DE | FR
Bild

Image: Shutterstock

Bertrand Piccard lance un appel pour en finir avec les subventions toxiques

Avec l’arrêt des subsides qui contribuent à financer les énergies fossiles, les membres du G7 ont l’occasion de prendre une décision non seulement utile pour la planète, mais aussi pour leur avenir économique.

Betrand Piccard



Presque tous les gouvernements du monde appliquent une taxe sur l’essence et la plupart des gens pensent que l’usage d’énergies fossiles représente une source de revenus pour les Etats. C’est pourtant l’inverse, et dans des proportions gigantesques: à l’échelle mondiale, les subventions des gouvernements aux énergies fossiles représentent plus de 440 milliards de dollars par année (selon les estimations de l'Agence internationale de l'énergie - IEA). Cela peut sembler paradoxal, et à vrai dire absurde, mais les énergies renouvelables ne bénéficient que de 20% des subventions versées au secteur de l’énergie!

Special Guest

Cette semaine, Bertrand Piccard est le special guest de watson. Psychiatre, aventurier et environnementaliste convaincu, Bertrand Piccard est à la tête de la fondation Solar Impulse qui soutient 1000 solutions pro-climat.

De nombreux pays subventionnent en effet directement les producteurs d’énergies fossiles, par des garanties à l’exportation et en contribuant à des projets de recherche, voire d’extraction, ou indirectement en leur accordant des réductions fiscales.

Les énergies renouvelables ont donc toujours la réputation d’être plus chères que les sources fossiles. Or, non seulement les progrès ont déjà rendu le solaire et l’éolien moins chers que le charbon, le gaz et le pétrole sur la moitié de la planète, mais ils contiennent dans leur prix la totalité de leur coût, alors que les énergies fossiles n’incluent ni leurs externalités (CO2 et pollution), ni leur véritable prix puisqu’elles sont subventionnées. Cela représente, depuis des années, une distorsion inacceptable du marché au profit des sources les plus polluantes.

Le G7 doit mettre fin à cette politique!

On ne peut donc que souhaiter que les membres du G7 parviennent à s’entendre pour mettre fin à cette politique absurde de subventions ce week-end. Selon les premiers éléments du texte élaboré:

«Il s’agirait de supprimer les subventions au charbon d’ici à la fin de l’année, puis du pétrole et du gaz à l’horizon 2030»

Cette décision historique serait aussi logique qu’écologique: soumettre les énergies fossiles aux mêmes règles de marché que les autres mettrait fin à une injustice qui freine depuis trop longtemps l’essor des énergies vertes. Leur attractivité serait automatiquement renforcée, leur développement accéléré, avec comme conséquence rapide une baisse encore plus marquée de leur prix. Je fais le pari que ce cercle vertueux se révèlera bien plus efficace qu’une réorientation des subventions en leur faveur. Car la force d’innovation n’est jamais aussi puissante que lorsqu’elle répond à un vrai besoin du marché.

Par ces mécanismes de subsides, les gouvernements ont voulu éviter aux populations de subir les fluctuations des prix de l’énergie, et aider les classes défavorisées à se chauffer et se déplacer. Alors même que ces classes défavorisées sont aussi les principales victimes de la pollution. Bien sûr, mettre fin à ces subventions aura un impact sur les prix, et il faudra inventer des systèmes de compensation afin d’accompagner cette évolution.

Une piste intéressante, déjà explorée par certains pays comme la Suisse et le Canada, consiste à taxer les émissions de CO2 et redistribuer ces montants aux citoyens vertueux qui limitent leur consommation et prennent les transports en commun. De tels prélèvements peuvent aussi servir à la modernisation des bâtiments, sur le modèle de la stratégie «Vague de rénovation» - mise en place par la Commission européenne - qui doit permettre de rénover 35 millions d’immeubles d’ici à 2030. Ce qui en fin de compte réduira la facture énergétique des habitants.

En décidant de mettre un terme aux subventions toxiques, les membres du G7 peuvent se saisir d’une occasion importante de montrer au monde qu’ils ont enfin compris que la transition écologique sera un avantage compétitif pour l’économie. Ce serait un signal important pour encourager d’autres pays à prendre le même chemin. La Fondation Solar Impulse sera là pour les accompagner, grâce aux 1000 solutions propres et rentables qu’elle a identifiées.

Faire le choix des énergies renouvelables et de l’efficience n’est pas seulement une décision déterminante pour l’avenir de la planète. C’est aussi un choix économique si l’on considère le vrai prix de l’énergie.

Bertrand Piccard, président de la Fondation Solar Impulse

Pour en savoir plus sur l'actu écolo

Orages, grêle, le ciel est-il en train de nous tomber sur la tête?

Link zum Artikel

La plus grosse étude sur les glaciers est bien déprimante

Link zum Artikel

Voici comment les villes et les cantons romands agissent pour le climat

Link zum Artikel

Piccard a 1000 idées pour le climat, dont 9 qui vous touchent au quotidien

Link zum Artikel

L’ultimatum d’Extinction Rebellion: la vérité ou Zurich sombre dans le chaos

Link zum Artikel

Une Suisse sans pesticides de synthèse. Mais pourquoi?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Les militants du climat s'attaquent à la place financière suisse

Ils demandent à la place financière suisse d'arrêter immédiatement ses investissements dans les énergies fossiles. Trois points à retenir.

Les activistes du climat demandent à la place financière suisse d'arrêter immédiatement ses investissements dans les énergies fossiles. Ils ont remis leurs revendications, lundi, à Credit Suisse sur la Paradeplatz à Zurich.

Ce que les militants de «Rise Up For Change» demandent:

Le mouvement demande à la Banque nationale suisse (BNS) «d'assumer sa responsabilité sociale et d'encourager les banques privées à assurer la transparence et à cesser les investissements et financements fossiles». …

Lire l’article
Link zum Artikel