DE | FR

Poutine fait peur aux watsoniens et voici pourquoi

watson s'est enquis auprès de ses lecteurs si la seule évocation de Poutine leur procure des frissons d'effroi ou si le chef du Kremlin les laisse indifférents. Spoiler: il vous fait flipper... mais pas au point de boycotter le plat québécois.
16.03.2022, 11:3616.03.2022, 12:09
Team watson
Team watson
Suivez-moi

Assurément, le dirigeant russe au regard de glace ne rassure pas les lecteurs de watson. Les résultats de notre sondage publié lundi sont édifiants.

Si vous l'aviez manqué, vous pouvez toujours y jeter un œil. 👇

Alors oui, Poutine vous fait trembler. Mais pas trop non plus...

Le dirigeant russe inquiète une majorité des participants à notre sondage.
Le dirigeant russe inquiète une majorité des participants à notre sondage.Image: sda

A la question «Vladimir Poutine vous fait-il peur personnellement?», vous êtes 42% à confirmer qu'il vous fait, effectivement, frissonner. 36% admettent que ce n'est «pas un mec inoffensif» (mais bon, ils ajoutent qu'ils ont «d'autres chats à fouetter». Donc pas de quoi être paralysés par la peur non plus.)

Aux origines de ces craintes: la guerre en Ukraine, bien sûr. Pour plus de la moitié des personnes interrogées (54%). Toutefois, il semblerait que Poutine refilait déjà des cauchemars à 27% de notre lectorat bien avant la crise ukrainienne.

Seuls 9% des sondés restent de marbre et affirment que Poutine ne leur fait pas peur le moins du monde.

La menace nucléaire semble vous préoccuper davantage...

64% des lecteurs sont en effet inquiets de la menace nucléaire brandie par le chef de l'Etat russe. Pour 31%, c'est du bluff: selon eux, «ce n'est qu'une menace».

Un autre dirigeant vous inquiète...

Le président Vladimir Poutine n'est pas le seul à faire peur. Son homologue chinois ne vous rassure pas non plus.
Le président Vladimir Poutine n'est pas le seul à faire peur. Son homologue chinois ne vous rassure pas non plus.Image: sda

Un seul autre dirigeant semble préoccuper tout autant, si ce n'est davantage, le lectorat de watson. Il s'agit de*roulement de tambour*... Xi Jinping! Vous êtes 63% à considérer le leader de la Chine tout aussi dangereux.

A noter que notre président Ignazio Cassis a quand même récolté 6% des voix.

Le pauvre, il n'a pourtant jamais brandi la menace de la bombe atomique.
Le pauvre, il n'a pourtant jamais brandi la menace de la bombe atomique.Image: sda

Poutine va-t-il s'arrêter là?

La majorité des sondés estiment que Poutine ne devrait pas poursuivre ses ambitions au-delà de l'Ukraine: 44% estiment que c'est «trop risqué» pour lui.

Toutefois, un tiers des votants jugent que le reste de l'Europe pourrait bien y passer. 33% pensent que la Russie pourrait ensuite s'attaquer à la Pologne ou à la Finlande.

Fou ou rationnel?

Manifestement, les lecteurs sont partagés. 54% jugent que le maître du Kremlin est «rationnel. Froid, mais rationnel». Tandis que 45% le pensent «fou à lier».

En conclusion, vous continuerez à manger de la poutine... (ou pas)

La poutine est un plat de la cuisine québécoise composé, dans sa forme classique, de trois éléments : des frites, du fromage en grains et de la sauce brune.
La poutine est un plat de la cuisine québécoise composé, dans sa forme classique, de trois éléments : des frites, du fromage en grains et de la sauce brune.Image: Shutterstock

De toute évidence, les lecteurs de watson seront une majorité à ne pas boycotter cette spécialité québécoise, qui a eu le malheur d'avoir l'homonyme de sombres prétentions sur l'Ukraine. 64% des lecteurs déclarent qu'il «ne faut pas tout mélanger» entre le dirigeant politique et la recette canadienne.

31%, quant à eux, n'y toucheront pas de toute façon. Il semblerait que ce mix de frites, de fromage et de sauce brune ne les inspire pas.

Finalement, 3% ne veulent plus en entendre parler - ou suggèrent d'affubler ce plat d'un autre nom. Chers Québécois, pardonnez-nous: nous ne sommes en rien responsables de l'opinion de nos lecteurs.

Marioupol, assiégée par les Russes

1 / 12
Marioupol, assiégée par les Russes
source: sda / evgeniy maloletka
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Des activistes français s'introduisent dans le «Palais de Poutine»

Plus d'articles sur la Suisse et la guerre en Ukraine

Famille de réfugiés en Suisse: «Notre maison a été rasée par les bombes»

Link zum Artikel

Genève, cette petite Russie inquiète pour son business et sa quiétude

Link zum Artikel

Réfugiés ukrainiens en Suisse: tout savoir sur leur statut exceptionnel

Link zum Artikel

Quand la Suisse se pare des couleurs de l'Ukraine

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Il faut être stupide!»: la débâcle du pont est un désastre pour Moscou
La semaine passée, l'Ukraine neutralisait un bataillon russe qui tentait de traverser la rivière Severski Donets. Si le bilan est lourd, cette attaque a surtout entamé la réputation de l'armée en Russie, où des personnalités ont décidé de rompre le silence.

Mercredi 11 mai, un bataillon russe s'apprêtait à traverser le fleuve Severski Donets à la hauteur du village de Bilohorivka, situé dans l'Est de l'Ukraine. Son avancée a été brutalement stoppée par l'artillerie ukrainienne, qui a détruit les ponts flottants mis en place par les Russes. Coincés des deux côtés de la rivière, ceux-ci n'ont pas pu échapper au feu ennemi.

L’article