International
Russie

Russie: le Vaudois détenu par Moscou ne sera pas libéré

Le Vaudois détenu par Moscou ne sera pas libéré

French citizen Laurent Vinatier, right, is escorted into a cage in a courtroom in the Zamoskvoretsky District Court in Moscow, Russia on Friday, June 7, 2024. A court in Moscow has ordered that the Fr ...
Keystone
Un tribunal moscovite a rejeté jeudi en appel la demande de remise en liberté d'un Français, collaborateur d'une ONG suisse. L'accusé restera en détention préventive au moins jusqu'au 5 août.
04.07.2024, 10:4804.07.2024, 17:12
Plus de «International»

Lors d'une première audience le 7 juin, ce collaborateur du Centre pour le dialogue humanitaire, une ONG suisse qui fait de la médiation de conflits hors des circuits diplomatiques officiels, avait reconnu ne pas s'être enregistré comme «agent de l'étranger» car il ne savait pas qu'une récente loi russe l'y obligeait.

Si vous n'avez pas lu cette histoire, la voici

Mais le Comité d'enquête russe le soupçonne également d'avoir collecté des informations sur les activités militaires qui «pourraient être utilisées contre la sécurité de l'État». Ces soupçons font redouter des chefs d'accusation plus graves que le délit de non-enregistrement, passible de cinq ans de prison.

Montée des tensions entre Paris et Moscou

Le tribunal qui avait organisé l'audience en première instance a par ailleurs indiqué jeudi que les biens de l'accusé avaient été «temporairement saisis».

L'arrestation du Français était survenue en pleine montée de tensions entre Paris et Moscou autour du conflit ukrainien, et au lendemain de l'interpellation en région parisienne d'un Russo-Ukrainien soupçonné d'avoir projeté une action violente en lien avec une entreprise «terroriste» en France. (vz/ats)

Le «super char» de Poutine est définitivement un échec
Video: twitter
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Le Nigeria inflige une amende à Meta pour violations des droits des consommateurs
Meta, la maison mère de Facebook et WhatsApp, a été condamnée à une amende de 220 millions de dollars par le Nigeria pour violations répétées de la protection des données et des droits des consommateurs.

Le Nigeria a infligé une amende de 220 millions de dollars (200 millions de francs) au groupe américain Meta, maison mère de Facebook et WhatsApp, pour des violations «multiples et répétées» de la protection des données et des droits des consommateurs, selon les autorités.

L’article