DE | FR
Analyse

Nazisme et anti-mesures Covid: liaison dangereuse, mais explicable

Le ministre de la santé Alain Berset comparé à Adolf Hitler lors d'une manifestation à Winterthur, le 18 septembre.
Le ministre de la santé Alain Berset comparé à Adolf Hitler lors d'une manifestation à Winterthur, le 18 septembre.Image: Keystone
Depuis quelques mois, les références au national-socialisme se multiplient lors des manifestations contre les restrictions. Et ce, partout dans le monde. Une démarche qui indigne, interroge et, surtout, en dit beaucoup sur ces mouvements de contestation.
05.11.2021, 05:5405.11.2021, 06:47
Suivez-moi

C'est devenu une habitude. Depuis plusieurs mois maintenant, certains manifestants anti-mesures Covid n'hésitent plus à comparer les contraintes sanitaires au troisième Reich. Dernier exemple en date? Samedi passé, des opposants au certificat se sont déguisés en déportés juifs lors d'un défilé à Novare, en Italie.

Ce n'est qu'un cas parmi d'autres. Etoiles jaunes en France, appels à «pendre les médecins comme à Nuremberg» à Londres, comparaisons entre vaccination et persécution des Juifs aux Etats-Unis: depuis quelques mois, les références au national-socialisme se multiplient. Et la Suisse n'y échappe pas. Le 18 septembre, lors d'un rassemblement à Winterthour, une pancarte montrant un photomontage d'Alain Berset en Adolf Hitler a été aperçue.

Une swastika formée par quatre seringues. Salt Lake City, Utah.
Une swastika formée par quatre seringues. Salt Lake City, Utah.Image: Capture d'écran youtube

Pourquoi avoir recours
aux symboles nazis?

A la fois ponctuels et globaux, ces cas peuvent choquer, mais pas surprendre, selon l'historien Dominique Dirlewanger. «Dans une discussion polarisée, très rapidement on va traiter l'autre de nazi. C'est le fameux point Godwin.»

«Ce n'est pas étonnant dans la mesure où le nazisme est considéré comme le mal absolu. Même l'extrême droite tient à s'en distinguer»
Dominique Dirlewanger, historien.

Mobiliser ces symboles revient donc à «mettre fin à la discussion et à jeter le discrédit sur l'autre», complète l'historien. Ce qui en dit beaucoup sur la contestation anti-mesures Covid actuelle. «Ces mouvements sont en train de se radicaliser, tout comme leurs arguments», analyse Sandro Cattacin, sociologue et professeur à l'Université de Genève. «Nés pour exprimer un mal-être, ils se transforment en une idéologie, c'est-à-dire quelque chose qui empêche le dialogue».

Un manifestant porte une étoile juive lors d'un rassemblement à Paris.
Un manifestant porte une étoile juive lors d'un rassemblement à Paris.Image: AP

Il s'agit d'un important un défi pour notre système démocratique, estime le sociologue. Et d'ajouter: «Ces mouvements devraient être intégrés dans le processus de prise de décision concernant les mesures sanitaires. Mais au lieu de cela, ils sont marginalisés et, par ce fait, ils se radicalisent».

Est-ce un problème pour notre société?

Pour Dominique Dirlewanger, ces références nazies posent problème. «Comparer les mesures sanitaires et le Troisième Reich est faux et anachronique, car ces deux réalités n'ont rien en commun». Il poursuit:

«Le régime nazi était étroitement lié à l'Etat-nation, alors qu'aujourd'hui, on est dans un contexte global, ce qui ne permettrait pas à une telle dictature de voir le jour»
Dominique Dirlewanger, historien.

Et, surtout, ce type de propos peut heurter. «Il y a une forme d'antisémitisme dans cette démarche», confirme Dominique Dirlewanger. «Elle s'exprime par la banalisation de ces symboles, qui, à l'origine, faisaient référence à la volonté d'exterminer un peuple».

Pourtant, tout ne serait pas forcément négatif. «D'un certain point de vue, ces références témoignent du succès de notre système éducatif: visiblement, tout le monde sait toujours que la Deuxième Guerre mondiale était une période sombre», nuance Sandro Cattacin.

«C'est positif, car dès que ce type de référence refait surface, on peut en parler de nouveau. Cela fait du bien à la société»
Sandro Cattacin, sociologue.

Qu'est-ce que cela leur apporte?

Il y a un point à ne pas négliger: l'impact que ces comportements ont sur l'opinion publique et, par conséquent, leur effet marketing. De par leur côté choquant, les rapprochements avec le troisième Reich permettent aux manifestants de faire parler d'eux.

«Cela donne de la visibilité à ces mouvements. Traités de toutes partes de méchants, ces manifestants peuvent être vus comme des victimes, et provoquer ainsi un effet de solidarité»
Sandro Cattacin

Le sociologue souligne, par ailleurs, que le buzz généré transforme de petites manifestations locales en événements internationaux. Avec malice, il ajoute: «La preuve, c'est que watson en parle».

Angela Merkel comparée à Adolf Hitler lors d'une manifestation anti-mesures en Allemagne.
Angela Merkel comparée à Adolf Hitler lors d'une manifestation anti-mesures en Allemagne.

Les manifs contre les mesures sanitaires dans le monde

1 / 8
Les manifs contre les mesures sanitaires dans le monde
source: epa / stephanie lecocq
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Covid et dictature, plus d'articles par ici

«Je l'ai portée l'Etoile, moi»: la manif des anti-vax crée l'indignation

Link zum Artikel

Des milliers de Français dans la rue crient à la «dictature»

Link zum Artikel

A Londres, des antivax veulent «pendre les médecins comme à Nuremberg»

Link zum Artikel

Une dictature menace-t-elle vraiment à cause du Covid? «Le risque existe»

Link zum Artikel
Rocco Siffredi est candidat à la présidentielle italienne
L'acteur italien de films pour adultes, se déclare à 57 ans candidat «pour de vrai» après l'avoir annoncé «pour de faux». L'élection présidentielle a lieu en ce moment.

D'une blague sur Instagram, l'histoire est désormais sérieuse. Le 20 janvier, Rocco Siffredi postait sur le réseau social une vidéo où il annonçait sa candidature. Pour rire. «J'ai travaillé dur plus de 30 ans...» Sous les cris et les applaudissements des femmes l'entourant, il scandait «Rocco for président! J'ai fait plus de bien que n'importe qui à vous, les Italiens! J'ai donné plus que n'importe qui à l'Italie...».

L’article