International
Russie

Zelensky anticipe une offensive russe d'envergure en Ukraine

Zelensky anticipe une offensive russe d'envergure en Ukraine

Dans un entretien exclusif à l'AFP, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a mis en garde contre une imminente et vaste offensive des troupes russes.
21.05.2024, 10:38
Plus de «International»
epa11345622 A handout photo made available by the Ukrainian Presidential Press Service shows Ukraine's President Volodymyr Zelensky attending a meeting of the Staff of the Supreme Commander-in-Ch ...
L'entretien exclusif à l'AFP avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.Keystone

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dit s'attendre, dans un entretien à l'AFP, à une offensive russe plus large dans le nord et dans l'est de l'Ukraine. Selon lui, l'assaut dans la région de Kharkiv vise à prendre la capitale régionale éponyme.

«Les Russes ont lancé leur opération. Elle peut être constituée de plusieurs vagues et ça, c'est leur première vague»
le président ukrainien

Alors que la Russie vient d'engranger ses plus grands gains territoriaux depuis fin 2022.

Il a néanmoins assuré que, malgré les avancées russes des derniers jours dans cette région du nord-est, la situation était meilleure pour ses forces qu'il y a une semaine, lorsque les troupes du Kremlin ont franchi par surprise la frontière le 10 mai.

«Elles sont à 5, 10 km au maximum de la frontière. On les a arrêtées»

Pour lui, la Russie veut attaquer la ville de Kharkiv, deuxième ville du pays, à seulement quelques dizaines de kilomètres du front. Moscou avait déjà échoué à la prendre en 2022 et le président russe Vladimir Poutine a affirmé vendredi ne pas avoir l'intention de l'attaquer «pour l'instant».

Manque de soldats

L'offensive russe vise officiellement, selon M. Poutine, à répliquer aux frappes ukrainiennes des derniers mois en territoire russe et créer une zone tampon censée empêcher ces frappes.

Les forces de Moscou essayent de profiter du manque d'hommes et d'armes auquel est confrontée l'Ukraine après deux ans de guerre. Volodymyr Zelensky a reconnu un manque d'effectifs.

«Il y a un nombre important de brigades qui sont vides»

Face à ses carences, Kiev a voté une législation controversée pour accélérer la mobilisation militaire avec l'abaissement de l'âge de 27 ans à 25 ans, qui est entrée en vigueur samedi. Vendredi, le président ukrainien a également signé une loi qui permet de recruter des détenus en échange d'une libération conditionnelle.

Il s'agit désormais pour l'Ukraine et ses alliés occidentaux de faire preuve de résilience, a insisté Zelensky, réclamant de nouveaux systèmes de défense antiaériens.

Frappes en Russie

Au total, l'Ukraine n'a qu'un quart de telles défenses dont elle a besoin, a-t-il lâché. Elle nécessite également de 120 à 130 avions de combat F16 pour mettre fin à la domination de la Russie dans les airs, a déclaré le chef de l'Etat.

Le président ukrainien a aussi fustigé ses alliés qui lui interdisent d'utiliser les armes occidentales pour frapper le territoire russe, de crainte que cela ne pousse le Kremlin à une escalade.

«Les Russes peuvent nous frapper depuis leur territoire, c'est le plus grand avantage dont la Russie dispose, et nous ne pouvons rien faire à leurs systèmes [d'armements] situés sur le territoire russe avec les armes occidentales. Nous n'en avons pas le droit.»

S'agissant de pourparlers, avant la conférence de paix sur l'Ukraine, que la Suisse organise à la mi-juin au Bürgenstock (NW), le président Zelensky a appelé l'Occident à ne pas seulement vouloir mettre fin à la guerre avec la Russie, mais à chercher une «paix juste» pour son pays.

Appel à la Chine

Il a également souhaité voir la Chine et des pays du Sud «impliqués» dans la conférence de paix. «Des acteurs mondiaux» comme la Chine «ont une influence sur la Russie. Et plus nous aurons de pays de ce type de notre côté, du côté de la fin de la guerre, je dirais, plus la Russie devra compter avec cela», a relevé le président ukrainien.

Il a évoqué trois dossiers qui seront négociés en Suisse et que les Etats présents pourraient soutenir. Le premier concerne la libre navigation en mer Noire, pour protéger la sécurité alimentaire mondiale en permettant les exportations de céréales ukrainiennes.

Le deuxième vise un accord sur un appel à faire cesser les frappes sur les infrastructures énergétiques et le troisième est le retour en Ukraine de milliers d'enfants déportés en Russie, un crime, selon la Cour pénale internationale, qui a émis un mandat d'arrêt contre le président russe Vladimir Poutine.

«Si nous arrivons à la fin du sommet à ces trois mesures avec une majorité de pays, cela voudra dire que la Russie ne pourra plus les bloquer»

(dal/afp)

Les milliardaires russes annoncés au SPIEF
1 / 6
Les milliardaires russes annoncés au SPIEF
Le milliardaire Oleg Deripaska.
source: shutterstock
partager sur Facebookpartager sur X
Antony Blinken fait du rock à Kiev
Video: twitter
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le vice-président de Trump fait trembler l'Ukraine et l'Europe
Le potentiel prochain vice-président des Etats-Unis veut stopper l'aide à l'Ukraine. Au lieu de l'incriminer pour cela, l'Europe ferait mieux de s'en prendre à elle-même.

Sur le front ukrainien, la nouvelle est tombée comme un couperet: Donald Trump a nommé comme potentiel vice-président un homme qui a soutenu à plusieurs reprises l'arrêt des livraisons d'armes. Il déclarait à ce sujet:

L’article