International
Russie

Il n'y a qu'une seule façon de forcer la Russie à négocier

Russian President Vladimir Putin attends events marking the 80th anniversary of the break of Nazi's siege of Leningrad, (now St. Petersburg) during World War Two at the Piskaryovskoye Memorial Ce ...
Vladimir Poutine, Saint-Pétersbourg, 18 janvier 2023.Image: AP Pool Sputnik Kremlin

Il n'y a qu'une seule façon de forcer la Russie à négocier: la voici

Jamais des négociations n'ont mis fin à un conflit avec la Russie, affirme l'historien américain David Frum. Il y aurait toutefois une exception à cette règle et cela intéresse de près l'Ukraine.
25.01.2023, 16:0408.05.2023, 11:41
Thomas Wanhoff / t-online
Plus de «International»
Un article de
t-online

Pour l'historien américain David Frum, l'Ukraine n'a aucune chance d'amener la Russie à négocier la paix. L'ancienne plume du président américain George W. Bush (2001-2009) estime que les discussions sont faussées. Frum est un observateur avisé de la guerre en Ukraine et de la politique internationale. Il passe pour l'inventeur de l'expression «axe du mal», par quoi George W. Bush désignait l'Iran, l'Irak et la Corée du Nord.

Sur Twitter, il dit pourquoi il faut abandonner tout espoir de négociations avec Poutine. Rappel utile: la Russie a mené deux guerres en Tchétchénie depuis 1991, violé les frontières de la Moldavie, de la Géorgie et de l'Ukraine, est intervenue dans la guerre en Syrie et dans le conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan.

«On dit souvent que les guerres se terminent par des négociations. Mais aucun des conflits russes ne s'est terminé de cette manière»
David Frum, Historien

Ces faux accords de paix

Un traité de paix a bien été conclu en 1997 lors de la première guerre de Tchétchénie. Mais il laissait le statut du pays en suspens et les affrontements ont repris peu de temps après. En 2014, les accords de Minsk décidaient certes de la fin des combats entre les combattants prorusses et l'armée ukrainienne, mais il n'a pas stoppé les véritables ambitions de Moscou.

Diverses parties appellent régulièrement l'Ukraine et la Russie à négocier. Mais les positions des deux parties sont très éloignées les unes des autres. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky ne cesse de le répéter: il veut bien entamer des discussions, mais la Russie doit d'abord restituer l'ensemble des territoires ukrainiens qu'elle occupe, y compris la Crimée annexée en 2014. La Russie ne dit pas non à des pourparlers, mais elle les fait précéder d'un statu quo territorial et d'une d'une exigence de «dénazification et de démilitarisation de l'Ukraine», comme l'a encore souligné récemment le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Les conflits gelés font le beurre de Moscou

De nombreux conflits ont manifestement été gelés après la chute de l'Union soviétique, sans qu'aucune solution ne soit trouvée. La Russie s'est mise alors à se les approprier. Le Kremlin n'a vu aucun problème, au contraire, à ce que certains de ces conflits aient continué à couver – il n'a ainsi pas eu à faire de concessions, estime David Frum. La Russie n'entamera des négociations que si elle peut pousser son avantage au-delà de la situation existante.

Si l'invasion de l'Ukraine devait en rester là, il s'agirait toujours d'un «conflit gelé». La Russie n'a de toute façon pas grand-chose à négocier: elle contrôle déjà la Crimée, de même que des parties du Donbass. Cela pourrait suffire à Moscou dans une première phase, estime l'analyste. L'Ukraine, elle, serait alors perdante et toujours exposée à la menace russe.

Et la seule façon est...

Pour David Frum, il n'y a qu'une seule façon de forcer la Russie à négocier. Il faudrait pour cela qu'elle craigne de perdre la guerre contre l'Ukraine. De manière si catastrophique pour elle que seuls des pourparlers pourraient limiter les dégâts à ses yeux.

Et David Frum de préconiser: il faut armer l'Ukraine pour que la Russie craigne la défaite. A l'inverse, estime l'historien, se montrer chiche sur les livraisons d'armement, c'est laisser à la Russie l'espoir de pouvoir maintenir le statu quo.
(Traduction et adaptation: amn)​

Ce nuage en Turquie prouve que «Dieu est une femme»
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Je suis le seul que Poutine a menacé de mort à être encore en vie»
Cela fait trois ans que l'ex-président de la Géorgie, Mikheil Saakashvili, n'a pas vu le soleil. Depuis l'hôpital où il est détenu, il raconte ses plus de trente rencontres personnelles avec le chef du Kremlin et de comment le poutinisme peut être vaincu.

Mikheil Saakashvili est arrivé au pouvoir en Géorgie après avoir renversé le président Edouard Chevardnadze lors de la Révolution des Roses en 2003. Pendant sa présidence, il a introduit une série de réformes importantes en Géorgie et s'est éloigné de l'influence russe. Agé de 56 ans, il se trouve aujourd'hui en Géorgie où plusieurs procédures pénales ont été engagées contre lui et où son état de santé s'est tellement détérioré qu'il est désormais hospitalisé sous surveillance stricte.

L’article