larges éclaircies
DE | FR
1
International
Russie

Vladimir Soloviev: «Le monde entier sera réduit en cendres»

La marionnette de la propagande de Poutine, Vladimir Soloviev, s'acharne quotidiennement contre l'Ukraine dans son émission du soir et menace ses alliés. Ses propos sont de plus en plus virulents et h ...
La marionnette de la propagande de Poutine, Vladimir Soloviev, s'acharne quotidiennement contre l'Ukraine dans son émission du soir et menace ses alliés. Ses propos sont de plus en plus virulents et haineux.

Soloviev, le prédicateur de Poutine qui veut «réduire le monde en cendres»

Le grand manitou de la propagande de Poutine, Vladimir Soloviev, s'acharne quotidiennement contre l'Ukraine dans son émission du soir et menace ses alliés. Une attitude étonnante pour celui qui s'est fait connaître en tant que journaliste respecté.
04.12.2022, 07:5904.12.2022, 12:36
Anne-Kathrin Hamilton

Insultes, humiliations, mensonges et discours de haine – voici le contenu du talk-show La soirée avec Soloviev, présenté par l'un des propagandistes les plus influents de Russie, Vladimir Soloviev, et diffusé sur la chaîne d'Etat Russiya1.

Entouré de ses invités, l'animateur s'en prend avec ferveur et passion à l'Ukraine ainsi qu'à ses alliés, le tout en faisant l'apologie de la guerre d'agression russe. Plus récemment, l'animateur a évoqué, avec sa collègue Margarita Simonian, ce qu'il pourrait se passer si la Russie perdait la guerre en Ukraine:

«Nous ne pouvons pas perdre. Il n'y aura pas de La Haye si nous perdons. Il n'y aura plus rien du tout. Le monde entier sera en cendres.»

Du journaliste respecté à l'agitateur de Poutine

Depuis 2010, Vladimir Soloviev, animateur télé et radio, affiche publiquement son soutien au Kremlin et s'acharne dès qu'il le peut sur l'Ukraine. Toutefois, cela n'a pas toujours été le cas. En effet, il fut un temps où Soloviev était un journaliste indépendant et respecté en Russie. En 2013, il s'était même opposé à l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée, située en mer Noire.

Le journaliste Petr Sarukhanov a analysé la carrière de Vladimir Soloviev pour le média indépendant russe Novaya Gazeta. Et il semblerait que ce dernier ait changé rapidement d'avis sur l'Ukraine, en très peu de temps.

Moscow. The journalist, the TV and radio host Vladimir Solovyov acts on a federal educational marathon The new horizons . KomsomolskayaxPravda
Vladimir Soloviev a radicalement changé d'avis sur l'Ukraine en très peu de temps.image: www.imago-images.de

Preuve en est l'intervention de l'ancien journaliste lors d'une table ronde en 2013. Lorsqu'une spectatrice lui demande son avis sur l'intégration de la Crimée à la Russie, Vladimir Soloviev a alors répondu:

«Que Dieu nous en préserve! Pourquoi avez-vous besoin de la Crimée? Voulez-vous faire la guerre à l'Ukraine? Combien de vies ukrainiennes et russes êtes-vous prêts à sacrifier pour conquérir la Crimée, qui est devenue depuis longtemps le territoire des Tatars de Crimée?»

Les Tatars de Crimée sont un peuple turc musulman, installé entre autres sur la péninsule de Crimée.

Vladimir Soloviev a fait valoir à l'époque que la Russie devait surmonter ses douleurs post-impériales. «Quel moment de l'histoire allons-nous prendre pour déterminer ce que nous pouvons prendre et ce que nous ne pouvons pas prendre?», a-t-il demandé à la femme qui souhaitait que la Crimée revienne entre les mains de la Russie. Un an plus tard, son vœu allait être exaucé. Et la position de Soloviev sur la Crimée a changé de manière spectaculaire.

En 2014 aussi, l'animateur télé et radio s'est exprimé sur l'annexion de la Crimée déclarant que «la justice historique a triomphé».

«Nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir pour faire avancer ce jour. La Crimée et Sébastopol font à nouveau partie de la Russie. La justice historique a triomphé!»

Courtiser les faveurs du Kremlin

Selon Petr Sarukhanov, l'agitateur de Poutine aurait un talent indéniable pour se plier à de telles extrémités: de la critique acerbe à l'adoration exagérée. Le journaliste doute qu'il ait un profond attachement aux valeurs et aux intérêts du Kremlin. Selon lui, il cherche avant tout à s'attirer les faveurs du gouvernement russe – avec succès. En 2014, le Kremlin lui a décerné une médaille d'Etat pour sa «couverture objective des événements en Crimée».

Russian President Vladimir Putin attends via video conference the opening of social facilities in various regions that were built or overhauled as part of federal and regional development programmes,  ...
Les médias d'Etat russes comptent parmi les principales machines de propagande de Vladimir Poutine.image: keystone

Soloviev voulait pourtant devenir ingénieur. Il a obtenu son diplôme avec mention à l'Institut de l'acier et des alliages de Moscou. Il a ensuite passé son diplôme et son doctorat à l'Institut d'économie mondiale et de relations internationales ainsi qu'à l'Académie des sciences de l'URSS. Il s'est ensuite rendu aux Etats-Unis, où il aurait donné des cours d'économie à l'université d'Alabama – c'est du moins ce qu'il affirme lui-même. Mais il est ensuite retourné à Moscou pour gagner de l'argent.

