DE | FR

Avoir ses règles: trop cher pour un tiers des étudiantes en France

En France, une étudiante sur trois souffre de précarité menstruelle.

Les tampons et autres protections hygiéniques sont un luxe pour un grand nombre d'étudiantes françaises Image: Getty images

De nombreuses jeunes Françaises seraient obligées de fabriquer leurs propres protections hygiéniques, selon une étude.



Le constat est à la fois étonnant et inquiétant, surtout en 2021. Selon une étude de la Fédération des associations générales étudiantes, en France, plus d'un tiers des personnes interrogées n'arrive pas à s'offrir des protections hygiéniques, faute de moyens.

6500 étudiantes et étudiants ont participé à cette étude, majoritairement des femmes, mais également des personnes non binaires ou des hommes transgenres, qui peuvent avoir leurs règles.

Les personnes interrogées ont révélé à quel point leur vie était affectée par cette précarité, comme en démontre ces nombreux témoignages, relatés par le Nouvel Observateur:

«Je mangerais à ma faim»

«Payer le loyer ou la fac sans être angoissée à chaque fin de mois»

«J'ai déjà renoncé à un rendez-vous médical lié à mes menstruations pour des raisons financières»

«J'ai déjà manqué le travail ou les cours par peur des fuites et que les règles soient vues»

Cette précarité menstruelle pèse autant sur la santé physique que mentale des personnes interrogées. De quoi remettre sur la table les dispositifs de distribution gratuite des protections hygiéniques dans les universités et les résidences étudiantes.

À la mi-janvier, la région Ile-de-France a annoncé vouloir en mettre en place dans une trentaine d'établissements. Et en décembre dernier, lors d'une interview sur le média Brut, Emmanuel Macron s'est également exprimé sur cette problématique, en promettant d'investir plus de 5 millions d'euros contre cette précarité.

Un tweet de Valérie Pécresse, Présidente de la région Ile-de-France, twitter

Etes-vous touchés par cette problématique? Connaissez-vous des gens qui le sont? Commentez, partagez et réagissez!

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

«Berset était obligé de lâcher un peu de lest»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Les fausses couches font partie de la grossesse

On en entend parler de plus en plus souvent, mais nous n’y trompons pas: les fausses couches ont toujours fait partie du processus de mise au monde. Une psychologue californienne nous rappelle qu’il serait temps que le tabou se lève.

Huffington Post: Une grande partie du travail que vous semblez faire consiste simplement à continuer à normaliser les fausses couches. Pourquoi est-ce si important de le faire?Jessica Zucker: La fausse couche est un sujet tabou, de manière archaïque. Mais nous pouvons changer cela. Une fois pour toutes, pour nous-mêmes et pour les générations futures: nous devons le faire.Pourquoi? Parce que la fausse couche n'est pas une maladie. Il n'y a pas de remède. Elle ne va nulle part. C'est un …

Lire l’article
Link zum Artikel