moscou de Napoléon» d'Adolph Northen.
«La retraite de Moscou de Napoléon» d'Adolph Northen.wikipedia.org

Le 6 décembre 1812, affaiblie par les maladies et le manque croissant de nourriture, l'armée napoléonienne doit supporter des températures de -38°C. On connait la suite: l'expression «Bérézina» n'est pas entrée dans le jargon populaire pour rien.

Il y a 80 ans, c'est le tour d'Hitler

Le dictateur n'a pas retenu la leçon de ses prédécesseurs. En août 1942, il lance une offensive pour prendre le contrôle de Stalingrad (aujourd'hui Volgograd).

Le conflit s'enlise. Les troupes allemandes, nettement moins bien acclimatées au froid que les Soviétiques, sont ravagées. Le 13 novembre 1942, la température descend en dessous de -20°C et jette une douche (froide) sur les intentions expansionnistes d'Hitler.

Bilan de la bataille: deux millions de décès dans les deux camps, la défaite finale de l'armée nazie le 2 février 1943 et une ville de Stalingrad dévastée, jonchée de cadavres et paralysée par le climat hivernal.

Le centre de Stalingrad après la libération, le 2 février 1943.
Le centre de Stalingrad après la libération, le 2 février 1943.wikipedia.org

Ne reste plus à espérer qu'un scénario de bataille similaire ne prenne place à Kiev dans les prochaines semaines. Malheureusement, il semblerait que les hommes tirent rarement de leçon du passé.

La guerre en Ukraine en images

1 / 18
La guerre en Ukraine en images
source: sda / efrem lukatsky
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Immersion dans un centre d'accueil en Ukraine

Plus d'éclairages sur ce qui se passe en Ukraine:

Que se passe-t-il dans la tête de Poutine?

Link zum Artikel

Pas facile d'être russe en Suisse: «Je n’ose même plus dire le mot russe»

Link zum Artikel

L'objectif de Poutine en Ukraine? Etendre sa sphère d'influence

Link zum Artikel

Pourquoi personne ne peut se passer de l'Ukraine économiquement

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Un journaliste russe fait une gaffe et une super-arme est détruite
Le Kremlin détenait l'un des engins militaires les plus meurtriers du monde. Dans sa surexcitation, un reporter russe a oublié un détail qui a littéralement tout fait exploser.

C'était la boulette à éviter. Vendredi 20 mai, Aleksandr Kots, un reporter de guerre russe, a présenté aux spectateurs d'une chaîne télévisée le plus gros mortier du monde appartenant aux troupes de Vladimir Poutine.

L’article