Finalement, il a trouvé sa voie dans le journalisme et est devenu le porte-parole le plus influent du Kremlin. Aujourd'hui, il inonde quotidiennement le public russophone de discours incendiaires, de désinformation anti-occidentale et anti-ukrainienne, de haine et de fantasmes de violence. Il est également actif sur les réseaux sociaux, et notamment sur Telegram, où il gérerait un réseau affilié de 17 canaux.

«J'étais dans les affaires et je suis venu au journalisme en tant qu'homme fortuné. J'avais mes propres usines en Russie et aux Philippines. Elles produisaient du matériel disco dans les années 90 et le vendaient dans le monde entier.»
Vladimir Soloviev, cité par le Novaya Gazeta.

En mars 2022, YouTube a bloqué ses chaînes après qu'il a appelé à de nouveaux attentats à la bombe à Kiev, y compris contre des cibles civiles. Il a également été sanctionné par le Royaume-Uni et l'Union européenne pour avoir sapé et menacé l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'indépendance de l'Ukraine.

Au cours de ses nombreuses années de travail à la télévision publique russe, Soloviev a développé un «sentiment d'impunité absolue», estime Sarukhanov. «Dans chaque émission, il insulte les Ukrainiens, les Américains, les opposants russes et les anciens collègues des médias indépendants», écrit-il. Il a également insulté les collaborateurs de la revue indépendante Novaya Gazeta, les qualifiant de «personnes répugnantes, stupides et vulgaires» et de «racaille».

Soloviev répand la peur et les mensonges

Dans son émission télévisée La soirée avec Solovjow, mais aussi à la radio et sur les réseaux sociaux, il ne cesse de diffuser de la désinformation et de la propagande. En voici quelques exemples:

  • 29 janvier 2022: le président ukrainien Volodymyr Zelensky serait mentalement malade et Kiev préparerait une attaque terroriste massive contre le Donbass.
  • 12 mars 2022: le Pentagone développe des armes biologiques en Ukraine.
  • 16 mars 2022: les Ukrainiens ont tué leurs propres civils pour faire porter le chapeau à la Russie, alors que cette dernière ne visait que des cibles militaires.

Mais ce n'est pas tout. Vladimir Soloviev ne cesse de menacer l'Allemagne également. Selon lui, la Russie pourrait détruire Berlin sans compassion. Il déclare entre autres que:

«Nos forces aériennes et spatiales peuvent frapper Berlin si durement qu'il n'en restera rien. Et encore une fois, ce n'est pas l'Ukraine. Nous ne la plaindrions pas.»

Le chancelier allemand Olaf Scholz n'est pas épargné non plus. Régulièrement, il le compare à... Adolf Hitler. «Pourquoi as-tu rasé ta moustache? Adolf, on ne t'a pas reconnu!», commente-t-il dans son émission du soir.

Selon lui, le Premier ministre polonais Mateusz Jakub Morawiecki et la Première ministre finlandaise Sanna Marin seraient aujourd'hui des gouverneurs russes dans l'empire russe – «si les traîtres n'avaient pas trahi la monarchie».

Dans ses discours, Soloviev utilise souvent un langage corporel pour souligner ses propos: il s'arrête, croise les bras sur sa poitrine, pousse un soupir significatif. Des traits de mépris se dessinent sur son visage.

Selon le journaliste Petr Sarukhanov, l'autodérision de Soloviev s'est complètement évaporée. Elle qui était pourtant si caractéristique de ses jeunes années. Aussi, son sens de l'humour s'atrophie toujours plus, sans doute en raison de son travail quotidien et épuisant. Enfin, le public russophone en attend toujours plus, explique Igor Yakovenko, ancien secrétaire général de l'Union des journalistes de Russie qui a déclaré au Novaya Gazeta:

«Une partie de la population est dépendante de cette drogue. Les gens ont un petit salaire, mais restent devant la télévision tous les soirs avec une bouteille de bière pour laquelle ils ont juste assez d'argent.»

Selon l'ancien secrétaire général de l'Union des journalistes de Russie, ils attendent qu'on leur dise à nouveau à quel point les choses sont terribles en Occident. «Mais comme pour les vraies drogues, il en faut toujours plus», explique-t-il. Avec le temps, les émissions de Soloviev deviennent donc encore plus haineuses.

La bataille fait rage à Bakhmout

1 / 12
La bataille fait rage à Bakhmout
source: sda / libkos
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Ukraine: «les Russes ont tout volé à Kherson, même les animaux du zoo»

Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Nous ne sommes que de la viande»: un mercenaire de Wagner se confie
Dans la guerre contre l'Ukraine, le fameux groupe Wagner représente la chair à canon de la Russie. Un combattant capturé par les Ukrainiens raconte pourquoi il est devenu mercenaire.

Oleg se trouvait dans une colonie pénitentiaire en Russie lorsque les gens de Wagner sont venus le recruter. Leur offre était alléchante: une parfaite amnistie. C'est tout ce qui l'intéressait lorsqu'il a accepté de partir en guerre contre l'Ukraine.

L’article