International
Serbie

Le fils du président de Serbie s'est battu avec des hooligans

Sohn von Vucic will an EM prügeln
On voit Danilo Vučić être retenu par ses gardes du corps.Image: screenshot x/t-online

Le fils du président serbe était au cœur de la bagarre entre hooligans

Le fils du président serbe était présent lors de la bagarre entre hooligans anglais et serbes, à Gelsenkirchen, ce dimanche, en marge du match de l'Euro. Il n'a pu être retenu que difficilement.
17.06.2024, 14:5518.06.2024, 14:43
Lars Wienand / t-online
Plus de «International»
Un article de
t-online

Des chaises ont volé. Des objets et des poings aussi: avant la victoire de l'Angleterre contre la Serbie (1-0) à Gelsenkirchen, des supporters des deux camps se sont affrontés. Danilo Vucic, le fils du président serbe Aleksandar Vucic, a apparemment voulu s'en mêler. On prête à ce fils des liens étroits avec le milieu criminel des hooligans.

Les images montrent qu'un homme est retenu par ses compagnons alors qu'il s'apprête à se précipiter dans l'altercation. Le groupe se trouve encore devant un restaurant à ce moment-là. Les émeutes se déroulent alors près d'un steakhouse situé dans la zone piétonne, à deux bâtiments seulement. Selon les médias croates et bosniaques, le fils du président est stoppé par des gardes du corps de l'unité spéciale serbe «Cobra» de la police militaire.

Alors qu'ils le retiennent avec plusieurs hommes, des membres de la police de Rhénanie-du-Nord-Westphalie passent en courant devant eux pour rejoindre la scène et maîtrisent rapidement la situation. Selon la police de Gelsenkirchen, sept supporters serbes ont été placés en garde à vue et une plainte a été déposée pour mise en danger de la vie d'autrui. Une photo montre un supporter anglais saignant à la tête.

Une photo montre un supporter anglais saignant à la tête.
Le supporter en question.

Danilo Vucic fréquente ce cercle de hooligans serbes qui s'est fait connaître lors de la Coupe du monde en Russie en 2018. Le milieu des hooligans en Serbie est considéré comme particulièrement violent au niveau international. Un ancien chef du Partizan Belgrade, Veljko Belivuk, est jugé en tant que dirigeant d'une organisation criminelle présumée, qui serait étroitement liée à un clan mafieux du Monténégro – et qui est accusée de sept meurtres.

Selon les observateurs du procès, Belivuk a également déclaré lors de l'audience qu'il avait soutenu des manifestations en faveur d'Aleksandar Vucic, qu'il avait perturbé des manifestations de l'opposition et qu'il avait rendu d'autres services au président. Le président n'a pas répondu aux questions de l'ARD (chaîne de télévision publique allemande) à ce sujet.

Une photo montre Danilo Vucic étroitement enlacé avec un proche de Belivuk. Lorsque le portail d'investigation serbe Krik a mis en question ces liens, Aleksandar Vucic a réagi en publiant une photo commune sur Instagram: «Mon fils Danilo est un jeune homme honnête et décent». Il a ajouté qu'on l'accusait uniquement parce qu'il était le fils du président.

Vucic Insta Post 2020
Le président Aleksander Vucic a pris la défense de son fils Danilo. Cette photo date de 2020.Image: Instagram/buducnostsrbijeav

(Traduit et adapté par Chiara Lecca)

Des papas tristes qui emmènent leur fille en concert
1 / 21
Des papas tristes qui emmènent leur fille en concert
source: sadanduseless
partager sur Facebookpartager sur X
- Bagarre entre fans anglais et serbes à l'Euro
Video: twitter
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Trump sera-t-il traumatisé? «Parfois, l'assassin m'apparaît en rêve»
S'il a réchappé au pire, le candidat républicain risque un stress post-traumatique. En Suisse aussi, des hommes et des femmes politiques ont survécu à une fusillade: l'attentat de Zoug de 2001. Plusieurs d'entre eux nous racontent comment ils y ont fait face.

Donald Trump est passé à deux ou trois centimètres de la mort. Une expérience traumatisante pour l'ancien président américain. «La probabilité qu'il souffre ensuite d'un trouble de stress post-traumatique est d'environ 20%», explique Andreas Maercker, directeur du département «Psychothérapie générale et points forts Trauma» à l'université de Zurich.

L’article