larges éclaircies
DE | FR
International
Russie

Ukraine: les milliardaires russes «pleurent» à cause des sanctions

«Les milliardaires russes pleurent parce qu'ils ne peuvent plus voler en jet privé»

Les milliardaires russes établis à Londres ont du mal à supporter les sanctions imposées à leur encontre. C'est ce qu'a rapporté, cette semaine, un assistant d'oligarque anonyme au quotidien britannique «The Mirror».
Cet article est également disponible en allemand. Vers l'article
08.04.2022, 16:33
Plus de «International»

Ce témoin travaille comme assistant personnel de plusieurs oligarques russes au St. Georges Estate dans le Surrey, près de Londres. Dans ce quartier, les résidents sont milliardaires et possèdent de nombreuses propriétés. On y trouve par exemple le magnat du pétrole et proche de Poutine Oleg Deripaska, patron d'une entreprise minière et énergétique. C'est une enclave fermée et surveillée. La source anonyme rapporte des scènes surprenantes depuis que de nombreux oligarques se voient refuser l'accès à leur argent.

«Je les ai entendus pleurer pendant des heures parce qu'ils ne peuvent plus voler avec leur jet privé, réserver des vacances ou même avoir un Uber», a déclaré cette personne au Mirror. En plus, ils ne semblent avoir aucune compassion: «Ils ne se soucient même pas de savoir ce qui se passe en Ukraine.»

24 000 livres pour du caviar importé par avion de Moscou

Une grande partie des résidents du St. Georges Estate sont russes. Leurs cartes de crédit et leurs comptes ayant été bloqués, il leur est actuellement impossible de payer des vols en jet privé, des vacances ou même des taxis. Beaucoup ont dû demander à leurs employés de payer leurs trajets en taxi après avoir constaté que les comptes Uber liés à leurs cartes de crédit avaient été fermés, rapporte le Mirror.

Pour se rendre compte de leur fortune, les terrains de la propriété sont vendus pour plus de 20 millions de livres. En général, les résidents ne connaissent pas de limites lorsqu'il s'agit de dépenser leur argent. Un assistant raconte au Mirror: «Peu avant la guerre, l'une des familles russes aisées que je connais a payé 24 000 livres pour faire venir de Moscou, en jet privé, un crabe vivant et du caviar pour une fête».

Dans le même registre: Victoria Bonya coupe son sac Chanel

Vidéo: watson

Avec la guerre, leur façon de vivre a changé. L’employé rapporte une scène où une épouse très riche s'est effondrée en larmes après que les installations électriques commandées pour sa propriété de dix millions de livres sterling ont été bloquées. Ces personnes sont désormais contraintes de s'habituer à leur «nouvelle place dans le monde». Même si actuellement, ils ne se préoccupent que d'eux-mêmes et de la manière dont les sanctions affectent leur style de vie.

Dans leur détresse, les milliardaires s'adressent apparemment plusieurs fois par jour à leurs assistants. La source du Mirror déclare à ce sujet:

«Ils me demandent de les aider avec leurs cartes de crédit bloquées. Je ris de leurs pleurs»

Pour pouvoir contourner les sanctions, les oligarques ont demandé s'ils pouvaient utiliser son adresse lorsqu'ils demandaient de nouvelles cartes de crédit. «J'ai simplement raccroché le téléphone. Je ne peux plus parler à ces gens. Ils devraient comprendre ce qui se passe et ce que fait leur dictateur».

La source anonyme n'a pas souhaité être citée par crainte de représailles. Les déclarations du «lanceur d'alerte» n'ont pas pu être vérifiées de manière indépendante. (lak)

Traduit de l'allemand par Charlotte Donzallaz

Un Ukrainien découvre une roquette dans sa cuisine
Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
La complice de Jeffrey Epstein vit sa meilleure vie en prison
Tout va pour le mieux pour la détenue la plus tristement célèbre d'Amérique. La preuve: selon l'avocat de Ghislaine Maxwell, l'ancienne femme de main du prédateur sexuel Jeffrey Epstein est venue à bout du semi-marathon organisé dans sa prison de Floride.

Certains détenus entrent en religion, d'autres courent. Ghislaine Maxwell, elle, a choisi son camp. Entre deux cours de yoga et d'étiquette à ses 846 co-détenues, l'ancienne mondaine la plus fit et la plus sinistrement connue des Etats-Unis a participé à la course de 21,1 kilomètres dans son pénitencier de Tallahassee, en Floride.

L’article