DE | FR

La police a failli tirer sur le parachutiste de Greenpeace

Image: Shutterstock/Keystone
Le militant de Greenpeace qui a failli s'écraser avec son ULM dans le stade avant le début du match France-Allemagne a évité de justesse d'être abattu par des tireurs d'élite de la police.
16.06.2021, 18:0616.06.2021, 18:42

En décidant de survoler le stade de Munich mardi soir, le parachutiste de Greenpeace a pris un énorme risque. Il n'a pas seulement manqué de s'écraser en tribune, mais il a failli être abattu par la police.

«Les tireurs d'élite l'avaient déjà dans le viseur», a indiqué le ministre de l'Intérieur de la région de Bavière, dont Munich est la capitale, Joachim Herrmann.

«Si la police avait déterminé qu'il s'agissait d'un attentat terroriste, il l'aurait payé de sa vie»
Joachim Herrmann, ministre de l'Intérieur de la Bavière

Les tireurs n'ont finalement renoncé à appuyer sur la gâchette qu'en apercevant le logo Greenpeace sur le para-voile, a-t-il expliqué.

Dans le stade, deux hommes, un Français de 36 ans et un Ukrainien de 42 ans, ont été blessés lors du passage de l'engin devenu incontrôlable au ras des tribunes. Ils ont été pris en charge par les secouristes du stade puis transportés à l'hôpital, dont ils sont depuis ressortis, selon les autorités.

Le pilote de l'engin de type ULM «aurait dû survoler le stade et laisser tomber un ballon en latex» avec le message «Kick out Oil» («dehors le pétrole», en anglais), selon Greenpeace, qui a présenté ses excuses.

Encore quelques surdoués de l'Euro

1 / 7
Encore quelques surdoués de l'Euro
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Colombie: un sénateur se balade à cheval dans les couloirs du parlement
Les parlementaires colombiens peuvent désormais siéger avec leurs animaux de compagnie, une première mondiale. Le sénateur de droite Alirio Barrera s'est présenté perché sur son imposant cheval blanc.

Le membre du parti Centre Démocratique a d'abord déambulé sur sa monture dans les rues du centre de la capitale, avant de s'aventurer dans les couloirs du parlement pour revendiquer l'importance des équidés pour les campagnes colombiennes.

L’article