DE | FR

L'ONU veut trouver le coupable dans l'affaire Navalny

Le gouvernement du président russe, Vladimir Poutine, est soupçonné d'avoir tenter de tuer l'opposant, Alexeï Navalny.
Le gouvernement du président russe, Vladimir Poutine, est soupçonné d'avoir tenter de tuer l'opposant, Alexeï Navalny. shutterstock
Après plusieurs mois d'investigation, deux rapporteuses de l'ONU estiment que Moscou a tenté de tuer l'opposant russe, Alexeï Navalny.
01.03.2021, 16:0301.03.2021, 16:45

«Nous pensons que l'empoisonnement d'Alexeï Navalny a été mené délibérément, pour envoyer un avertissement clair et sinistre, à tous ceux qui pourraient critiquer le gouvernement russe», affirment Agnès Callamard et Irene Khan, deux expertes de l'ONU.

Elles rappellent que les tests toxicologiques ont montré la présence du poison, le «Novichok», sur l'opposant russe. Pour les deux rapporteuses spéciales, la surveillance intense, par Moscou, rend improbable qu'un tiers puisse avoir administré cette substance «sans que les autorités russes ne le sachent».

En cherchant à tuer Navalny, le pays de Vladimir Poutine est aussi responsable de tentative d'exécution arbitraire. Callamard et Kahn ajoutent que ces actes sont équivalents à de la torture. Elles appellent la communauté internationale à répondre à des décennies de tentatives d'assassinats d'opposants russes.

Le dissident a depuis été condamné à plus de deux ans de prison, pour violation de son contrôle judiciaire. Les deux rapporteuses spéciales appellent Moscou à annuler cette détention, de manière immédiate. Elles ajoutent qu'elles continueront à suivre étroitement la situation, auprès du gouvernement russe. (ats)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Elon Musk aurait harcelé une femme et payé pour qu'elle se taise
C'est ce qu'affirme une enquête du «Business Insider». En 2016, le patron de SpaceX aurait, entre autres, demandé à une hôtesse de l’air un massage érotique contre un cheval.

Les résultats de l'enquête menée par le Business Insider sont potentiellement explosifs. Sur la base de documents et interviews, le média américain a affirmé que SpaceX a payé 250 000 dollars pour faire taire une hôtesse de l'air qui accusait de harcèlement sexuel le patron de l'entreprise, Elon Musk.

L’article