DE | FR
Image: shutterstock

7 questions pour faire le point sur les brevets liés au Covid

Deux camps s'affrontent à l'Organisation mondiale du Commerce. La Suisse s'oppose farouchement à toute levée des brevets.
09.06.2021, 17:1609.06.2021, 18:04

Les membres de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) ont avancé d'un brin après des mois de divisions sur une levée de la propriété intellectuelle, aussi dit brevet, pour les vaccins et technologies contre le covid, à laquelle la Suisse est opposée. Ils ont accepté de négocier un texte mercredi, à Genève.

Pourquoi lever les brevets?

L'idée sous-jacente est simple: si les brevets de Pfizer, Moderna et compagnie sont levés, des pays comme le Brésil ou l'Inde pourraient produire directement des vaccins par leurs propres moyens et ne seraient pas obligés de conclure des contrats de licence avec ces sociétés pharmaceutiques. Concrètement, cela pourrait signifier: plus de vaccins en moins de temps.

D'où vient cette idée de levée des brevets?

Début mai, l'administration américaine a décidé de soutenir des pourparlers pour lever les brevets et a débloqué la situation. L'Inde et l'Afrique du Sud, qui avaient lancé cette initiative, ont ensuite révisé celle-ci. L'UE a elle fait des propositions pour avancer.

Que proposent ceux qui veulent lever les brevets?

Médecins sans frontières (MSF) et Knowledge Ecology International (KEI), plus de 60 pays ont présenté à l'Organisation mondiale du commerce une révision de leur texte sur l'abandon des protections de la propriété intellectuelle pour les vaccins Covid-19 et d'autres outils médicaux. Selon ce texte, la dérogation devrait inclure:

  • Les vaccins.
  • Les traitements.
  • Les diagnostics.
  • Les dispositifs médicaux.
  • Les équipements de protection.
  • les matériaux et les composants nécessaires à leur production.

Le texte souligne également que les dérogations devraient durer «au moins trois ans», à compter de la date à laquelle le texte prendrait effet, après quoi le Conseil général de l'OMC devrait déterminer si les dérogations doivent être levées ou prolongées.

Qu'est-ce qui a été décidé à propos des brevets?

Une étape, avant tout, et rien de formel pour l'heure. Au terme d'une réunion du comité de l'accord sur la propriété intellectuelle (ADPIC), les 164 membres ont dit vouloir «dès que possible» aboutir à un accès équitable aux technologies contre la pandémie. Pour autant, il faudra se mettre d'accord sur le contenu. L'Inde et l'Afrique du Sud on par exemple demandé à ce que la levée du brevet dure trois ans.

Dès la semaine prochaine, une première réunion informelle doit évaluer les possibilités de compromis, considérées comme difficiles par les Etats-Unis. Jusqu'à présent, les divergences de fond subsistent, notamment pour la Suisse.

Pourquoi la Suisse s'oppose-t-elle à la réforme des brevets?

La Suisse a dénoncé la limite d'au moins trois ans ajoutée par les deux pays qui ont lancé l'initiative pour la levée de la propriété intellectuelle. Autre problème, ceux-ci souhaitent que seul l'organe suprême puisse mettre un terme aux exceptions sur les brevets. Selon la Suisse, ce dispositif menace de ne pas protéger du tout, à l'avenir, les fabricants de technologies contre le coronavirus. Et de réduire la capacité des Etats à préparer la prochaine pandémie.

La Suisse préfère le scénario de licences volontaires attribuées par les entreprises pharmaceutiques (comme ces dernières). Elles estiment:

  • La levée de la propriété intellectuelle ne suffirait pas à fabriquer une dose supplémentaire de vaccin.
  • Il faut surtout étendre la capacité de production dans les pays en développement.

Que propose la Suisse à la place pour les brevets?

L'Union européenne, soutenue par la Suisse et plusieurs autres pays, souhaite plutôt un texte qui engage à:

  • Limiter les restrictions aux exportations.
  • Etendre la production et faciliter le recours aux licences obligatoires.

Elle a annoncé être prête à discuter de ces propositions qu'elle va détailler davantage prochainement devant les membres de l'OMC.

Qui sert de médiateur pour trouver une solution?

Face à ces deux blocs, la directrice générale de l'Organisation mondiale du Commerce Ngozi Okonjo-Iweala n'a pas arrêté de son côté ces derniers mois d'appeler les membres à une voie intermédiaire qui soit acceptable pour tous. Très engagée sur cette question, elle a relevé à plusieurs reprises l'urgence d'obtenir des avancées. (ats/jah)

Et sinon, ces éléphants aux s'en fichent un peu des brevets...

1 / 8
Des éléphants sauvages s'échappent d'une réserve en Chine
source: sda
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Et toi, tu pèses combien en CO2?

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Avec l'aciérie d'Azovstal, la Russie vient de remporter une victoire symbolique
La bataille pour l'aciérie Asovstal de Marioupol s'est définitivement achevée lundi soir. Avec l'évacuation de quelque 264 soldats ukrainiens qui y étaient retranchés, la Russie vient d'emporter une importante victoire.

C'est tard dans la soirée de lundi que Marioupol est définitivement passée aux mains des russes, avec l'évacuation des soldats qui y avaient trouvé refuge. Parmi elles figurent 53 blessés, selon l'annonce de l'état-major ukrainien sur Facebook.

L’article