DE | FR
Renaud habite Liège, ravagée par les flots.
Renaud habite Liège, ravagée par les flots.Image: Keystone/watson
Témoignage watson

Drame à Liège: «J’ai peur pour mes amis. Deux sont bloqués»

Renaud (25 ans) témoigne depuis Liège des terribles inondations qui ravagent sa ville.
15.07.2021, 18:2215.07.2021, 18:28
Suivez-moi
Suivez-moi

Reclus chez lui sur les hauteurs de Liège, Renaud, un informaticien belge de 25 ans, assiste impuissant aux crues qui submergent sa ville. Il témoigne pour watson, ému et inquiet.

La peur

«J’ai peur pour mes amis. Deux d’entre eux sont bloqués au premier étage de leur maison à Trooz (province de Liège). Le rez-de-chaussée est submergé. Ils n’ont plus de téléphone, plus d’électricité pour recharger les batteries de leurs portables. On ne sait pas quand ils pourront être sauvés. Mon meilleur ami a pu quitter ce village, mercredi après-midi, en tracteur, mais on ne sait pas dans quel état il retrouvera sa maison.»

Les appels au secours se multipliaient jeudi👇

La situation

«On assiste à des scènes de chaos. Un collègue devait aider sa belle-mère, apparemment sa maison a été détruite et emportée. Il n’y a plus rien. Sur Pepinster, une dizaine de maisons ont été emportées par les eaux. Ça fait peur et on ne peut rien faire. La nature reprend ses droits. La pluie s’est un peu calmée depuis mercredi, mais elle tombe toujours. Certains endroits ont été forts touchés et commencent à se dégorger, mais au centre-ville de Liège, le point culminant de la crue est annoncé pour 21 heures jeudi.»

Les infos

«C’est assez bizarre comme atmosphère. On est tous scotchés aux infos, la vie est à l’arrêt. Il y a des éditions spéciales du JT qui tournent en boucle. Des interruptions de programmes se succèdent. On voit et revoit des images des crues. En milieu d’après-midi jeudi, le bourgmestre a demandé aux habitants du centre-ville de quitter les lieux. Une édition spéciale est aussitôt apparue sur les écrans.»

La solidarité

«Il y a un bel élan de solidarité sur les réseaux sociaux. Beaucoup de gens proposent logis et couvert pour venir en aide à la population. Certains proposent des vêtements, des draps, de quoi subvenir aux besoins des gens. Ça met du baume au cœur.»

La tristesse

«Ce qui me rend triste, c’est de voir les gens dans la misère. J’ai beaucoup de compassion, beaucoup d’empathie. Ça m’émeut beaucoup. Je redoute aussi que des animaux domestiques soient laissés pour compte. D’après ce que je sais, les gens qui sont évacués par les autorités ne sont pas autorisés à prendre leurs animaux avec eux. Une personne proposait d’aller les chercher en kayak. C’est un peu choquant.»

Pluies, crues et inondations: les intempéries en Suisse

1 / 25
Pluies, crues et inondations: les intempéries en Suisse
source: sda / jean-christophe bott
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Explosions en Crimée: «Les Russes ont volé mon cul et j'en suis fière»
Comment le fessier de la célèbre blogueuse ukrainienne Melaniya Podolyak s'est-il retrouvé au coeur des explosions en Crimée cette semaine? Le plus simple était encore de lui demander. Récit rocambolesque.

Mercredi, juste avant de croquer dans une pause de midi (forcément) méritée, un message privé déboule sur Twitter: «Enchantée! Jusqu'à présent, vous êtes le premier journaliste qui me contacte au sujet de mes fesses.» Il faut dire que Melaniya Podolyak a plutôt l'habitude de s'exprimer sur des sujets moins futiles. Par exemple sur CNN ou Fox News, à peine quelques jours avant l'invasion de l'Ukraine par la Russie, en février dernier.

L’article