International
Suisse

Nazisme et anti-mesures Covid: liaison dangereuse, mais explicable

Analyse

Nazisme et anti-mesures Covid: liaison dangereuse, mais explicable

Eine Demonstrantin haelt ein Plakat mit einem verfremdeten Bild von Bundesrat Alain Berset und dem Schriftzug "Mein Kampf", bei einer Kundgebung gegen die Massnahmen zur Eindaemmung des Coro ...
Le ministre de la santé Alain Berset comparé à Adolf Hitler lors d'une manifestation à Winterthur, le 18 septembre.Image: Keystone
Depuis quelques mois, les références au national-socialisme se multiplient lors des manifestations contre les restrictions. Et ce, partout dans le monde. Une démarche qui indigne, interroge et, surtout, en dit beaucoup sur ces mouvements de contestation.
05.11.2021, 05:5405.11.2021, 06:47
Suivez-moi
Plus de «International»

C'est devenu une habitude. Depuis plusieurs mois maintenant, certains manifestants anti-mesures Covid n'hésitent plus à comparer les contraintes sanitaires au troisième Reich. Dernier exemple en date? Samedi passé, des opposants au certificat se sont déguisés en déportés juifs lors d'un défilé à Novare, en Italie.

Ce n'est qu'un cas parmi d'autres. Etoiles jaunes en France, appels à «pendre les médecins comme à Nuremberg» à Londres, comparaisons entre vaccination et persécution des Juifs aux Etats-Unis: depuis quelques mois, les références au national-socialisme se multiplient. Et la Suisse n'y échappe pas. Le 18 septembre, lors d'un rassemblement à Winterthour, une pancarte montrant un photomontage d'Alain Berset en Adolf Hitler a été aperçue.

Une swastika formée par quatre seringues. Salt Lake City, Utah.
Une swastika formée par quatre seringues. Salt Lake City, Utah.Image: Capture d'écran youtube

Pourquoi avoir recours
aux symboles nazis?

A la fois ponctuels et globaux, ces cas peuvent choquer, mais pas surprendre, selon l'historien Dominique Dirlewanger. «Dans une discussion polarisée, très rapidement on va traiter l'autre de nazi. C'est le fameux point Godwin.»

«Ce n'est pas étonnant dans la mesure où le nazisme est considéré comme le mal absolu. Même l'extrême droite tient à s'en distinguer»
Dominique Dirlewanger, historien.

Mobiliser ces symboles revient donc à «mettre fin à la discussion et à jeter le discrédit sur l'autre», complète l'historien. Ce qui en dit beaucoup sur la contestation anti-mesures Covid actuelle. «Ces mouvements sont en train de se radicaliser, tout comme leurs arguments», analyse Sandro Cattacin, sociologue et professeur à l'Université de Genève. «Nés pour exprimer un mal-être, ils se transforment en une idéologie, c'est-à-dire quelque chose qui empêche le dialogue».

A star that reads, without vaccine is attached on a T-shirt of an Anti-vaccine protesters during a rally in Paris, Saturday, July 17, 2021. A Holocaust survivor, French officials and anti-racism group ...
Un manifestant porte une étoile juive lors d'un rassemblement à Paris.Image: AP

Il s'agit d'un important un défi pour notre système démocratique, estime le sociologue. Et d'ajouter: «Ces mouvements devraient être intégrés dans le processus de prise de décision concernant les mesures sanitaires. Mais au lieu de cela, ils sont marginalisés et, par ce fait, ils se radicalisent».

Est-ce un problème pour notre société?

Pour Dominique Dirlewanger, ces références nazies posent problème. «Comparer les mesures sanitaires et le Troisième Reich est faux et anachronique, car ces deux réalités n'ont rien en commun». Il poursuit:

«Le régime nazi était étroitement lié à l'Etat-nation, alors qu'aujourd'hui, on est dans un contexte global, ce qui ne permettrait pas à une telle dictature de voir le jour»
Dominique Dirlewanger, historien.

Et, surtout, ce type de propos peut heurter. «Il y a une forme d'antisémitisme dans cette démarche», confirme Dominique Dirlewanger. «Elle s'exprime par la banalisation de ces symboles, qui, à l'origine, faisaient référence à la volonté d'exterminer un peuple».

Pourtant, tout ne serait pas forcément négatif. «D'un certain point de vue, ces références témoignent du succès de notre système éducatif: visiblement, tout le monde sait toujours que la Deuxième Guerre mondiale était une période sombre», nuance Sandro Cattacin.

«C'est positif, car dès que ce type de référence refait surface, on peut en parler de nouveau. Cela fait du bien à la société»
Sandro Cattacin, sociologue.

Qu'est-ce que cela leur apporte?

Il y a un point à ne pas négliger: l'impact que ces comportements ont sur l'opinion publique et, par conséquent, leur effet marketing. De par leur côté choquant, les rapprochements avec le troisième Reich permettent aux manifestants de faire parler d'eux.

«Cela donne de la visibilité à ces mouvements. Traités de toutes partes de méchants, ces manifestants peuvent être vus comme des victimes, et provoquer ainsi un effet de solidarité»
Sandro Cattacin

Le sociologue souligne, par ailleurs, que le buzz généré transforme de petites manifestations locales en événements internationaux. Avec malice, il ajoute: «La preuve, c'est que watson en parle».

Angela Merkel comparée à Adolf Hitler lors d'une manifestation anti-mesures en Allemagne.
Angela Merkel comparée à Adolf Hitler lors d'une manifestation anti-mesures en Allemagne.
Les manifs contre les mesures sanitaires dans le monde
1 / 8
Les manifs contre les mesures sanitaires dans le monde
A Bruxelles, les étudiants demandent, entre autres, la reprise des activités parascolaires, la reprise du sport et un soutien psychologique gratuit.
source: epa / stephanie lecocq
partager sur Facebookpartager sur X
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
L'armée birmane a perdu le contrôle d'une ville frontalière clé
Les troupes de la junte birmane se sont totalement retirées de Myawaddy, a annoncé jeudi à l'AFP l'Union nationale Karen (KNU). La ville frontalière est un lieu clé pour le commerce avec la Thaïlande.

«Nous avons pris (le bataillon militaire de Birmanie) 275 à 22 heures hier soir», a déclaré à l'AFP Padoh Saw Taw Nee, porte-parole de la KNU, ajoutant que quelque 200 soldats s'étaient retranchés sur un pont reliant Myawaddy à la ville frontalière thaïlandaise de Mae Sot.

L’article