DE | FR

Biden tente de justifier des propos ambigus sur Taïwan

Des Taïwanais marchent devant le drapeau de leur pays, à Taipei.
Des Taïwanais marchent devant le drapeau de leur pays, à Taipei.Image: sda
Les Américains ont signé un accord en 1979, prévoyant de fournir des armes aux Taïwanais pour son autodéfense. Washington doit donc naviguer stratégiquement pour ne pas froisser les Chinois.
17.11.2021, 05:0017.11.2021, 06:21

Le président américain Joe Biden a assuré mardi ne pas vouloir encourager l'indépendance de Taïwan, afin de clarifier des propos ambigus qui auraient pu constituer une entorse à la position traditionnelle des Etats-Unis. L'île est revendiquée par la Chine.

«Oui. Nous avons dit très clairement que nous soutenions le Taiwan Act et c'est tout.»
Joe Biden, président des Etats-Unis

Interrogé par des journalistes, au cours d'un déplacement dans l'Etat du New Hampshire, sur d'éventuels progrès sur la question de Taïwan lors de son sommet virtuel de lundi avec son homologue chinois Xi Jinping, le président américain a répondu par l'affirmative.

Les Etats-Unis et Taïwan ont un accord depuis 1979

Le Taïwan Relations Act est une loi adoptée en 1979 par le congrès américain, qui régit la politique américaine en la matière, à savoir que Washington s'engage à ne reconnaître qu'une seule Chine, tout en fournissant des armes à Taïwan pour son autodéfense.

«Nous n'encourageons pas l'indépendance. Nous les encourageons à faire exactement ce que prévoit le Taiwan Act. J'ai dit qu'ils devaient prendre leurs décisions sur Taïwan, pas nous.»

Mais Joe Biden a aussi ajouté, semblant parler de Taïwan: «Il est indépendant. Il prend ses propres décisions». Cette formulation risquait de susciter la colère de Pékin, alors que le président Xi a justement prévenu lors de leur rencontre virtuelle qu'œuvrer à l'indépendance de l'île revenait à «jouer avec le feu».

Une «ambiguïté stratégique» de la part des Etats-Unis

Lundi soir, il avait prévenu que Washington s'opposait «fermement» à toute tentative «unilatérale de changer le statu quo ou de porter atteinte à la paix et à la stabilité dans le détroit de Taïwan», une phrase qui peut tout aussi bien s'adresser aux dirigeants taïwanais.

Le dirigeant démocrate avait déjà semé le trouble en octobre en affirmant que Washington avait un «engagement» à défendre militairement Taïpei en cas d'attaque chinoise. Il avait ainsi semblé rompre avec la traditionnelle «ambiguïté stratégique» des Etats-Unis au nom de laquelle ils n'avaient jamais dit clairement s'ils interviendraient en cas d'invasion de l'île par Pékin - une façon de maintenir la paix en décourageant les dirigeants taïwanais de proclamer une indépendance formelle.

La Maison-Blanche avait alors déjà dû corriger le tir en assurant qu'il ne fallait y voir aucun changement de stratégie. (ats/jch)

Ailleurs dans le monde: à 105 ans elle établit un record du monde au 100m

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Hillary Clinton pourrait-elle être candidate en 2024 face à Trump?

Link zum Artikel

Le président de Credit Suisse pensait être au-dessus des règles Covid-19

Link zum Artikel

Il ne manquait plus qu'un restaurant NFT à New York, le voici

Link zum Artikel

Les îles Tonga sont coupées du monde réel et virtuel à cause d'un volcan

Link zum Artikel
Gims convoite à nouveau la nationalité française
La star du rap Gims, Congolais ayant vécu en France presque toute sa vie, compte redemander la nationalité française qui lui a été refusée, a-t-il annoncé au Journal du Dimanche.

«Je referai une demande de nationalité. Je suis quelqu'un de très patient, pas du genre à baisser les bras», a-t-il déclaré à l'hebdomadaire.

L’article