International
Russie

Armes à sous-munitions: Moscou a mené des centaines d'attaques

La Russie emploie en masse des armes à sous-munitions et l'Ukraine va le payer

Une photo distribuée par le bureau de presse du service d'urgence de l'État montre des sauveteurs ukrainiens retirant une bombe aérienne russe FAB500 non explosée d'un immeuble résident ...
Une photo distribuée par le bureau de presse du service d'urgence de l'Etat montre des sauveteurs ukrainiens retirant une bombe aérienne russe FAB500 non explosée d'un immeuble résidentiel à Kharkiv, en Ukraine, le 23 juin 2022.Image: EPA STATE EMERGENCY SERVICE
Moscou a mené des centaines d'attaques avec des bombes à sous-munitions. Elles ont fait 700 victimes civiles depuis début janvier.
25.08.2022, 11:1225.08.2022, 11:30
Plus de «International»

La Russie a recouru à une utilisation «massive» aux armes à sous-munitions en Ukraine. Des centaines d'attaques ont provoqué des centaines de victimes civiles et détruit des habitations et des centres de santé, déplore un rapport publié jeudi à Genève.

Petit rappel sur les armes à sous-munitions
Cet armement disperse son contenu sur une large surface. De nombreuses sous-munitions ne fonctionnent pas comme prévu, laissant des restes explosifs.

Moscou est coupable d'«un mépris flagrant pour la vie humaine, les principes humanitaires et les normes juridiques», affirme l'une des responsables de l'Observatoire des armes à sous-munitions, Mary Wareham. Elle appelle à «une condamnation sans équivoque» de cette attitude qui se poursuit. Quelques données:

  • La guerre en Ukraine est largement responsable des près de 700 victimes civiles d'armes à sous-munitions depuis début janvier.
  • Ce chiffre a augmenté de 300% par rapport à l'année dernière.
  • Les chiffres en Ukraine commencent à se rapprocher de ceux de la Syrie lors des années les plus meurtrières.

Qui utilise ces armes?

Des centaines d'assauts avec des armes à sous-munitions par les forces russes ont été documentés, mentionnés ou présumés. Les forces ukrainiennes semblent également avoir utilisé l'arme à plusieurs reprises. Ni la Russie ni l'Ukraine ne sont parties à la convention d'interdiction qui rassemble 110 Etats, qui se réuniront de mardi à vendredi prochain, et 13 signataires.

La Coalition mondiale sur les armes à sous-munitions (CMC) appelle Moscou à mettre immédiatement un terme à ces attaques.

Quelle est la situation dans le monde?

Dans le monde, près de 150 nouvelles victimes de restes d'armes à sous-munitions ont été identifiées l'année dernière, en baisse de plus de la moitié par rapport à 2020. Le nombre total est probablement plus élevé. En revanche, pour la première fois en une décennie, personne n'a été tué en 2021 directement dans des attaques avec cet armement.

Parmi les victimes, 97% étaient des civils. Le nombre d'enfants tués et blessés a atteint 90, deux tiers du total. La Syrie a fait face à un plus grand nombre de victimes annuelles que tout autre pays, mais ce chiffre était au plus bas depuis dix ans l'année dernière.

L'impact de la pandémie semble également avoir étendu les menaces. En raison de difficultés financières, de nombreuses personnes ont été contraintes de travailler dans des zones contaminées par les sous-munitions ou en collectant des restes explosifs. Autre problème, le financement de la lutte contre les sous-munitions reste insuffisant. En revanche, le déminage est lui revenu à un niveau quasi normal.

Quelques données pour terminer:

  • Les Etats prenant part à la convention ont nettoyé, en 2021, au moins 61 km² de terres contaminées.
  • Près de 82 000 sous-munitions ont été détruites, un chiffre similaire à l'année précédente.
  • Au total, 37 Etats ont jusqu'à présent achevé la destruction de 99% des stocks mondiaux d’armes à sous-munitions.
  • Au moins 26 pays et 3 autres territoires restent contaminés par des sous-munitions non explosées.
  • Le déminage a été achevé par 12 pays.

(jah/ats)

Malgré ses promesses, la Russie bombarde encore le sud de l'Ukraine
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Duel tendu entre Attal et Bardella sur le ring de France 2: qui a gagné?
Un débat à deux semaines des élections européennes qui faisait déjà polémique pour sa composition: une tête de liste RN largement en tête des sondages, face à un premier ministre qui jouait bien plus que les miettes qu'il souhaite offrir à la liste de son parti. Deux présidentiables alertes, qui ont évité les erreurs de leur mentor et se respectent parfois un peu trop.

Deux beaux gosses aux dents longues, un océan de bleu de chaque côté. Malgré tout, Gabriel Attal, 35 ans, était mieux fringué que Jordan Bardella. Rien de bien grave. La jeune tête de liste et président du Rassemblement national, sept ans de moins, a toujours eu l'étrange réflexe de mal maîtriser les tailles et les épaulettes. Et il faut dire qu'il s'est senti plusieurs fois à l'étroit, jeudi soir, face à un premier ministre habile, la gouaille plongée dans les dossiers et le sourire en coin.

L’article