DE | FR
Image: Shutterstock

Comment Tik Tok est envahi par les amateurs de BDSM

Sur le réseau social, les vidéos sado-masos de conseils et d'humour diffusées sous le mot-clef KinkTok récoltent des milliards de vues. Une situation qui embarrasse TikTok qui tient à conserver son image d'application lisse et destinée aux jeunes.
16.08.2021, 16:0416.08.2021, 17:03

Six milliards. Voilà le nombre de vues récoltées par les vidéos répondant au hashtag Kinktok sur TikTok. Le mot anglais Kink, qui peut être traduit par fétichisme ou perversion, fait directement référence à l'univers sadomasochiste. Les clips ayant pour référence ChokeMe (étrangle-moi) comptabilisent, quant à eux, plus de 70 millions de vues, précise Le Monde.

En effet, le nouveau réseau social vedette réunit désormais de nombreuses communautés BDSM qui diffusent des vidéos en lien avec ces pratiques. L'application chinoise interdit la nudité, la pornographie et les contenus sexuellement explicites, alors les influenceurs donnent des conseils ou ont recours à l'humour dans leurs clips durant quelques dizaines de secondes maximum.

«TikTok est assez sensible sur ce genre de sujet, je fais régulièrement l’objet de bannissements temporaires»
Chloé, dite Spicyychloebaby, citée par Le Monde

Ainsi, ce sont davantage les mots que les images qui s'avèrent provocants. «Je veux que tes joues virent au rouge», mime par exemple la jeune Belge Chloé tandis que son partenaire fait claquer une ceinture dans son dos. «Gifle-moi», «frappe-moi» ou encore «je veux du sexe plein de colère», écrivent d'autres.

«Tu es plus jolie avec ma main
autour de ta gorge»

Spicychloebaby est une étudiante belge de 22 ans qui réunit plus d'un demi-million d'abonnés.

Un succès sadomasochiste dont TikTok se serait bien passé. Malgré un âge moyen en augmentation, un tiers des adeptes du réseau social ont toujours moins de 19 ans. Surtout, la plateforme au 1,1 milliard d'utilisateurs souhaite conserver une image - particulièrement auprès des annonceurs - d'application lisse et destinée aux jeunes.

«Un jour, tout le KinkTok a été inondé de commentaires disant: “Je suis mineur, pourquoi est-ce que je vois ça ?”»
Lil, dite spiciergingerroot, citée par Le Monde

Car le problème, c'est que sur TikTok, c'est un algorithme qui décide ce que voient les internautes en fonction de leurs préférences supposées et de leurs choix précédents. Mais celui-ci n'est pas infaillible. Il arrive donc que des mineurs soient exposés à des contenus du KinkTok.

Interrogée par Le Monde, le réseau social chinois assure: «Toutes les vidéos labellisées KinkTok n’enfreignent pas nos règles communautaires – il s’agit pour certaines de parodies ou de comédies. La sécurité et la protection de notre communauté est notre priorité absolue, aussi nous portons la plus grande attention aux contenus qui pourraient être partagés via ce hashtag».

TikTok explique, par ailleurs, que 90 millions de vidéos ont été supprimées au second semestre 2020. Les adeptes du KinkTok sont, eux aussi, favorables à une meilleure régulation de la part de l'application. «Nous défendons l’idée que les mineurs ne devraient pas pratiquer le BDSM. Beaucoup d’entre nous ont demandé à ce que TikTok mette en place un filtre d’âge, pour que le contenu ne soit accessible qu’aux majeurs», affirme Lil. (FFE)

Quelques créations de Tom Daley postées sur Instagram

1 / 9
Quelques créations de Tom Daley postées sur Instagram
source: instagram madewithlovebytomdaley
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

On vous présente le Dr Julie Smith, thérapeute et tiktokeuse!

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Entre des dizaines de morts et des centaines d'arrestations, l'Iran s'enflamme
En Iran, les manifestations contre la mort d'une jeune femme de 22 ans arrêtée par la police ont perduré samedi soir. Or la répression sévit. Au moins 41 personnes sont mortes et des centaines d'arrestations ont eu lieu depuis huit jours.

De nouvelles manifestations ont eu lieu samedi soir en Iran pour protester contre la mort d'une jeune femme arrêtée par la police, et ce malgré la répression. Elle s'est soldée par la mort de 41 personnes et des centaines d'arrestations en huit jours.

L’article