DE | FR

La pollution a fait une autre victime: la rotation terrestre

Bild

Image: Shutterstock

Le réchauffement climatique ne se «limite» pas à augmenter la température de l'air et des océans. Selon une nouvelle étude, il aurait même désaxé notre planète.



Hausse des températures, augmentation du niveau des mers, fonte des glaciers, dégel du permafrost,... les effets du réchauffement climatique sur la Terre sont massifs, cela est bien connu. Or selon une étude publiée récemment, ce phénomène entraîne une conséquence encore plus extrême, du moins d'un point de vue symbolique: depuis les années 1990, la crise climatique a déplacé l'axe de la Terre.

Comment cela est-il possible? Les pôles de la planète sont les points d'intersection de son axe de rotation avec la surface, mais ils ne sont pas fixes, nous apprend le Guardian. Les changements dans la répartition de la masse terrestre autour de la planète entraînent le déplacement de l'axe, et donc des pôles. Voici comment ça marche:

Concrètement, la position des pôles s'est déplacée d'environ quatre mètres depuis 1980. Est-ce grave? Cela a-t-il des conséquences sur notre vie quotidienne? Les auteurs de l'étude ne nous le disent pas. (asi)

Tchernobyl, c'était il y a 35 ans

1 / 8
Tchernobyl, c'était il y a 35 ans
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Pour en savoir plus sur l'actu écolo

Ô glacier, dis-moi si tu es rentable et tu seras choyé

Link zum Artikel

Une Suisse sans pesticides de synthèse. Mais pourquoi?

Link zum Artikel

Ça vous dirait d'être payés en billets (vraiment) verts?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

La planète a enregistré un record de chaleur en 2020

L'Organisation météorologique mondiale (OMM) tire une fois de plus la sonnette d'alarme sur le réchauffement climatique. 2020 a été l'une des trois années les plus chaudes jamais observées. Explications.

La planète brûle et le Covid-19 n'y peut rien, selon le rapport annuel établi par l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Pour eux, «le ralentissement économique lié à la pandémie n'a réussi à freiner ni les moteurs ni l'intensification des effets du changement climatique». Le constat est donc alarmant.

Malgré le refroidissement dû à la Niña (explications ci-dessous), la température moyenne à la surface du globe a dépassé de 1,2 °C celle de l’époque préindustrielle (période …

Lire l’article
Link zum Artikel