DE | FR
Image: Shutterstock

Après des mois sans voler, les pilotes multiplient les erreurs😨

Si vous aviez déjà peur de l'avion avant le Covid, cet article n'est pas forcément recommandé. La pandémie a considérablement ralenti les vols commerciaux et les équipages ont un peu perdu la main. Meme si les compagnies tentent de régler le problème, cela prend du temps.
16.10.2021, 16:5717.10.2021, 17:28
Barthélemy Dont / slate
Un article de Slate
Slate

L'une des industries les plus sinistrées par la pandémie de Covid-19 est l'aviation commerciale. Frontières fermées, confinements, tourisme à l'arrêt, les compagnies aériennes ont vu leurs vols se réduire à peau de chagrin. Des milliers d'employés du secteur ont donc dû se mettre au chômage partiel ou en activité réduite.

Cloués au sol, les pilotes ont perdu les automatismes

Alors que le virus recule enfin et que les restrictions de voyage s'allègent progressivement, les vols commerciaux reprennent doucement leur rythme d'avant et beaucoup de pilotes remontent dans un cockpit pour la première fois depuis des mois.

La mémoire musculaire et les automatismes sont émoussés, les procédures d'urgence prennent quelques secondes supplémentaires à être mises en place. Résultat, Bloomberg rapporte que les erreurs mineures commises par les pilotes se multiplient.

Une étude menée par l'université aéronautique d'Embry-Riddle, en Arizona, a repéré que les incidents liés à la perte des habitudes signalés sur l'Aviation Safety Reporting System (ASRS) ont brusquement augmenté pendant la pandémie.

Beaucoup
d'erreurs mineures

L'ASRS est une plateforme officielle, sur laquelle les professionnels américains de l'aviation peuvent signaler anonymement des problèmes survenus pendant un vol. Les autorités de l'air sont conscientes du problème, l'Association du transport aérien international a même publié des guides à l'usage des compagnies aériennes afin de gérer au mieux le retour des pilotes derrière les commandes.

La plupart des incidents constatés sont heureusement des erreurs mineures, et il est possible de préparer correctement les pilotes à la reprise des vols et de leur rendre leurs automatismes. Mais les sessions de simulateur plus nombreuses et les tests plus récurrents demandent du temps et de l'argent.

La compagnie aérienne australienne Qantas dispose d'une équipe entière consacrée à ce sujet. Mais Qantas fait partie des compagnies qui sont le mieux parvenues à absorber la crise. Les entreprises dont la situation financière est moins favorable pourraient prendre plus de risques. Et dans les airs, les économies de bout de chandelle peuvent coûter des centaines de vies.

Cet article a été publié initialement sur Slate. Watson a changé le titre et les sous-titres. Cliquez ici pour lire l'article original

Sinon, vous pouvez voyager en vélo

1 / 15
Les cyclistes sur Strava sont vraiment des artistes
source: imgur
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

La Migros découpe la Coop.

Et sinon, dans l'actu...

L’Angleterre, choquée, pleure la mort d’un député violemment poignardé

Link zum Artikel

Les boulets de la semaine

Link zum Artikel

Peu vaccinés, les Suisses sont privés de certains vols vers l'Asie

Link zum Artikel

Le médoc anti-Covid arrive, peut-on laisser tomber le vaccin?

Link zum Artikel
Contre Omicron, fermer les frontières est inutile, il faut soutenir l'Afrique
Le nouveau variant du Covid-19 s'est déjà propagé à travers le monde. Il est surtout le symbole du manque de soutien au continent africain dans sa lutte contre le coronavirus. Explications.

La découverte du variant B.1.1'529 du Sars-CoV-2, baptisé Omicron par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), suscite l'inquiétude au niveau mondial, et a mis la planète en état d'alerte général. Et pour cause: l'OMS l'a déclaré «variant préoccupant», car sa protéine Spike présente un large éventail de mutations, ce qui fait craindre que les vaccins et les traitements actuels s'avèrent moins efficaces pour le combattre le Covid-19.

L’article