DE | FR

Mia, enlevée mardi, et sa mère ont été retrouvées dans un squat en Suisse

La petite Mia, 8 ans, enlevée mardi dans les Vosges, est «en bonne santé» et sera remise à sa grand-mère maternelle. Elle a été retrouvée, dans le canton de Vaud, à Sainte-Croix, dans un squat.
18.04.2021, 12:5718.04.2021, 16:55
L'ancienne usine Reuge est le squat où ont été retrouvées Mia et sa mère, dimanche, à Sainte-Croix, dans le canton de Vaud.
L'ancienne usine Reuge est le squat où ont été retrouvées Mia et sa mère, dimanche, à Sainte-Croix, dans le canton de Vaud.Keystone

Mia et sa mère, Lola M., «viennent d'être découvertes dans un squat de la commune de Sainte-Croix», dans le canton de Vaud, en Suisse, a annoncé, dimanche, le procureur français de la République de Nancy, François Pérain. La petite fille de 8 ans, avait été enlevée, mardi, à la demande de sa mère par trois hommes.

«Les investigations ont permis de déterminer que Lola Montemaggi avait passé une première nuit en Suisse dans un hôtel à Estavyer-le-Lac (FR) avant d'être hébergée par une femme à Neuchâtel et d'être déposée à cet immeuble squatté à Sainte-Croix»
François Pérain

Mia est «en bonne santé» et sera remise à sa grand-mère, a précisé le procureur de Nancy.

Lola M., 28 ans, a été placée en garde à vue par les autorités suisses, qui ont également interpellé une personne sur le territoire helvétique, «d'autres interpellations» devant encore intervenir dans cette affaire, a précisé François Pérain.

Retour sur l'affaire:

Mia, 8 ans, avait été enlevée, mardi, à la demande de sa mère par trois hommes alors que l'enfant était hébergée chez sa grand-mère maternelle aux Poulières, un village vosgien situé à une trentaine de kilomètres d'Epinal.

Les ravisseurs avaient présenté des papiers falsifiés à en-tête du ministère de la Justice, se faisant passer pour des éducateurs de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ). Au cours de leur garde à vue, ces hommes qui se revendiquent de la mouvance anti-système, ont affirmé avoir agi à la demande de la mère de l'enfant qui voulait récupérer sa fille.

«Ce sont près de deux cents gendarmes qui sont intervenus à un titre ou un autre dans le cadre de cette enquête»
Le procureur de Nancy

L'intervention s'est terminée dimanche matin, a confirmé la police vaudoise à l'agence Keystone-ATS. L'affaire a été prise en charge par la police fribourgeoise.

«Deux gendarmes ont été missionnés sur le territoire suisse pour assister leurs collègues helvétiques», précise la France, qui «remercie les autorités suisses de cet investissement hors normes qui a permis la localisation de la fugitive et de sa fille dans un temps très court». (ats)

Plus d'articles sur la France

En France, le monde de la culture lutte en squattant les théâtres

Link zum Artikel

«Responsabilités accablantes» de la France dans le génocide Rwandais

Link zum Artikel

En France, «dîners de ministres», odeur puante

Link zum Artikel

Ikea va être jugé pour espionnage, en France

Link zum Artikel

La France est entrée dans «une forme de troisième vague»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
L'Ukraine est la star du Festival de Cannes
L'Ukraine était dans tous les esprits pour la seconde journée de compétition, entre film posthume qui montre le pays sous les bombes, polémique sur la participation du Russe Kirill Serebrennikov et une patrouille aérienne jugée «traumatisante».

Ce sont des images récentes de la vie à Marioupol, assiégée par les Russes, que les festivaliers ont découvertes jeudi sur grand écran lors d'une séance spéciale de Mariupolis 2, du Lituanien Mantas Kvedaravicius. Le réalisateur a été tué fin mars en Ukraine, à l'âge de 45 ans. Il tentait de quitter la ville martyre, devenue un symbole de la résistance ukrainienne.

L’article