DE | FR

«Souriez vous êtes surveillés», la reconnaissance faciale gagne Moscou

Bild

La reconnaissance faciale prolifère à Moscou sur fond de surveillance généralisée. Flickr

Plus de 170 000 caméras, dont 100 000 dotées de logiciels de reconnaissance faciale, ont été déployées depuis une décennie dans les rues de Moscou. Et ce n'est que le début.



La mairie de Moscou prévoit de dépenser plus de dix millions d'euros pour se doter de nouvelles caméras de reconnaissance faciale. Cette technologie, dénoncée pour ses possibles usages politiques, est déjà très présente dans la capitale russe.

Dans les rues, dans le metro, aux interphones des entrées d’immeubles: les caméras de surveillance pullulent à Moscou. La mégapole russe, qui compte officiellement douze millions d'habitants, dispose d'ores et déjà de plus de 100 000 caméras reliées à une intelligence artificielle capable d'identifier les personnes filmées. Ce qui en fait une des villes au monde qui en compte le plus.

Un système de reconnaissance faciale contre le coronavirus

La reconnaissance faciale est devenue un outil clef de la stratégie sanitaire russe. A l’origine, la surveillance devait s’appliquer aux milliers de Moscovites revenus de l’étranger. Mais au final, c'est l’ensemble de la population de Moscou qui est confrontée à la détection par caméra. La police de Moscou a déclaré avoir déjà identifié près de 200 personnes qui auraient enfreint leur quarantaine. Les sanctions vont de l’amende à la prison jusqu’à l’expulsion pour les ressortissants étrangers.

Une plainte rejetée pour «surveillance illégale des opposants»

Dans sa lancée, la capitale russe souhaite se doter de 316 écrans équipés de caméras à reconnaissance faciale qui seront installés dans 85 stations de son métro.

Ces écrans doivent servir à transmettre des informations aux passagers en cas d'urgence, de changements dans le trafic, mais aussi pour diffuser des publicités, selon le service communication du métro moscovite. Le quotidien Kommersant indique qu'au moins 5000 caméras à reconnaissance faciale sont déjà présentes dans le métro de la capitale.

L'année dernière, une militante avait attaqué en justice la mairie, dénonçant un système de surveillance illégale visant à identifier des opposants. Sa plainte avait été rejetée par un tribunal.

En février, un responsable des forces de l'ordre, cité anonymement par l'agence de presse Tass, avait affirmé que des caméras à reconnaissance faciale avaient permis d'identifier et d'interpeller préventivement des soutiens de l'opposant incarcéré Alexeï Navalny avant des manifestations pour sa libération. Près de 11 500 personnes ont aussi été interpellées lors de ces protestations vivement réprimées. (ats)

Plus d'articles d'«Actu»

L'UDC et le PLR se clashent sur Twitter au sujet des restrictions

Link zum Artikel

La recherche néglige la santé des femmes

Link zum Artikel

Ça y est, l'hélico de la Nasa devrait voler sur Mars ce lundi

Link zum Artikel

Des centaines d'opposants aux mesures sanitaires ont manifesté à Altdorf

Link zum Artikel

La Russie va retirer ses troupes de Crimée

La Russie a annoncé son intention de retirer vendredi ses troupes massées près de l'Ukraine et en Crimée annexée, jugeant ses exercices terminés.

«Les troupes ont démontré leur capacité à assurer une défense fiable du pays. J'ai donc décidé d'achever les activités d'inspection dans les districts militaires du sud et de l'ouest», frontaliers de l'Ukraine, a déclaré le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, pour le plus grand plaisir de l'Occident et de Kiev.

Estimant les objectifs de ces manœuvres géantes «pleinement atteints», le ministre a ordonné le «retour des troupes vers leurs points de déploiement permanents» à partir …

Lire l’article
Link zum Artikel