DE | FR
Une vieille centrale nucléaire se trouve déjà au Bugey. Le président Emmanuel Macron veut apparemment y faire construire un nouveau réacteur.
Une vieille centrale nucléaire se trouve déjà au Bugey. Le président Emmanuel Macron veut apparemment y faire construire un nouveau réacteur.photo: keystone

Elle veut empêcher Macron de bâtir un réacteur nucléaire à côté de Genève

La France veut que l'Union européenne reconnaisse l'électricité nucléaire comme une «source d'énergie verte». Le pays mise entièrement sur les centrales nucléaires et pourrait établir un réacteur aux portes de Genève.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
27.12.2021, 05:5327.12.2021, 06:52
Stefan Brändle, Paris / ch media

L'énergie nucléaire est-elle verte? Cette simple question divise toute l'Europe. La Commission européenne aurait dû y répondre, ce mercredi, sous la pression de Paris: la France, premier producteur d'électricité nucléaire en Europe, numéro trois mondial derrière les Etats-Unis et la Chine, veut faire déclarer l'énergie nucléaire comme «durable», en raison de ses faibles émissions de CO₂.

Cela permettrait d'obtenir un soutien financier de la part des fonds environnementaux de l'UE et surtout le label d'une source d'énergie respectueuse de l'environnement. Mais comme Bruxelles n'est pas unanime, la réponse à cette question brûlante a été reportée à mi-janvier.

Un réacteur juste à côté de Genève

Mais Paris ne veut pas attendre aussi longtemps. Dès le mois de novembre, le président Emmanuel Macron a annoncé la construction de six nouveaux réacteurs nucléaires à eau pressurisée. Une nouvelle génération de centrales nucléaires devrait ainsi voir le jour, après les réacteurs qui ont, aujourd'hui, une quarantaine d'années et dont la durée de vie a été récemment prolongée de dix ans.

Un fait explosif du point de vue de la Suisse: au moins un des réacteurs doit apparemment être implanté au Bugey, non loin de la frontière suisse – ce nom est aussi familier aux oreilles des Romands que «Fessenheim» l'est aux Bâlois. Cet endroit idyllique, situé à 70 kilomètres à l'ouest de Genève, possède déjà quatre tours de réacteurs vieilles de presque 50 ans. Les cantons romands demandent depuis longtemps leur fermeture, or, au lieu de conserver moins de réacteurs, il est question aujourd'hui d'agrandir le site.

Genève prépare l'opposition

Il n'est pas encore tout à fait certain que le réacteur à eau pressurisée de dernière génération sera effectivement implanté au Bugey. Ce qui est sûr, c'est que l'exploitant Electricité de France cherche déjà des parcelles de terrain dans la région pour l'extension.

La maire de Genève, Frédérique Perler, membre des Verts, a l'intention de faire des démarches auprès du gouvernement à Paris, dès que la décision sera prise. Mais si la filière nucléaire française devait décrocher l'éco-label européen en janvier, les oppositions suisses au Bugey auraient sans doute encore moins de chances qu'aujourd'hui.

Le nucléaire, une énergie propre?

Pour la France, la décision de savoir si l'électricité nucléaire sera «verte» à l'avenir est de la plus haute importance. Ces derniers mois, le président Emmanuel Macron a parcouru la moitié de l'Europe à la recherche d'alliés. Dix d'entre eux, dont la Pologne, la Hongrie et la République tchèque, se sont publiquement prononcés en faveur de «l'énergie nucléaire décarbonée». Cinq Etats, dont l'Autriche, l'Italie et surtout l'Allemagne, s'y opposent - Berlin avec encore plus de véhémence depuis que les Verts participent au gouvernement.

Emmanuel Macron.
Emmanuel Macron.image: keystone

Mais une nette majorité de Français souhaite aujourd'hui le développement de l'énergie nucléaire. La part des opposants au nucléaire est passée de 34 à 15% au cours des dernières années. Cela convient aux autorités françaises qui, depuis l'époque de Charles de Gaulle, vantent «le nucléaire» comme une énergie propre. Le parc de 56 réacteurs nucléaires disséminés dans le pays est en outre considéré comme une garantie d'indépendance nationale, contrairement au gazoduc allemand Nord Stream 2.

Lorsque l'Allemagne a renoncé à l'énergie nucléaire après la catastrophe de Fukushima en 2011, le président français François Hollande s'est engagé à réduire la part de l'électricité d'origine nucléaire de 75 à 50%. Mais seule la centrale alsacienne de Fessenheim a été fermée à l'été 2020. Greenpeace calcule que la France devrait encore démanteler douze autres réacteurs pour réduire la part d'électricité nucléaire à 50%, or la tendance s'inverse déjà.

Rien à voir, mais Maman j'ai raté l'avion vous explique le Covid en 18 secondes

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Grâce à son smartphone, une adolescente séquestrée a pu être sauvée

Link zum Artikel

«Honte à l'Australie!»: les réactions à l'expulsion de Novak Djokovic

Link zum Artikel

Synagogue au Texas: La police arrête deux jeunes au Royaume-Uni

Link zum Artikel

Menacés par des néonazis, Meghan et Harry ont peur pour leur famille

Link zum Artikel
Omicron: on en sait enfin plus sur sa dangerosité
Le dernier variant du Covid continue de gagner du terrain. Mais que sait-on de lui à ce jour? Deux études récentes donnent enfin l'espoir officiel d'une évolution moins grave de la maladie.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a lancé un avertissement la semaine dernière: dans les six à huit semaines à venir, plus de la moitié des Européens pourraient être infectés par Omicron. Qu'est-ce qui nous attend? Des études menées en Californie et en Afrique du Sud apportent aujourd'hui des éclaircissements.

L’article